Captive

-

Livres
130 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après avoir trouvé un brin de stabilité dans ma vie professionnelle et personnelle grâce à Michael, tout s'écroule à nouveau.


Nous n'avions rien vu venir, et j'avoue avoir cessé de penser à lui, aux horreurs dont il pouvait faire preuve. Oui, je pensais être réellement débarrassée de lui, du monstre cruel que j'avais aimé, mais il est de retour. Aujourd'hui, je suis prise entre ses griffes, et incapable de me défendre, prise aux pièges entre ces quatre murs, je suis comme une poupée de chiffon qu'il malmène à sa guise, tandis que je prie pour qu'il en finisse au plus vite...

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 10 juin 2014
Nombre de lectures 39
EAN13 9782365405812
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un problème
LOGANE Tome 4 : Captive Angie L. DERYCKERE LES EDITIONS SHARON KENA Tous droits réservés, y compris droit de reproducti on totale ou partielle, sous toutes formes. © 2014 Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com ISBN : 978-2-36540-581-2 Série de romansL O G A N Epar Angie L.DERYCKERE Aux Éditions SHARON KENA. Tome 1 : Un nouveau départ Tome 2 : Cœur à vif Tome 3 : Irrésistible attraction Tome 4 : Captive Tome 5 : Actes & Conséquences Tome 6 : Renaissance
LES MOTS DES LECTRICES
« Tout d’abord, je tiens à féliciter Angie pour l’i ntégralité de ses œuvres, je sais que je ne te le dis pas assez mais je suis fière de toi, tu as un talent inouï, tu arrives à nous faire passer par plusieurs émotions en un coup de plume e t je suis contente que tu n’aies pas laissé tous ces univers au fond d’un tiroir. Je ne te remercierai jamais assez de m’avoir dédié la saga « Logane », tout particulièrement car cette œuvre est vraiment mon coup de cœur absolu et parce que cette série a été le dé but de notre longue et précieuse amitié. Continue comme ça, je te soutiendrai toujou rs. Je t’aime ma sister. » Par Julie Vasseur. *** « Logane est une saga coup de cœur passionnante et addictive. L’auteure, petit génie de la plume, réussit d’une main de maître à nous em porter dans cette tragédie sentimentale et c’est pour cette raison que je peux affirmer aujourd’hui qu’elle fait partie de mes auteures favorites… ». Par Frédérique Cotret. *** « Tout d’abord, je tiens à remercier Angie qui me fait l’honneur de son amitié et de sa confiance. J’éprouve toujours autant de plaisir à l a lire, à la suivre dans les histoires qu’elle sait si bien écrire et qui me font toujours autant vibrer. Alors pour tout ce que tu es, Angie, je te dis mille fois merci. Et j’espère que chaque lecteur prendra autant de plaisir que moi à suivre les aventures de Logane". Par Pascale Prudhomme. *** « Un grand merci à toi, Angie pour tes merveilleux romans que tu partages avec nous. À travers ta plume, tu nous fais ressentir mille et une émotions. La joie, la tristesse, la frustration, la peur et tellement d’autres. Je sais d’avance que tu vas me faire ressentir tout ça dans cette superbe saga qu’est "Logane". J’ espère que tu vas continuer encore très longtemps à nous transporter dans tes magnifiq ues histoires. Une fan inconditionnelle ! » Par Audrey Robert. *** « Cette série est très addictive, je tourne les pag es avec la peur au ventre et l’envie de connaître la suite. Avec Angie, je m’attends à tout et surtout au pire... » Par Cyrielle Walquan.
Précédemment Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Prochainement Bonus
Table des matières
À Julie Vasseur,
Précédemment dans Irrésistible Attraction…
Paul Je marche plus vite afin de rattraper Mike qui n’a pas l’air d’aller bien. Arrivé dans le hall d’entrée, je l’interpelle plusi eurs fois, mais il reste la tête rivée au sol, continuant sa route. Alors que j’accélère la c adence de mes pas, j’agrippe enfin son bras tatoué et le tire dans la direction opposée. Il ne rechigne pas et se laisse conduire jusqu’à la machine à café, installée dans le couloir. – Assieds-toi un instant, Mike ! Je vais prendre des cafés. Il ne répond pas, mais obéit docilement. Son regard est vide de toute expression… Il est sous le choc, il s’en remettra vite, j’en su is certain. – Allez, vieux ! Logane est forte, elle va s’en tirer, tente de le rassurer Nick. – Comment est-ce arrivé ?
– Cela s’est passé si vite… elle est arrivée au s tudio et en sortant de sa voiture, elle s’est tordu la cheville. Je l’ai aidée à s’installe r dans son bureau et, soudainement, elle s’est pliée en deux sous des douleurs aiguës. J’ai tout de suite appelé les secours. – Merci, Nick. – Y’a pas de quoi, Mike. Je baisse les paupières à la vue des larmes de Mich ael. Soudain, des pas arrivent vers nous. Je tourne la t ête et esquisse un sourire en fixant la troupe. – Mike ! Julie le prend dans ses bras et le serre contre ell e. Une fois qu’elle se détache de lui, Michael la met au courant de la situation tandis que j’en fais de même avec les autres. Soudain, la voix de Jack envahit tout l’espace. – Mike ! Tu vas être papa ! Il n’a pas le temps de faire le moindre geste que J ack saute sur lui pour le féliciter. Pendant une seconde, l’envie de les envoyer au diab le me traverse l’esprit, mais je dois rester calme. D’après le médecin, Logane et le bébé ne craignent rien… Matt le prend dans ses bras à son tour, silencieuse ment, il me fixe et sourit. Ensuite, il finit par passer dans les bras de tout le monde, Vé ro, Marshal, Danay et les autres… Julie reste un peu à l’écart, mais Michael s’en ape rçoit et va la retrouver avant de la serrer dans ses bras… C’est à cet instant qu’un flash lumineux nous éblou it. Je n’ai pas le temps de réagir que Matt empoigne le paparazzi indélicat et le jette brutalement à l’extérieur. J’éclate de rire en écho avec les autres tandis qu’ il s’approche de moi. Je comprends ce regard… Je lui souris et sors mon téléphone, ordonnant à me s hommes de mettre en place une sécurité renforcée autour de la clinique, autour de ma petite sœur. Logane J’essaie d’ouvrir une paupière, mais je me sens étrangement légère, sans force. Que s’est-il passé ? Une chaleur envahit ma main droite alors que je me sens frigorifiée… Mike… C’est lui… Je redouble d’effort pour lever mes paupières lourd es qui me pèsent. Je suis groggy… J’ai la nausée. Alors que je me sens de plus en plus mal, j’essaie de me redresser, les yeux toujours clos. Une main vient alors recouvrir mes lèvres. Une odeur que je reconnais envahit mes narines… Là, la panique m’envahit derechef… J’ouvre les paupières. Mon cœur manque un battement, puis deux… Que fait-il ici ? Comment a-t-il fait pour me retrouver ? Curtis…
Je n’ai pas le temps d’analyser la situation insupp ortable dans laquelle je me trouve que je sens le gouffre se refermer sur moi tandis q ue je suis soulevée du lit sans ménagement. « L’homme est le plus cruel de tous les animaux, il est le seul capable d’infliger une douleur à ses congénères sans autre motif que le pl aisir » Mark Twain
1
Paul – Où est-elle ?! J’observe le médecin qui déglutit péniblement avant de baisser les yeux. – Écoutez… – Dites-moi tout de suite où est Logane ! hurlé-j e en l’agrippant par le col de sa blouse. – Nous ne savons pas, Monsieur Corring… – Vous ne savez pas ?! Je sens mon cœur se déchirer considérablement à cet te réponse qui ne nous aide pas. Je lance un coup d’œil vers Michael qui reste appuyé contre le mur de la salle de réveil où devait se trouver ma sœur. Il a les yeux baignés de larmes… il est anéanti par cette mystérieuse disparition. – Un homme est venu… les infirmières ont pensé qu ’il était le nouveau brancardier. Elles l’ont laissé entrer, et… Un sanglot étouffé s’échappe de ma gorge. Curtis… Je suis sûr que c’est Brame ! – Il… Les infirmières ont prévenu immédiatement l a sécurité lorsque le service de gastroentérologie les a informées qu’ils l’attendai ent toujours… je suis sincèrement désolé… – Vous êtes désolé… murmuré-je en lâchant enfin m on emprise. – Je… – Où se trouve les bureaux de la sécurité de l’hô pital ? le coupé-je tout en le foudroyant du regard. – Suivez-moi, dit-il un instant plus tard. J’acquiesce d’un hochement de la tête et entreprend s de suivre le docteur lorsque je me rends compte que Michael ne fait aucun mouvement . Je m’arrête et me poste devant lui, espérant qu’il sortira rapidement de cette léthargie.
– Michael ? Il lève le regard lentement vers mon visage. Ses yeux assombris par la colère, la douleur me perce sans ménagement… À cet instant, une vague puissante de culpabilité b alaie mes capacités à rester calme. – Mike… Il se redresse péniblement et, sans me quitter de s on regard réprobateur, sort de la chambre… Je ferme les paupières à la terrible souffrance que j’éprouve à cette minute. – Monsieur Corring ? J’ouvre les paupières et dévisage le médecin qui pa tiente près de la porte. – Allons-y, dis-je d’une voix que je ne me reconn ais pas… *** Lorsque nous arrivons dans le couloir, j’aperçois M ichael, écroulé dans les bras de Julie et de Matt… Jack accourt vers moi, paniqué. – Que se passe-t-il, Paul ? Où est Logane ? – Jack… elle a disparu… – Mon Dieu… qu’est-ce qu’on peut faire ? – Je… Je n’arrive plus à continuer… J’ai peur pour ma petite sœur… – Paul ! L’exclamation de Michael me tire de ma stupeur. Je le fixe dans les yeux tandis qu’il s’approche. – Mike… Il faut prévenir immédiatement la police, lancé-je d’une voix pétrifiée. Michael hoche la tête avant de se tourner vers le m édecin. – Vous possédez des caméras de surveillance ? – Heu… oui. Venez, allons-y. Nous suivons tous le médecin jusqu’aux bureaux de l a sécurité de l’hôpital. Des hommes nous reçoivent immédiatement et écoutent att entivement les ordres du docteur. Rapidement, tous se mettent en place. Michael m’entraîne vers la centrale des caméras qui sont installées dans l’hôpital. Je scrute avec attention les dizaines d’écrans tand is qu’un homme visionne les bandes de la salle de réveil. Une, deux longues et interminables minutes s’écoule nt. – C’est ici ! Regardez ! Le regard plissé, je me penche vers l’écran que l’h omme nous montre de l’index. – C’est lui… bredouillé-je, terrifié à présent de ce qu’il pourrait lui faire. – Tu m’avais dit… Je tourne le visage vers Michael qui fait un pas da ns ma direction avant de me foncer dessus. Je ferme les paupières de douleur alors que mon dos cogne lourdement dans un mur. Matt et Jack essaient comme ils peuvent de le reten ir, mais je reçois son poing en pleine figure… Je ne dis rien. J’ai mérité ce coup… sa colère… sa haine… Je reste figé, adossé contre ce mur, laissant un fi let de sang couler de ma narine.
– Calme-toi, Michael… – On va la retrouver… Je n’entends plus ce qu’ils se disent, bien trop su bmergé par la culpabilité qui m’assaille de plein fouet. Logane… Quelques minutes passent… Michael sort de la pièce, accompagné de trois homme s de la sécurité et de Matt. Lentement, je lève les yeux vers Jack et Julie. – Que sais-tu sur ce Curtis Brame ? demande-t-elle d’une voix hargneuse. Je serre les mâchoires et remercie silencieusement le médecin qui me tend un mouchoir pour éponger le sang de mon visage. – C’est… son ex… il m’a téléphoné il y a quelques semaines pour que je lui donne l’adresse de Logane. – Qu’est-ce qu’il lui voulait ? – Elle… tout simplement, Julie. Ce fils de pute e st fou… – Raconte-nous ! – Nous n’avons pas le temps pour ça ! intervient un agent de la sécurité. Venez avec nous, Monsieur Corring. Un inspecteur vous attend. Je hoche la tête et lance un regard bref vers Jack et Julie qui m’encouragent d’un signe de tête à suivre cet homme. Quelques minutes plus tard, nous sommes emmenés dan s une pièce où se trouve l’accueil. Julie et Jack préfèrent attendre dans le couloir avec un agent tandis que Matt et Michael m’accompagnent. Un inspecteur est installé à une longue table, fais ant office de bureau. Deux hommes se tiennent face à lui. Ils se tournent vers nous, le regard compatissant. – Monsieur Corring ? – Je hoche la tête et présente Michael, le petit ami de Logane ainsi que Matt. – Voici l’inspecteur Conelli. Je suis Maître Goud man et défends les intérêts de cet hôpital en présence de son directeur, Monsieur John Everston. Je n’en reviens pas… Je les fixe d’un regard inquisiteur et secoue la tê te avant de lancer : – Nous sommes ici pour retrouver ma sœur ! Je m’o ccuperai de vous trainer devant les tribunaux plus tard ! grondé-je sans ciller. – Calmez-vous, Monsieur Corring, intervient l’ins pecteur. Nous allons tout mettre en œuvre pour retrouver Logane. – Qu’est-ce que vous attendez alors ? – Je viens de prendre connaissance de la bande vi déo. Nous avons alerté nos services de l’identité de Brame… – Retrouvez-la au plus vite, c’est tout ce que je veux ! Il acquiesce d’un signe de tête et tourne le visage vers Michael qui reste silencieux. – Monsieur Roller ? Logane vous a-t-elle déjà parlé de cet homme ? – Oui… il y a quelques semaines, nous l’avons ren contré à l’hôtel où nous étions… à Paris. Il voulait lui parler, mais… la sécurité est intervenue et nous n’avons plus eu de ces nouvelles par la suite… à part Paul. Je déglutis avec difficulté au ton amer de sa voix. – C’est exact, avoué-je. Il y a trois semaines, i l m’a appelé. Il m’a menacé, si je ne lui fournissais pas son adresse, qu’il viendrait ici et la reprendrait quoi qu’il arrive… – Mm… et ensuite ?
– Mel… la meilleure amie de Logane qui vit à Pari s s’est fait agresser par Brame. Elle m’a appelé de l’hôpital pour me prévenir tout de su ite… – Elle lui a donné l’adresse ? – Non… mais nous pensons qu’il l’a trouvée chez e lle. – Très bien… vous-même ne l’avez jamais rencontré ? – Non. Jamais. – D’accord, fait l’inspecteur en tapant sur son o rdinateur avant de revenir vers Michael. J’aurais besoin de vous, Michael. Il faut que vous identifier l’homme sur cette bande vidéo. – Je l’ai vu, c’est bien lui. – Très bien. Écoutez, continue-t-il après un inst ant de silence, rentrez chez vous. Des agents de police arriveront pour vous interroge r et vous mettre sur écoute. – Pourquoi ? – On ne sait jamais… – Ce n’est pas une rançon qu’il cherche, le coupé -je en ancrant un regard déterminé dans celui de Conelli. Il voulait ma sœur, inspecte ur ! – Et par la faute de cet hôpital, il l’a ! Je me tourne vers Michael qui vient de prononcer ce tte réplique dans un murmure de douleur. J’attends de croiser son regard, mais il c ontinue d’observer ses poings qu’il serre avec colère contre ses cuisses. – Nous ferons ce que nous pouvons pour la retrouv er, Monsieur Roller, fait l’inspecteur avant de se lever de sa chaise. Venez, je vais vous accompagner chez vous. Nous nous levons d’un même mouvement avec Michael t andis que Matt ouvre la porte. – Keys ?! Accompagne Monsieur Corring chez lui, v eux-tu ? Et demande l’équipe technique. Nous allons installer les dispositifs dè s maintenant. J’acquiesce d’un hochement de la tête et sors de la pièce. L’inspecteur quitte l’hôpital avec Michael qui échange auparavant quelques mots a vec l’avocat. – Allons-y, Monsieur Corring… Reprenant mes esprits, je considère l’agent un inst ant et le suis d’un pas lourd de regrets… *** La tension est palpable dans le salon où nous avons mis en place une sorte de QG. Michael est venu chez moi sous les conseils de Cone lli. Il discute avec lui tandis que je dizaine d’agents différents.e réponds toujours aux mêmes questions à plus d’un Dans l’heure qui a suivi l’enlèvement de Logane, j’ ai prévenu Mel. Elle était désespérée et si apeurée qu’un nouvel inspecteur du FBI s’est chargé de la réconforter. Emma et Martha nous rapportent du café toutes les d emi-heures afin que nous tenions le coup. Personne n’avait reçu d’appel de Brame. Conelli s’é tait bien trompé, comme je l’avais présagé. Brame ne veut pas d’argent… Il veut Logane et il la détient… Par ma faute… Je déglutis péniblement tandis que mon regard gliss e sur les dizaines d’écrans de surveillance qu’ils ont installés dans mon salon. D es ordinateurs, des téléphones et un