//img.uscri.be/pth/d43b863d2d6a257d7d7755b7dd844d716c790a09
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Brûlants fantasmes

De
68 pages

Depuis le bal du lycée, Lauren n’a cessé de fantasmer sur Seth Crowder. Aussi, quand elle le retrouve, dix ans plus tard, elle sait ce qui lui reste à faire : séduire Seth pour explorer enfin les limites du désir qu’il a toujours su éveiller en elle…

Publié par :
Ajouté le : 01 juillet 2015
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782280283656
Signaler un abus
couverture
pagetitre

- 1 -

Debout dans la longue file d’attente devant le comptoir de réception, Lauren Desantos réajusta ses lunettes de soleil et pinça les lèvres pour dissuader toute tentative de conversation. Elle n’avait désormais plus aucun doute : ces fichues réunions d’anciens élèves étaient une invention du marquis de Sade ; elle ne voyait pas d’autre explication possible. Qui d’autre aurait pu éprouver du plaisir à renvoyer des adultes mûrs et bien dans leur peau à leurs jeunes années, à l’âge où ils n’étaient que des adolescents boutonneux tourmentés par leurs hormones ? Seul un sadique pouvait être convaincu du bien-fondé de ces retrouvailles artificielles.

Bien qu’elle ne soit arrivée que depuis quelques minutes, elle avait déjà l’impression d’avoir été transportée dix ans en arrière, à l’époque des comportements gênés de son adolescence, des rires forcés, des rivalités… Elle avait même la sensation qu’une poussée d’acné n’allait pas tarder à lui enflammer les joues, mais sans doute n’était-ce que l’effet du stress, de l’angoisse.

Qui allait-elle retrouver en premier ? Ses amies auraient-elles l’air d’avoir moins vieilli qu’elle ? Allaient-elles remarquer qu’elle avait pris cinq kilos depuis la remise de diplôme ? Se souviendraient-elles de ce jour où elle avait glissé sur de la purée, à la cantine, et s’était retrouvée les quatre fers en l’air devant tout le monde ? Et, surtout, laquelle d’entre elles lui demanderait si elle avait atteint son but, à savoir devenir rédactrice en chef d’un grand magazine, comme elle l’annonçait à qui voulait l’entendre ? Ensuite, comment réagiraient-elles en apprenant que, finalement, elle travaillait pour le service marketing d’une chaîne de supermarchés ?

Elle vivait un cauchemar.

Pourquoi diable avait-elle accepté cette fichue invitation ? Elle aurait pu trouver d’autres façons, mille fois plus agréables, de passer ce beau week-end d’été. Comme, par exemple, rester avec sa famille ; après tout, elle venait rarement à Chicago. Au lieu de cela, elle avait loué une voiture et roulé jusqu’à cette petite ville de la grande banlieue, jusqu’à l’hôtel Célébrations, un immense complexe spécialisé dans les événements nostalgiques, les réunions d’anciens en tout genre. Peut-être même accueillait-il des rassemblements d’anciens patients de chirurgie venus comparer leurs résultats ou leurs cicatrices…

Et si elle quittait les lieux avant qu’il ne soit trop tard ?

Elle était tentée, mais… Non, impossible. Elle ne pouvait faire cela à sa meilleure amie. Maggie l’avait toujours soutenue dans les moments difficiles et, aujourd’hui, c’était à son tour de la soutenir. Maggie était seule, depuis son divorce, alors elle ne pouvait pas la laisser tomber. Elle allait donc se forcer, rassembler son courage, surmonter ses craintes, et survivre à ce week-end. Quoi qu’il arrive.

Baissant la tête et priant pour qu’aucun de ses anciens camarades de classe ne la remarque, elle avança dans la queue. Apparemment, les disciples du marquis de Sade avaient décidé que personne n’obtiendrait la clé de sa chambre avant de s’être enregistré auprès des organisateurs du week-end. Dommage. Elle aurait bien aimé se rafraîchir un peu avant de risquer de croiser d’anciens camarades. Au lieu de cela, elle était obligée de faire la queue, avec sa valise et ses cheveux emmêlés, et de garder ses lunettes de soleil pour tenter de passer inaperçue.

Hélas ! les probabilités qu’elle parvienne à rester incognito bien longtemps étaient faibles. Plus les minutes passaient, plus les risques de croiser une connaissance augmentaient.

Discrètement, elle regarda derrière elle des femmes s’embrasser comme si elles étaient les meilleures amies du monde alors que, dix ans plus tôt, elles ne communiquaient que par insultes, et elle leva les yeux au ciel. Quelle hypocrisie ! Il ne manquerait plus que…

— Bonjour, Lauren.

Elle sursauta et sortit brusquement de sa réflexion.

Finalement, elle aurait préféré se faire serrer dans les bras par une ancienne rivale, plutôt qu’entendre la voix qu’elle venait juste de reconnaître.

La voix de Seth.

Comment était-ce possible ?

— Tu n’étais pas censé d’être ici, répondit-elle sans se retourner.

Au moins, elle avait réussi à parler d’un ton ferme et froid. C’était une bonne chose, compte tenu de l’émotion qui venait de l’envahir.

— C’est parce que tu pensais que je serais absent, que tu as décidé de venir ? demanda-t-il.

— Oui.

C’était même la condition non négociable qu’elle avait posée à Maggie pour venir : que Seth ne soit pas présent. D’ailleurs, jusqu’à hier, il ne figurait pas sur la liste des participants.

Apparemment, il avait décidé de s’imposer à la dernière minute.

— Je vois que tu as toujours des problèmes avec les invitations.

Venir lorsqu’il n’était pas attendu et se montrer lorsqu’on ne l’attendait pas faisait partie des habitudes de Seth.

— Je vois que tu n’as pas perdu ton sens de 1a repartie, répliqua-t-il.

Sa voix était douce, enjôleuse, exactement comme naguère, lorsqu’il flirtait avec elle ou lui murmurait des mots doux à l’oreille… et lui brise le cœur.

Avec un peu de chance, il avait pris du poids, perdu ses cheveux et, pourquoi pas, quelques dents. S’il avait réussi à garder sa voix sensuelle, il avait forcément perdu sa beauté. Forcément. Peut-être aussi avait-il mal au dos, peut-être boitait-il ou était-il devenu impuis… Non, elle ne pouvait s’engager sur ce terrain glissant. Elle refusait de penser au corps autrefois sculptural de Seth. Et pourtant… Pourtant, elle avait envie de savoir.

images
4eme couverture