Courtisane malgré elle

Courtisane malgré elle

-

Livres
436 pages

Description

Voulant à tout prix éviter qu’une épouse en formation soit arrêtée, Lady Noëlle Seymour s’introduit par effraction dans la chambre d’un inconnu afin de rendre un collier volé — mais elle croise le regard de Gavin Blackwell, le cousin du comte de Seabrook. Puisque la véritable raison de sa visite nocturne pourrait faire mettre les deux femmes en prison, Noëlle offre une explication désespérée à sa présence: elle est sa nouvelle courtisane. Afin de sauver son innocence, elle doit rapidement remettre le collier à sa place et s’enfuir après avoir déjà éveillé beaucoup plus que des soupçons.
Gavin a beaucoup de choses à apprendre sur la société londonienne, mais une cambrioleuse qui lui offre ses charmes sur un plateau, voilà qui est inattendu. Lorsque celle-ci disparaît, Gavin la retrouve et exige qu’elle honore sa proposition. Toutefois, la vertu de Noëlle n’est pas le seul enjeu; cette malencontreuse nuit dans la chambre de Gavin a fait d’elle un pion involontaire sur le dangereux échiquier d’une femme méprisée et, désormais, seul Gavin peut la protéger — comme bon lui semble…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 décembre 2016
Nombre de visites sur la page 31
EAN13 9782897671907
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
dans la chambre d’un inconnu aIn de rendre un collier
sa nouvelle courtisane. AIn de sauver son innocence, elle doit
Cheryl Ann Smith
Traduit de l’anglais par Karine MailhotSarrasin (CPRL)
Copyright © 2011 Cheryl Ann Smith Titre original anglais : School for Brides : The Accidental Courtesan Copyright © 2016 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec Penguin Group, New York, NY. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Éditeur : François Doucet Traduction : Karine Mailhot-Sarrasin (CPRL) Révision linguistique : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Nancy Coulombe Montage de la couverture : Matthieu Fortin Illustration de la couverture : Judy York Mise en pages : Catherine Bélisle
ISBN livre : 978-2-89767-188-4 ISBN PDF : 978-2-89767-189-1 ISBN ePub : 978-2-89767-190-7
Première impression : 2016 Dépôt légal : 2016 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet, Varennes (Québec) J3X 1P7, Canada Téléphone : 450 929-0296 Télécopieur : 450 929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com
Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion  Z.I. des Bogues  31750 Escalquens — France  Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide Inancière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Smith, Cheryl Ann  [Accidental courtesan. Français]  Courtisane malgré elle  (L'école des courtisanes ; 2)  Traduction de : The accidental courtesan.  ISBN 978-2-89767-188-4  I. Beaume, Sophie, 1968- . II. Titre. III. Titre : Accidental courtesan. Français. PS3619.M583A6114 2016 813'.6 C2016-940055-7
DÉDICACE
À Duane, Paige, Regan et Ethan, je vous aime. Et aussi à Joan Smith et Joan Cole : merci pour votre enthousiasme contagieux !
CHAPITRE1
ady Noëlle Seymour vacilla légèrement sur le treillis et se saLit beaucoup plus grande maintenant que lorsqu’elle avait mordit la lèvre inférieure pour retenir un cri. Haute de deux étages, la maison de ville en briques rouges parais décidé de mettre à exécution ce plan mal préparé et de traverser la pelouse pour se faufiler aussi furtivement qu’une voleuse dans l’ombre de l’édifice. Il n’en restait pas moins que l’excita tion liée au fait de vivre une grande aventure l’avait guérie de toute hésitation de dernière minute tandis qu’elle enfilait un pantalon noir retroussé emprunté ainsi qu’une chemise assortie avant de partir pour la maison de ville du comte de Seabrook dans Mayfair. Elle glissa les doigts entre les plantes grimpantes piquantes et s’agrippa fermement au treillis. Si madame la duchesse, sa sœur, apprenait ce qui se passait ce soir, elle demanderait à ce qu’on lui rapporte sa tête sur un plateau. Elle s’obligea toutefois à continuer. Elle était parcourue de frissons d’excitation. Elle n’était plus une dame respec table de bonne famille, mais plutôt une aventurière libre des contraintes imposées par les règles et les restrictions de la société.
C OUR TISANE M A LG R É ELLE
Du moins pour cette nuit, et elle ne laisserait ni la crainte ni le bon sens lui gâcher son aventure scandaleuse. Ni vue ni connue, le lendemain, elle entrerait à nouveau dans ses corsets et ses bas. La mondaine, sinon tout à fait res pectable, Lady Noëlle. À titre d’expérience, Noëlle, qui entendait son cœur battre à tout rompre dans ses oreilles, tendit l’orteil vers la fenêtre. Une fois que son pied eut trouvé un endroit stable, elle lâcha une main pour s’agripper au rebord de la fenêtre comme si sa vie en dépendait. Si elle tombait, elle risquait plus que des frac tures ou même la mort ; si on la trouvait vêtue en garçon en train de s’introduire par effraction dans la demeure du couple Seabrook au beau milieu de la nuit, le scandale causerait à jamais sa ruine aux yeux de la noblesse. Sa mère l’enterrerait tellement loin à la campagne qu’elle se flétrirait, se dessécherait et craquerait comme une marguerite négligée privée d’eau et de soleil. Noëlle grimaça et, de sa main gantée, écarta une branche feuillue de son menton. La mort serait préférable à la honte d’être envoyée en exil. Si elle chutait, elle prierait pour tomber la tête la première et mourir sur le coup. — J’y suis presque, murmuratelle pour s’encourager avant de glisser le pied sur l’étroit rebord. Très lentement, elle se déplaça doucement vers la droite, frôlant la brique avec son ventre, reconnaissante du fait que la maison de ville soit fort heureusement silencieuse. Selon les rumeurs, le comte était à Bath avec son épouse. Cela donnait à Noëlle suffisamment de temps pour rendre le collier volé et éviter à Bliss la prison ou, pire encore, la pendaison. La belle Bliss. Cette fille avait autant de bon sens qu’un âne.
4