Justine ou les Malheurs de la vertu

Justine ou les Malheurs de la vertu

-

Livres

Description

Si bien des lecteurs ont eu l’audace de lire les dialogues de Sade, rares sont ceux qui peuvent se vanter de connaître ses romans. Les critiques littéraires parisiens les disent longs, ennuyeux et mal écrits... Quand ils sont le parfait contraire de cette définition à la sauvette. Justine ou les Malheurs de la vertu devrait sièger dans la panthéon littéraire, à la droite de Bovary et à la gauche de Raquin. Bref, un chef-d’œuvre.

Justine, c’est d’abord un roman noir dans la veine de cette littérature gothique anglaise qui se développe au XVIIIe siècle, notamment sous la plume de Richardson, que Sade admirait. Tous les ingrédients se trouvent en présence : le château, la jeune fille persécutée, le religieux peu catholique, l’incarcération, la torture... En 1791, quand paraît la seconde version de Juliette, Justine ou les Malheurs de la vertu, c’est Celestina de Richardson qui fait son apparition. Coïncidence? Non. Sade est l’un des principaux importateurs du genre en France, grâce auquel les Romantiques comme Théophile Gautier, puis les Naturalistes comme Guy de Maupassant, pourront faire leur beurre fantastique : qui a lu La Morte amoureuse ne doutera pas un instant de l’influence du divin Marquis sur l’auteur du Capitaine Fracasse...

Mais, Justine, c’est aussi l’aboutissement des réflexions philosophiques de tout un siècle : la Raison, le Progrès, la Civilisation n’ont aucune valeur, elles sont même les agents de la destruction de l’humanité. Voilà la thèse de Sade résumée de manière lapidaire mais efficace. Démonstration. Justine et Juliette sont deux sœurs. La première choisit la vertu, la seconde, le vice. La première subit l’existence, la seconde la maîtrise. Lorsque l’une se fait violer, l’autre en impose par sa violence. La symétrie est géométrique, quasi manichéenne, car pour Sade, la moral est un leurre et la civilisation, un mensonge. Et s’il prend la peine de décrire pendant plus de deux cents pages les “ennuis” de son héroïne, c’est que rien n’est épargné pour faire admettre aux lecteurs la terrible vérité : la vertu n’est jamais récompensée.

A l’orée de ce XXIe siècle balbutiant de dettes, comment ne pas donner raison à Sade : guerres, corruptions, viols, de l’individu aux Etats, de la sexualité à la finance, la norme semble être la perversion. Nos chefs d’Etats feraient mieux de lire Justine dans le texte plutôt que de regarder Marianne dans le rouge du bonnet

La présente édition reprend le texte de la seconde version de Justine, tel qu’il est paru en 1791 chez l’éditeur Girouard à Paris.



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 juillet 2012
Nombre de visites sur la page 88
EAN13 9782367530017
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Justine ou les Malheurs de la vertu

Avertissement

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.