Au Nom de l'Harmonie, tome 4 : Souffle de vie partie 1

-

Français
315 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Peut être lu en premier, il n'est pas nécessaire d'avoir lu les 3 tomes précédents pour comprendre celui-ci.


Je n'avais jamais eu de coup de foudre avant de revoir Morgan Thomas au détour d'un rayon de supermarché. Je l'avais cherché des mois sans succès, jusqu'à le croiser de nouveau lors d'une soirée où nous avions été agressés. C'est à partir de ce moment-là que ma vie avait commencé à être chamboulée. Accusée de meurtre et confrontée à des choses extraordinaires et incompréhensibles, je luttais pour continuer à vivre une vie normale.


"Un 4ème tome qui vient enrichir l'univers de la saga avec des personnages toujours plus attachants. Comme toujours, Olivia Sunway nous réserve une histoire palpitante qui ravira les fans !" 1001 chroniques en folie



Olivia Sunway est également l'auteur de plusieurs autres romans:


SAGA AU NOM DE L'HARMONIE (Zéphyr - Miroir - Descendance - Souffle de Vie)


WORKING LOVE



Rencontres et dédicaces :


Olivia Sunway vous donne rendez-vous au Salon du livre de St Chéron, qui se déroulera en plein air, le samedi 19 septembre de 10h à 18 h (Entrée gratuite) Parc de verdure - Parc Cicéri, derrière la bibliothèque 91530 Saint-Chéron

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 7
EAN13 9782490913039
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Livres du même auteur :
Au Nom de l’Harmonie : Au Nom de l’Harmonie, tome 1 : Zéphyr Au Nom de l’Harmonie, tome 2 : Miroir Au Nom de l’Harmonie, tome 3 : Descendance Spin off Souffle de vie partie 1 Working Love
Olivia Sunway
Souffle de vie Partie 1
ISBN : 978-2-490913-03-9 Dépôt légal : septembre 2019 © Temporelles 2019 Temporelles 52 rue Louis Baudoin 91100 Corbeil Essonnes
Table des matières Olivia SunwayPrologueChapitre 1Chapitre 2Chapitre 3Chapitre 4*** Carole ****** Vicky ***Chapitre 5Chapitre 6*** Carole ****** Vicky ***Chapitre 7Chapitre 8Chapitre 9Chapitre 10Chapitre 11Chapitre 12Chapitre 13Chapitre 14Chapitre 15Chapitre 16Chapitre 17Chapitre 18Chapitre 19Chapitre 20*** Carole ***Chapitre 21*** Vicky ***Chapitre 22*** Carole ***Chapitre 23*** Vicky ****** Carole ***Chapitre 24*** Vicky ***Chapitre 25*** Carole ***
Chapitre 26*** Vicky ***Chapitre 27*** Carole ***Chapitre 28*** Vicky ***Chapitre 29Chapitre 30Remerciements
Prologue
En me réveillant ce dimanche matin, une irrésistibl e envie de chocolat m’avait envahie. Je m’étais donc habillée rapidement d’un j ean et d’un débardeur pour sauter dans ma vieille Porsche Carrera blanche et me rendr e à la petite supérette à dix minutes de chez moi. Lorsque j’entrai dans le magas in, quelques clients passaient en caisse. L’un d’entre eux attira mon attention en ra ngeant ses courses et je m’autorisai à le reluquer discrètement en marchant d’un pas rapid e vers le rayon confiseries. Je m’absorbai dans la contemplation des différents choix qui s’offraient à moi, sans réussir à prendre une décision : chocolat au lait e t aux noisettes ? Noir aux amandes ? À la framboise ? Et pourquoi pas les trois ?J’étais vraiment gourmande et j’en salivais d’avanc e lorsque je pris les trois tablettes de chocolat qui me faisaient de l’œil. Et puis, une boîte d’After Eight pour la route !me réjouis-je. — Bonjour Vicky, tu vas bien ? m’interpela une voi x grave aux intonations chaleureuses qui me fit sursauter. Je me retournai et découvris l’homme que j’avais re luqué un peu plus tôt. J’aurais voulu lui répondre quelque chose, mais j’étais para lysée. Ma bouche était scellée tandis qu’un éclair me transperçait de la t ête aux pieds. Il était tellement beau… Blond, une coupe en brosse et des yeux d’un bleu li mpide qui me sondaient avec perplexité. Est-ceque c’estça le coupde foudre ?Une minute… Comment connaît-il mon nom ?Son expression joyeuse vacilla et son visage se déc omposa. — Tu ne me reconnais pas ? Franchement, tu me déçoi s… Et il tourna les talons, me laissant comme une ando uille en plein milieu du rayon. Il me fallut plusieurs secondes pour retrouver tous me s moyens. J’eus juste le temps de voir le beau gosse disparaître au coin de l’allée a vant de me mettre à courir à sa poursuite, serrant mes tablettes de chocolat contre mon cœur qui battait à cent à l’heure. — Attends ! criai-je en essayant de le rattraper. J’agrippai son bras avec frénésie et il s’arrêta ne t pour se tourner de nouveau vers moi. Ses yeux d’un bleu presque transparent me fixè rent avec contrariété. — Dis-moi ton nom…, murmurai-je encore fébrile. J’avais le cœur dans la gorge et les jambes en coto n. Cet homme me faisait un effet dévastateur… et je ne savais même pas qui il était. Un homme comme lui, ça ne peut pas s’oublier.Il serra les dents, mais finit par me répondre. — C’est Morgan… Son nom percuta mon cerveau et des flashs de Morgan Thomas inondèrent mes pensées. Le puzzle était en train de se remettre en place. Oui, je connaissais cet homme… mais il avait tellement changé de look que j e ne l’avais pas reconnu. Mes joues s’enflammèrent et mon malaise augmenta. — Waouh ! Tu es… (j’allais dire : vraiment trop bea u, mais je choisis de modérer mes paroles du mieux que je le pus) vraiment bien c omme ça, bégayai-je. Enfin… Tu as beaucoup changé… Et pour cause, Morgan Thomas était passé du look go thique avec de longs cheveux teints en noir et long manteau de cuir, à ça… Style surfeur, les cheveux courts avec sa couleur naturelle qui était d’un blond doré. Il portait une chemise d’été et un pantalon de
toile beige. Morgan continuait de me fixer, il ne semblait pas v raiment comprendre ma réaction. J’avais probablement l’air d’une débile mais, pour ma défense, on ne se fait pas foudroyer par le coup de foudre tous les jours et j e n’avais pas été préparée. — Mais… tu étais en train de ranger tes courses, tu es revenu pour moi ? demandai-je, abasourdie. Il s’anima de nouveau. — Oui, je dois y aller de toute façon… Et il se détourna une nouvelle fois. Merde ! Pourquoi j’ai dit ça ?— Non, attends ! — À plus tard, Vicky, dit-il sans même me regarder. J’aurais voulu lui courir après encore une fois, ma is je me sentais tellement idiote que je n’en fis rien. Je le regardai juste partir, son sac de courses à la main. Cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vus et si, lo rsque nous étions plus jeunes, nous avions passé plusieurs soirées ensemble c’étai t uniquement parce que nos parents étaient amis. J’avoue qu’à cette époque, je n’avais jamais vu Morgan comme un potentiel partenaire. Mais aujourd’hui… je n’ava is pas de mots pour décrire les sensations qu’il venait de provoquer en moi. Son visage et, plus particulièrement, ses yeux cont inuaient de hanter mon esprit. Une chose était sûre : il fallait que je trouve un moyen de le revoir.
Chapitre 1
Un an plus tard À 27 ans, je jonglais entre aider ma sœur à tenir s on magasin de fleurs et mon métier d’Assistante de Vie Scolaire qui consistait à accompagner un petit enfant autiste pour qu’il puisse participer à la classe. J’étais d onc en maternelle, entourée d’enfants qui me distribuaient des câlins à tour de bras. Et c’était juste génial ! Comme tous les mercredis, les fins d’après-midi apr ès l’école et la plupart de mes week-ends, j’étais de corvée à la boutique. J’adora is également être entourée de plantes. Il faut dire que ma sœur, Carole, avait la main plus que verte. Dans son magasin régnait une ambiance apaisante et harmonieu se vraiment agréable. Il paraissait petit de l’extérieur, mais dès qu’on franchissait l’entrée, on découvrait un petit paradis. La première chose qu’on voyait en en trant était un immense présentoir à roses de différentes variétés et couleurs qui répan daient un doux parfum. Un peu plus loin, on découvrait un endroit zen avec une petite fontaine décorative qui produisait un apaisant bruit de ruissellement avec plusieurs bonz aïs magnifiques et hors de prix. Dans le fond, il y avait quelques compositions flor ales et aussi beaucoup de plantes en pot, diverses et variées. Carole passait presque ses journées entières entour ée de plantes. Et, quand elle n’était pas dans son magasin, elle s’occupait des p lantes dont elle avait rempli sa maison. La porte tinta et me fit relever les yeux du bouque t que je composais. Carole était dans l’arrière-boutique et mettait quelques plantes en pot. Un client que je voyais régulièrement marcha timidement vers les roses roug es. Comme à chaque fois, il en choisit une douzaine avant de venir vers la caisse. Il était grand et mince. Pas vraiment musclé, mais il avait une silhouette harmonieuse. Il avait des cheveux bruns coupés cour ts et des yeux marron cachés derrière de fines lunettes de vue. Je le saluai et lui adressai un sourire. — Je vais chercher Carole, lui dis-je avant de m’éc lipser dans l’arrière-boutique. Je la trouvai les mains remplies de terre. — Ton admirateur t’attend, l’interpelai-je d’un ton taquin. — Arrête de l’appeler comme ça ! me rabroua-t-elle. Je lâchai un petit rire. Et, comme à chaque fois, C arole devint rouge comme une pivoine et s’affola pour nettoyer ses mains et être présentable. Puis, elle se rua vers la caisse, à moitié essoufflée, tandis que je l’observ ais avec notre plus fidèle client. Il venait chaque jour lui acheter une douzaine de rose s rouges. Le pire, c’est qu’ils n’échangeaient pratiquement aucune parole, mais qu’ ils semblaient tous les deux très gênés et intimidés. C’était aussi hilarant qu’atten drissant à regarder. Lorsqu’ils se saluèrent et que l’admirateur de Caro le fut parti, je retournai à mon poste. — Alors, tu as vu son nom cette fois ? — Oui, il a payé en carte bleue… Je la regardai avec insistance pour qu’elle me révè le l’identité de son admirateur. — Il s’appelle Marc…, dit-elle un peu gênée. Pourtant, Carole n’était pas du genre timide. C’est ce qui m’amusait encore plus dans cette histoire. Enfin, je pouvais la taquiner un peu. — Tu devrais l’inviter à sortir, Sist. C’est quand même étrange qu’il vienne tous les jours…