Travaux d'intérêts sensuels

-

Livres
25 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ève est une jeune femme fière. Libre sexuellement, elle n'a pas peur d'afficher ses conquêtes.

Antoine, lui, est condamné à une peine d'intérêt général et c'est dans la structure où Ève travaille qu'il va devoir la purger.

Mais si la passion brûle entre la belle et le nouveau venu, l'entente intellectuelle n'est pas au rendez-vous. Antoine ne supporte pas les « pimbêches » et Ève de son côté ne veut pas de relation suivie avec un délinquant.

Et lorsque des secrets éclateront au grand jour, pourront-ils surmonter les épreuves qui se mettront sur leur route ou, au contraire, leurs différends les sépareront-ils ?


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 mai 2014
Nombre de visites sur la page 189
EAN13 9782365406031
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Travaux d’intérêts sensuels
De Pierrette Lavallée
Tous droits réservés, y compris droit de reproducti on totale ou partielle, sous toutes formes. ©2014Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com ISBN : 978-2-36540-603-1
Ève mâchouillait son crayon tout en préparant le pl anning de la halte-garderie pour le mois de juillet. Sortie au zoo, déjeuner en compagnie des mamans, après-midi marionnettes… le tout sans dépasser le budget prévisionnel ! Elle était la meilleure ! – Ève, tu peux venir, s’il te plaît ? La jeune femme poussa un soupir. Elle n’en pouvait plus. D´abord, la chaleur qui s’était abattue sur la région s’était transformée en canicule ; ensuite, la climatisation ne fonctionnait que si les enfants étaient présents dans la structure. De plus, en l’absence du directeur, elle était sollicitée de toutes parts et la fatigue commençait à s’accumuler. Elle se leva en soupirant, défroissa machinalement sa jupe et rejoignit Amandine, la secrétaire du centre social, qui avait les yeux braqués sur le fond du couloir, là où se trouvaient les bureaux de la direction. – Qui est cet homme ? lui demanda-t-elle. – Je n’en ai aucune idée. Mais bon sang, il est super sexy ! Ève s’installa près d’Amandine et observa à son tou r l’homme qui faisait les cent pas. Près d’un mètre quatre-vingt-dix, il avait une carrure imposante, qui n’aurait en rien détonné dans un match de rugby. Le moindre de ses gestes faisait rouler ses muscles impressionnants. Ceux de ses cuisses étaien t mis en valeur par un jean judicieusement troué, donnant un aperçu coquin sur son boxer de couleur sombre. Son torse était engoncé dans un marcel d’un blanc i mmaculé. Ève s’éventa de la main, fit un clin d’œil à sa comparse et se dirigea vers l’homme. Elle remarqua une goutte de sueur qui glissait le long de sa gorge, e lle se demanda alors si sa peau était aussi salée qu’elle l’imaginait. Aussitôt, Èv e ressentit cette bouffée de désir qui la terrassait à chaque fois qu’un beau mec se trouv ait dans les parages. Elle serra doucement les cuisses, essayant d’apaiser la brûlur e qui se faisait plus intense au creux de son intimité. Soudain, l’homme se retourna : elle plongea alors dans un lac d’un bleu intense. L’eau était de la couleur de l’azur et, la chaleur était si intense, qu’elle se déshabilla sans aucune honte, dans l’espoir de se r afraîchir. Elle était seule, du moins le croyait-elle. Il apparut soudain, tel Neptune émergeant des flots. Il l’attrapa violemment par la main et l’embrassa à perdre halei ne. Elle se perdit dans ce baiser et, lorsqu’il la souleva par la taille, elle noua ses jambes autour de ses hanches. Elle réalisa qu’il était nu lui aussi. Elle glissa une main entre eux pour le saisir et l’amener en elle. Il était imposant, doux , chaud. Elle allait s’empaler sur son sexe lorsque… Elle reprit contact avec la réalité tandis qu’un rire moqueur l’accueillait. Elle rougit violemment mais se ressaisit bien vite. Elle tendit une main vers le nouveau venu. – Bonjour, je m’appelle Ève. – Mmmm. Je dirais bien que je m’appelle Adam pour que vous m’invitiez à croquer la pomme, mais je crois que ça ferait trop cliché. Je m’appelle Antoine, mais mes amis m’appellent Tony ! – Et dois-je me compter au rang de vos amis ? sus urra Ève, en posant sa main familièrement sur son bras. – Il ne tient qu’à vous de l’être, lui répondit-il tout en la déshabillant du regard. Elle ne put retenir un sourire en voyant la lueur d e désir traverser les prunelles
turquoise du magnifique spécimen masculin qui se tr ouvait face à elle. Elle savait qu’elle faisait cet effet-là sur les hommes depuis ses seize ans. Depuis que son corps enfantin s’était transformé en un fantasme sexuel. Antoine détailla les formes sensuelles de la jeune femme. Ève, puisque tel était son prénom, était plutôt grande pour une femme, mai s vu sa propre corpulence, elle lui arrivait à peine à l’épaule. Elle avait un corps à faire se damner les saints : une poitrine avantageuse, mise en valeur par un hau t moulant largement décolleté, et une taille fine qui surmontait un ventre plat, q u’Antoine devinait musclé. Ève lui semblait être une femme à prendre soin de son corps . À outrance ? Il laissa glisser son regard vers ses hanches rondes, pleines, et ses cuisses nues sous une jupe courte et ample. De longues jambes, qu’il n’avait a ucun mal à imaginer l’enserrant tandis qu’il la chevaucherait, se terminaient par d ’adorables pieds enfoncés dans des sandales découvertes à talons. Il se secoua mentalement et releva le menton avant d’être capturé par le regard brûlant de la jeune femme. Elle tourna lentement sur elle-même, lui permettant ainsi d’observer le verso, et, la vue de ses fesses, protégées par le tissu léger de la jupe, faillit lui faire perdre la tête. Son corps réagit à son tour : il se sentit soudain à l’étroit dans son jean. – Bon, reprit Ève en souriant. Je remarque que je ne vous laisse pas indifférent. – En effet ! reconnut-il. Sautez-vous sur tous les mecs que vous croisez ? – Uniquement sur ceux qui titillent ma libido, ré pondit-elle d’une voix rauque qu’il trouva sensuelle. Mais revenons-en à votre pr ésence ici ? Vous cherchez quelque chose ou quelqu’un ? – C’est le cas, je voudrais voir le directeur, mais je n’ai pas pris rendez-vous ! – Jonathan est absent pour une quinzaine de jours . Il a pris des congés pour être avec sa nouvelle copine, répondit-elle, un peu amère. Je peux vous aider ? – En fait, je dois commencer le travail aujourd’hui. – Aujourd’hui ? répéta Ève en réfléchissant. Jona than ne m’a pas parlé d’embauche. La seule personne que l’on attende aujo urd’hui, c’est un petit salopard de hacker, qui a fichu la pagaille dans le réseau informatique, et qui doit rembourser les dommages qu´il a causés en faisant u n Travail d’Intérêt Général. Si je peux me permettre, la place de ce délinquant est en maison de correction. Il a piqué cinq cents euros sur mon compte et… – Et le montant vous a été intégralement rembours é, il me semble, fit Antoine, soudain glacial. Et c’est moi, ce « salopard de hac ker ». – Vous ! s’exclama Ève, outrée. Mais c’est en tau le que vous devriez être ! C’est quoi, votre problème ? Vous êtes trop fainéan t pour vous trouver un job ? Ou alors, vous avez décidé de pourrir la vie de familles défavorisées, qui n’ont que cet endroit pour laisser leurs enfants ? Vous n’êtes… v ous n’êtes… Ève ne put finir sa phrase. Antoine l’attrapa par l es poignets, la plaqua brusquement contre le mur et se saisit de sa bouche . Ève resta un moment sous le choc. Cet homme, ce pirate osait la toucher ! Elle entrouvrit la bouche et la referma violemment sur la lèvre inférieure de Tony qui pous sa un juron en y portant la main. – Je ne couche pas avec la lie du quartier, moi, monsieur ! fit-elle avec mépris. Votre travail consiste à débarrasser deux pièces qu i se trouvent au sous-sol. Amandine vous donnera les détails.
Ève se retourna et repartit rapidement vers son dom aine, à l’autre bout du centre. Elle poussa la porte, la referma et s’adoss a sur le battant. Bon sang, mais que lui avait-il pris ? Jamais elle...