On Fire, tome 1 : Always and forever

-

Livres
206 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Issue d’une famille italienne mafieuse, Mia Milano tente à sa manière de vivre normalement à l’écart des manigances. Elle tient un restaurant sur Menton, loin des armes, des trafics et de l’ombre de son père.


Elle est célibataire et tient à le rester. Le seul homme qui avait réussi à abattre ses défenses a disparu de son existence depuis longtemps, laissant un trou béant dans sa poitrine. Mais lorsqu’un soir il ressurgit, brisant instantanément les remparts qui servaient à la protéger, elle ressent immédiatement l'attraction troublante et itinérante à sa présence.


Toutefois, leur relation va vite tourner au cauchemar car Victor Milano veille dans l’ombre. Le sang pourrait bien venir entacher leur existence...


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 32
EAN13 9791096785186
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
© 2016, Faustine MG. © 2016, Something Else Épition s.
Tous proits réservés.
Le Cope pe la ProPriété intellectuelle interpit les coPies ou rePropuctions pestinées à une utilisation collective. Toute rePrésentation ou rePropuction intégrale ou Partielle faite Par quelques Procépés que ce soit, sans le co nsentement pe l’auteur ou pe ses ayants proit, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes pes articles L.335-2 et suivants pu Cope pe la ProPriété intellectuelle.
Crépit Photo : © ApobeStock / 123rf
Illustration : © Isabelle White.
ISBN PaPier : 979-10-96785-18-6
Something Else Épitions, 8 square Surcouf, 91350 Grigny
E-mail : something.else.epitions@gmail.com
Site Internet : www.something-else-epitions.com
Playlist
Pink -Just Give Me A Reason
Avril Lavigne -Complicated
Amanda Seyfield -Little House
Toni Braxton -Unbreak My Heart
The Fugees -Killing Me Softly With His Song
Natalie Imbruglia -Torn
Whitney Houston -I Will Always Love You
Debussy -Clair de lune
Sarah Mclachlan -In The Arms Of The Angel
Evanescence -My Immortal
James Blunt -Good Bye My Lover
Nora Jones -Don’t Know Why
Adele -Someone Like You&Hello
Alicia Keys -Fallin
The Cramberies -When You’re Gone&Just My Imagination&Linger
The Police -Every Breath You Take
Scorpion -Wind Of Change
Alanis Morissette -Ironic
Dido -White Flag&Thank You
Savage Garden -Truly Madly Deeply
Nirvana -Smells Like Teen Spirit
Ellie Goulding -Love me Like You Do
Christina Perri -A Thousand Years
Jérôme Cotard ‘’Toi et Moi’’ (Chanson officielle de On Fire, écrite et composée par ce chanteur aux multiples talents.)
Ceci est pour toi…
Maman
À ma maman, Maguy Guillou, tu seras toujours parmi nous.
On t’a tenu la main, jusqu’au bout du chemin.
On a vécu avec toi, tous ces moments sans joie, où nul ne sait pourquoi, il faut souffrir parfois.
Cela me paraît si long, ces jours qui se défont, te llement courts sur l’horloge du temps.
Des jours et des nuits, on te donnait la main comme quand nous étions enfants, où tu berçais nos chagrins, où tu chassais nos peurs d’un bisou sur nos cœurs.
Dans nos doux souvenirs, lorsque j’étais enfant, je me rappelle des mots que nous prononcions comme si c’était hier…
Je te disais « Maman, ne me quitte jamais »
Tu répondais que tu m’aimais et moi je continuais e n te soufflant… « Je t’aime plus».
À toi Maman, tu me manques.
Prologue
Mia
La rosée du matin évoque le parfum des lotus, d’es sence de rose, mais aussi d’iris. Tandis que les senteurs du soir, lorsque je remonte la rue piétonne, embaument la violette, le citron givré et le jasmin. J’aime les intersaisons et les nouvelles odeurs qu’elles nous apportent. Ce sont les derniers jours de lycée avant les vacances d’été durant lesquelles j’ai décidé de travailler au rest aurant du Cap pour gagner un peu d’argent de poche et être le plus loin possible de mon père. Mes choix personnels ne lui conviennent pas et la tension à la maison est p alpable. Ma mère, elle, reste murée dans le silence, sans jamais contredire Victor Mila no : « père et être qui ne démontre aucune émotion ». Seul mon frère Nick semble être n ormal dans cette famille…
Dès que je rentre chez moi, je me rends directemen t à la cuisine. La maison paraît déserte, ce qui me convient très bien. La tête dans le réfrigérateur, j’entends la porte d’entrée claquer et des pas dans le couloir. J’attr ape la bouteille de Coca, prends un paquet de pépites dans le placard et m’installe sur l'une des chaises de l’îlot central.
— Tu sais que t’empiffrer comme ça n’est pas très sexy ?
Je sursaute et renverse un peu de soda à côté de m on verre. L’air nonchalant, Dylan, le meilleur ami de mon frère, se tient à l’entrée d e la cuisine. Apparemment, ce type ne connaît pas les t-shirts. Torse nu, en short et un ballon de basket sous le bras, Monsieur dégouline de sueur devant moi. Il se passe une main dans ses cheveux ébouriffés et j’intercepte du regard une goutte de sueur qui glisse de son biceps à son avant-bras. Il dégage un côté sauvage et irrésistib le. Je me force à revenir à son visage, où un sourire moqueur apparaît.
— La vue te plaît, Mia ?
Je rougis avant de relever le menton.
— Qu’est-ce que tu fous là, Reynolds ?
Il contourne l’îlot central, pose son ballon dessu s et s’assoit à mes côtés.
— Si je suis là, ce n’est pas pour tes beaux yeux ou ta langue acérée en tout cas ! Nick m’a invité à dormir chez vous, ne t’en déplais e, Milano !
Je décide de l’ignorer et de ne pas répondre à sa provocation. Mais c’est sans compter son côté têtu. Il prend un peu de Coca dans mon verre, sans me quitter des yeux, et je ne peux m’empêcher de fixer ses lèvres pleines.
— Faut pas te gêner surtout !
Dylan le repose et tourne son buste vers moi. Je p eux suivre de très près la ligne de ses abdominaux déjà bien développés pour son âge. À 18 ans, c’est un véritable
Monsieur Muscles. Il possède en plus une beauté et un charisme affolant. Mon petit cœur bat la chamade en sa présence, mais je fais to ut pour le cacher, car je sais que je ne suis pas le genre de bimbos avec lesquelles D ylan parade. D’autant plus qu’il a le don pour me mettre en rogne, juste avec quelques mo ts.
— Tu sais Mia, il n’y a pas de honte à admirer une œuvre d’art…
— Bouffon ! craché-je. Où est Nick ?
Son sourire démesuré commence à me taper sur le sy stème. Si Nick n’arrive pas dans les secondes qui suivent, il y a des chances pour q ue je lui rafraîchisse un peu les idées en lui versant la bouteille de Coca sur la tê te.
— Il est sous la douche. Il m’a proposé de faire c omme chez moi en attendant.
Déstabilisée par les images qui viennent court-cir cuiter mon esprit en imaginant Dylan avec la vapeur de la douche autour de lui et le jet d’eau qui cascaderait sur son corps baraqué, je détourne le visage sur mes mains tenant mon verre. Je n’ai pas l’habitude de me défiler face à lui, mais il est beaucoup trop près et beaucoup trop dévêtu pour que j’arrive à rester calme. Il porte brusquement u ne main à mon visage et repousse une mèche derrière mon oreille. Mon sang bouillonne dans mes veines et des lames de fond remontent le long de mon échine. Je fais l’ erreur de me tourner vers lui et plonge dans son regard aussi vert que les paysages irlandais. Son parfum, mélange de sueur et d’après-rasage, fragmente lentement ma rés istance. Son regard me défie, tandis que ses lèvres se rapprochent insidieusement des miennes. Envahie par des petits frissons, je ferme les yeux sans réellement m’en rendre compte et entrouvre la bouche, comme pour quémander un baiser qu'il tarder ait à me donner. La température dans la cuisine aux murs en brique rouge monte de p lusieurs degrés et la chaleur de son souffle sur mon visage me brûle de l’intérieur. Réveille-toi, Mia ! Repousse-le avant qu’il ne soit trop tard et que ton cœur se brise en mille morceaux !
— Tu sais que ton côté psychorigide est assez exci tant ? dit-il d’une voix sensuelle et cassée.
Je devrais le remettre à sa place, mais je suis pa ralysée par le contact de sa peau sur moi et la proximité de nos corps. Merde ! Réagis, b on sang ! J’inspire profondément et repousse sa main brutalement, mais je n’ai pas l’oc casion de m’éloigner suffisamment qu’il agrippe mes hanches et les soude aux siennes. Il penche son visage jusqu’à ce que ses lèvres frôlent les miennes, avant de se rec uler légèrement. J’ai la tête qui tourne et je me retiens à ses bras pour ne pas m’étaler.
— Tu ne pourras pas oser me dire que tu n’en as pa s envie. Mia Milano, ton corps parle pour toi, murmure-t-il.
Dylan veut que j’abaisse mes défenses, mais à ce p etit jeu, nous pouvons être deux. Je passe ma langue sur mes lèvres et vois son regar d s’assombrir. Je monte sur la pointe des pieds, rapproche nos visages. Ses yeux s ’agrandissent. Etonnée de ma propre audace, je me laisse guider par l’effet que j’ai l’air de lui faire. Je passe ma main sur sa nuque et tire sur ses mèches de cheveux trop longues. Nous nous dévisageons, le désir entre nous est palpable.
— Ne fais pas quelque chose que tu ne pourrais pas assumer, Reynolds…
Ma voix est rauque, embrumée par ce désir latent q ui m’inonde lorsqu’il est dans la même pièce que moi. Je ne sais plus pourquoi, mais j’ai envie de le défier comme lui l’a fait quelques secondes plus tôt. Seulement, mai ntenant que j’aperçois le désir qui me consume se refléter dans son regard, je ne suis plus aussi sûre de moi. Désorientée par ce nouveau climat, je me statufie u n instant avant de le repousser avec force. Dylan sourit largement et croise les bras sur sa poitrine.
— Alors Milano, on a peur de jouer dans la cour de s grands ?
Furibonde, je prends mon verre et lui balance à la figure. Les cheveux ébouriffés et dégoulinants de Coca, son visage se crispe et un mu scle de sa mâchoire tressaute. Fière de moi, je relève le menton en lui souriant.
— Désolée Reynolds, mais je préfère les hommes qui en ont un peu plus dans la cervelle ! Et pour ce qui est de jouer dans la cour des grands, je ne pense pas que toi et ton ego y soyez prêts.
Son regard est semblable à des lames de couteau, m ais je jubile trop pour y voir un avertissement. Je passe à côté de lui en prenant au passage mon paquet de biscuits, pour me rendre dans ma chambre, à l’abri de son reg ard magnétique qui me chamboule, lorsque je sens son bras s’enrouler auto ur de moi, avant de me soulever et me jucher sur son épaule. Je crie et me débats comm e une folle. Dylan marche à grands pas vers la sortie, ouvre la porte et se dir ige derrière la maison. Arrivé près de la piscine et comprenant ce qu’il s’apprête à faire , je finis par lâcher mon paquet et me débattre de plus belle.
— Prête pour le grand bain, Mia ?
Je n’ai pas le temps de l’insulter qu’il me balanc e dans l’eau claire. La fraîcheur pénètre chaque fibre de mon corps et c’est en recra chant que je remonte à la surface. La vision de Dylan les bras croisés et l’air satisf ait me donne envie de hurler. Baignant tout habillée dans la piscine, je jure à voix haute en échafaudant déjà un plan pour me venger, mais avant que j’arrive à sortir pour le me ttre à exécution, il a disparu au coin de la maison.
Chapitre 1 : Désir coupable
Mia
Lorsque j’entre dans le club de mon frère Nick, l’am biance est à son comble. Les danseurs sur la piste se déchaînent au son deSaturday Night, c’est la folie. L’espace clos se charge de la moiteur des corps. Acreté des fumigènes, lourdeur de l’air, mélange des parfums et des odeurs corporelles, péno mbre suggestive… c’est grisant et euphorisant à la fois. Je parcours la foule à la recherche d’Alba, la nouvelle conquête de mon frère. Je la repère assise au bar, ses longs cheveux descendent en cascade dans son dos. Elle porte une jolie robe noi re qui lui arrive à mi-cuisses. Devant un cocktail aux nuances roses, elle lève son regard ambré sur moi. Je me fraye un passage parmi les noctambules du samedi soir et la prends dans mes bras. Je la connais depuis peu, mais c’est la première femme qu e mon frère me présente sans que je doive me forcer à sourire à m’en faire saign er les zygomatiques.
— Je te cherchais. Tu as vu mon frère ?
Je fais tourner la paille dans son verre et en boi s une gorgée.
— Dans son bureau avec un ami, un certain Dylan Re ynolds… me répond-elle en souriant.
Je manque de m’étouffer et de recracher par la mêm e occasion mes amygdales. J’ai dû mal comprendre ! Dites-moi que l’alcool me donne des hallucinations auditives !
— Eh ! Tout va bien ? Tu veux un peu d’eau ? me de mande-t-elle, inquiète.
— Euh… Je crois que je vais passer mon tour ce soi r, je me sens un peu fatiguée, tenté-je piteusement de m’éclipser.
Alba me scrute de ses jolis yeux dorés et je sens que je vais devoir trouver beaucoup mieux pour me justifier.
— Bon, raconte… Le coup de la fatigue subite, ça n e marche pas avec moi.
Hum… Comment lui expliquer que je préfère me pendr e plutôt que de croiser l’invité de mon frère ? Je sais que je pourrais tout lui dir e sans qu’elle le raconte à Nick, mais le moment est très mal choisi. Dylan Reynolds était le meilleur ami de mon frère au lycée, mais ils se sont perdus de vue quand il est parti pour les États-Unis avec ses parents. Je ne pensais pas qu’ils avaient gardé con tact. Dès notre première rencontre, il a commencé à m’agacer en me jetant des regards m oqueurs et en m’empoisonnant l’existence avec des blagues dignes d’un gamin de d ouze ans. Une fois, il a changé mon shampoing en y mettant du colorant rose. J’ai d û passer une semaine avec une casquette sur la tête pour cacher les dégâts occasi onnés. Je m’étais vengée en mettant du film plastique sur la cuvette des toilet tes, sauf que c’est Nick qui en a fait les frais quand ils sont tous les deux rentrés du l ycée. Je ne saurais pas dire pourquoi, nous nous poussions tout le temps dans nos retranch ements et Dylan aimait me mettre

Avertissement

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.