Trompe l'ennui 2.1

-

Livres
19 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Episode 2.1 :

J'avais gagné, mon frère était en vie et le jeu terminé !

Ce que je n'avais pas prévu, c'était de me retrouver à Olympe pour une durée indéterminée avec un dieu très entreprenant.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 mars 2014
Nombre de visites sur la page 34
EAN13 9782365405508
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Trompe l'ennui 2.1
Jeu divin De Suzanne Williams
Tous droits réservés, y compris droit de reproducti on totale ou partielle, sous toutes formes. ©2014Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com ISBN : 978-2-36540-550-8
~ Prologue ~
Lucie Avoir le cul entre deux chaises, une expression qui résume bien ma situation. Ma vie bascula le jour de cette réunion autour des glacières. Un Dieu totalement barré avait fait son apparition, la bouche en cœur, et nous avait transformés en vampires. Nous étions tous devenus des suceurs de s ang obsédés par le sexe. Après avoir passé les premières difficultés pour no us adapter à notre nouvelle condition, il nous colla trois défis plus étranges les uns que les autres. Tout ça pour se divertir ! Entre temps, mon frère est mort. J'en ai encore la poitrine serrée quand j'y pense... Si je n'avais pas gagné ce foutu jeu, jamais je n'aurais pu le ramener. Oui, ces derniers jours ne furent pas de tout repos ! Une fois mon frère ressuscité, le Dieu m'avait anno ncé qu'il devait me retransformer, mais que j'allais mourir. Le sang qu e j'avais ingurgité était rempli de maladies qui s'étaient logées dans mon organisme et redevenir humaine me renverrait dans la figure ce cocktail mortel. Son nouveau deal avait été de m'emmener à Olympe, o ù, à priori, je ne risquais pas de mourir et il ne prendrait ainsi pas le risque de laisser une vampire sur Terre. Maintenant, restait à savoir combien de temps je devrais demeurer coincée ici et ce que le Dieu comptait faire de moi.
~ Chapitre 1 ~
Lucie Solution de survie en territoire mythique. Quand j'émergeai, je ne me posai pas la question ha bituelle qui consistait à deviner quel était mon point de chute. Je le savais parfaitement, il n'y avait pas deux endroits comme l'Olympe. Le Dieu était parti pendant que je dormais, mais je découvris qu'il m'avait laissé une robe blanche vaporeuse qui s'intégrait parfaite ment au décor. Ne le voyant pas revenir, je décidai d'explorer les lieux. Tout était immense et blanc, des piles soutenaient le plafond en ajoutant au charme de cet endroit. Le sol était dans une sorte de marbre et une matière non identifiée servait de mur. De petits salons confort ables étaient dispersés dans l'immense pièce. Lorsque je m'approchai de la fenêtre, mon cerveau faillit dérailler en voyant toute la cité dans les nuages. D'immenses villas flottaie nt un peu partout, c'était magnifique et surréaliste. En poursuivant ma visite, je tombai sur une baignoi re mousseuse et parfumée qui tirait sur la piscine au niveau de la taille. V u que personne ne se donnait la
peine de se soucier de moi, je décidai de piquer un e petite tête. Je méritais bien ce petit plongeon après avoir passé toute la nuit à faire l'amour. Des heures que je n'étais pas près d'oublier, mais qui risquaient de me coûter cher. J'avais cédé trop facilement, je n'avais même pas pris le temps de lui demander ce qu'il comptait faire de moi. Si j'avais utilisé mon cerveau pour réfléchir plutô t que d'écouter mon corps, j'aurais au moins négocié ma survie en tant qu'huma ine. Ou un petit sursis sur Terre qui m'aurait permis de profiter de mon frère. Mais non, il avait fallu que je perde tous mes moyens quand il m'avait embrassée, e t j'avais carrément jeté l'éponge quand il s'était déshabillé. Je plongeai dans l'eau à l'odeur fabuleuse et je ne remontai qu'après avoir frictionné énergiquement mon crâne qui hébergeait u n volcan en éruption. Je m'en voulais d'avoir été aussi stupide et je ne voyais pas de solution à mon problème. Le Dieu avait eu ce qu'il voulait, je n'avais plus rien pour négocier un autre vœu. Je m'accoudai au bord de la baignoire-piscine où je me retrouvai nez à nez avec une nouvelle lyre gravée. Au moins un mystère de ré solu : il était Apollon... j'étais dans la merde. Je fouillai dans ma mémoire pour me souvenir de ce que j'avais pu apprendre en cours d'histoire au collège. Récapitulons la fiche d'identité de ce Dieu : Apollon était le Dieu du chant, de la musique et de la poésie, je crois. Il avait aussi u n truc en rapport avec la médecine et les arts, mais ça n'était pas bien clair dans ma tête. Il était le fils de Zeus et il avait été très populaire à l'époque où l'on croyait aux D ieux. Fin de ce que j'avais pu retenir, c'était maigre. Je quittai mon bain, j'étais beaucoup plus détendue , et je partis à la recherche d'une encyclopédie : mon nouveau manuel de survie.
~ Chapitre 2 ~
Lucie Quand le Roi des Dieux vous rend une petite visite, vous faites profil bas. Apollon ne réapparut pas alors que je l'attendais d e pied ferme depuis des heures. Je n'avais pas trouvé de solution miracle à mon pro blème de billet retour pour la Terre avec allongement de la durée de vie, mais j'a vais tout de même listé quelques arguments pour tenter de négocier tout ça. Je bondis de mon fauteuil quand la porte s'ouvrit, je la surveillai avec l'attention d'un caniche dans son panier. Pas très flatteur com me image, mais ça donnait un bon aperçu de la situation. Un homme massif à la longue crinière blonde entra. Il portait une tunique dorée très stylée Grèce antique. C'était un bel homme, ma is quelque chose dans son regard caraïbe m'inquiéta. C'était du pouvoir à l'état brut que j'y lisais. Je me doutais de son identité, mais je n'osai rien dire. — Bonjour, petite souris, me salua-t-il avec un sourire éblouissant. Aussi droite qu'une candidate au titre de miss monde, je me forçai à répondre au
Roi des Dieux. — Bonjour. Est-ce que je devais faire une révérence ? — Mon fils est plein de surprise, lâcha-t-il en s'a pprochant. Et très cachottier. Assieds-toi. Il coula un regard le long de mon corps pendant que je m'exécutais. Cette robe avait un côté transparent qui me dérangea tout à coup. — Tu es très jolie. — Euh... merci. Si Apollon était intimidant, c'était du pipi de cha t à côté de l'effet que me faisait Zeus. Il m'avait comparé à un rongeur minuscule, j'avais l'impression d'être dans sa peau. — Depuis combien de temps Apollon te garde-t-il ici ? demanda-t-il en s'asseyant face à moi. Et une confirmation ! — Hier soir, répondis-je en me dandinant sur mon fauteuil. Depuis qu'il était là, je ne savais pas quoi...