Djagan

-

Livres
164 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lorsque Taylor rencontre Djagan, elle est loin de s’imaginer que ce dernier va bouleverser sa vie. Non seulement elle vient de se prendre le râteau du siècle mais, en plus, elle se sent mal à la fois dans son corps et dans sa tête.


Quant à Djagan, s’il est partant pour une baise de vacances, rien ne lui permettait de présager que Taylor allait chambouler son existence, car si elle est douce et innocente, il en va autrement pour le jeune homme, bien décidé à lui cacher son passé.


Pourtant, à la fin de leur « contrat », il accepte d’appuyer sa candidature afin qu’elle intègre la Fighters Family, qu’il dirige, afin qu’elle poursuive avec lui ses entraînements de boxe.


Toutefois, il y a des règles à respecter...
Un code d’honneur entre les membres...
Et derrière tout ça : l’enfer des gangs...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 38
EAN13 9782819103790
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Fighters Family Tome 1 DJAGAN
Du même auteur aux Editions Sharon Kena Au cœur de la volupté Les cow-boys lovers La malédiction tsigane, tome 1 à 5 JAWD Sous le masque des apparences Défis entre amies l’intégrale Un rôle sur mesure Les Warriors, tome 1 à 8 Lever de rideau Flics de mon cœur, l’intégrale Une doublure imparfaite Représentation théâtrale Saison féerique, tome 1 à 4 Let me die Let me cry Sombre vengeance 1 Kyle The Savages of the Hell l’intégrale Sombre Vengeance 2 Nolan
Pierrette Lavallée Fighters Family Tome 1 DJAGAN
« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation colle ctive » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illust ration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »
© 2018 Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com
Un jour, on m’a demandé ce qui était le plus diffic ile pour moi lors de la rédaction d’un manuscrit. Ma réponse fut celle-ci « les remerciements », parce que j’ai tellement de « mercis » à dire, que j’ai toujours peur d’oublier quelqu’un.
Il y a tout d’abord Cyrielle, mon éditrice, qui, à chaque envoi de manuscrit, me fait suffisamment confiance pour tenter l’aventure avec moi. Puis il y a les correctrices et surtout, notre illustratrice qui a des mains de magicienne : Feather Wenlock, qui est également un ange de patience.
Ce livre ne serait pas entre vos mains aujourd’hui sans mes adorables bêtas lectrices : Tiya, Bibi et ma Nath… (Entre nous les filles, j’adore vos commentaires), ni sans ma famille qui doit supporter mes longs passages silencieux, mes moments d’absence lorsque j’imagine une scène et mes heures intensives d’écriture… Merci également à mes amies, à l’enthousiasme de me s lecteurs, aussi bien sur les réseaux sociaux que sur les salons. Merci à tous les blogueurs, vlogueurs, pour leurs partages, pour leurs chroniques, pour relayer les infos sur les sorties, vous êtes au top…
Et un grand merci à vous qui tenez le premier tome de cette nouvelle saga entre vos mains… Je vous aime !
PROLOGUE CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CHAPITRE 4 CHAPITRE 5 CHAPITRE 6 CHAPITRE 7 CHAPITRE 8 CHAPITRE 9 CHAPITRE 10 CHAPITRE 11 CHAPITRE 12 CHAPITRE 13 CHAPITRE 14 CHAPITRE 15 CHAPITRE 16 CHAPITRE 17 CHAPITRE 18 CHAPITRE 19 CHAPITRE 20 CHAPITRE 21 CHAPITRE 22 CHAPITRE 23 CHAPITRE 24 CHAPITRE 25 CHAPITRE 26 CHAPITRE 27 CHAPITRE 28 CHAPITRE 29 ÉPILOGUE
Table des matières
PROLOGUE
La sueur ruisselait sur son corps, lui faisant cligner des yeux, mais il ne fallait pas qu’elle reste immobile ; elle devait bouger pour offrir le moins de prise possible à son ennemie, car ici, dans la cage, il n’y avait qu’une seule règle : celle du plus fort ! Et ce soir, c’était à elle de faire ses preuves. L’adversaire de la jeune femme, qui se tenait debou t prête à combattre, en était, elle aussi, à sa première rixe, mais elle venait de la rue, cela se voyait à sa façon d’esquiver les coups, d’attendre le moment propice pour user de ses pieds, de ses mains. – Ne fais pas que te défendre ! hurla une voix un peu trop familière à son goût. Bouge ! On dirait un poteau planté dans un champ ! Son entraîneur, celui qu’elle détestait autant qu’elle le vénérait, venait de la booster. Elle lança son poing en avant une fois, deux fois, et réprima un mouvement de joie lorsque la combattante se réfugia contre les barreaux, les poings serrés plaqués devant son visage. – C’est ça ! Continue, ne lui laisse aucun répit ! C’est ça, gamine ! Elle ne put s’empêcher de sourire… Gamine ! Le surnom qu’il lui avait donné quelques mois plus tôt et qui, à cette époque, lui allait comme u n gant. Toutefois, elle avait changé aussi bien physiquement que mentalement, et c’était à elle de leur prouver à tous qu’elle n’était plus celle qu’elle était jadis. Elle recula d’un pas, laissant une chance à son double de revenir dans le jeu lorsqu’elle le vit… Il était debout à quelques mètres seulement de la cage et la fixait à la fois avec horreur et fascination. Pourtant, elle put lire autre chose dans ses prunelles, la même flamme qui l’avait troublée quelques mois plus tôt, mais qui, en cet instant précis, la dérangeait quelque peu… Un désir qu’il peinait à contenir. Un coup en pleine face la fit sursauter et elle sen tit le sang couler de sa lèvre jusqu’à son menton… Le premier round venait de prendre fin et elle était encore debout. Elle rejoignit le coin qui lui était réservé et vit son entraîneur froncer les sourcils, visiblement fou de rage. – Mais qu’est-ce que t’as fait putain ? gronda-t-il. On aurait dit un sac de frappe, immobile et prêt à recevoir les coups ! – J’ai baissé ma garde une seconde, okay ? On ne va pas en faire tout un plat ! s’énerva-t-elle soudain. – C’est lui, n’est-ce pas ? C’est à cause de lui si tu t’es déconcentrée ? Écoute, murmura-t-il après un long soupir, tu as encore le choix : tu peux abandonner maintenant et le rejoindre ou alors, tu te repositionnes au centre de la piste et tu envoies tout ce que tu as dans les tripes ! La balle est dans ton camp ! Il s’agissait de sa décision, de sa vie. Elle jeta un bref coup d’œil vers celui qui faisait battre so n cœur. Il secoua la tête de gauche à droite tout en la fixant intensément, comme s’il essayait de lui passer un message. Elle se mordilla la lèvre inféri eure, avant de pousser un léger cri lorsqu’elle rouvrit sa blessure, puis se tourna vers son entraî neur. Le regard qu’il posa sur elle était paisible, même si une lueur indescriptible y flottait. – Je ne suis pas arrivée ici pour tout lâcher si proche de la victoire, il me reste encore deux fois six minutes à tenir ! J’y retourne. Son coach se dressa devant elle et, de la pulpe du pouce, essuya la goutte de sang qui perlait au coin de sa lèvre. Leurs yeux se croisèrent et la tension entre eux devint insoutenable. Le cœur de la jeune femme se mit à battre plus fort, à la fois à cause de l’adrénaline, mais aussi du trouble indicible qu’elle ressentit tout à coup. Elle allait ouvrir l a bouche, se ridiculiser certainement, mais… la sonnerie annonçant le début de la seconde rencontre retentit. Elle fit craquer ses phalanges et retourna au centre du ring tout en se remémorant comment elle en était arrivée là !
CHAPITRE 1
Huit mois plus tôt Elle avait décidé que c’était fini ! Il était plus que temps pour elle d’annoncer à ses parents qu’il lui fallait couper le cordon. Elle avait un peu plu s de dix-huit ans et ils l’étouffaient littéralement ; impossible pour elle de faire un pas sans les avoir sur son dos, de sortir ou quoi que ce soit d’autre, ils étaient derrière elle à chaque instant… Elle avait eu son baccalauréat avec mention et avait été acceptée à la faculté située à Desplaines, dans une ville à plus de six cents kilomètres de chez elle. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, elle avait également obtenu une bourse et un logement, qui lui offraient cette liberté à laquelle elle aspirait. Dès qu’elle avait eu la confirmation par mail de so n inscription, la future étudiante avait réuni sa mère et son père dans le salon pour leur signaler les changements qui auraient lieu en septembre. La première avait pleuré, le second tempêté, mais aprè s une discussion houleuse, ils avaient enfin compris que leur petite fille avait grandi et qu’elle rêvait d’indépendance. Elle en avait profité pour leur rappeler qu’elle ét ait majeure et, qu’à ce stade, elle n’était plus obligée de les accompagner en vacances comme chaque année à la ferme Perminthos. Terminé pour elle les sorties éducatives, place à l’amusement et, cette année, elle avait une autre idée en tête, bien plus… dingue et précise que toutes celles qu’elle avait eues jusqu’à présent ! – Tu es bien sûre de toi ? lui demanda Roman. Tu veux vraiment faire cette folie ? – Écoute, Roman, dans quelques semaines, je serai à l’université et tu sais ce que je ressens pour lui depuis plus de deux ans à présent. J’ai perdu dix kilos, je ne suis plus cette ado joufflue qu’il a connue, même si j’ai encore un peu de graisse au ni veau du ventre et des cuisses… Je suis… baisable, non ? – Oh bon sang ! s’exclama-t-il en se pinçant l’arête du nez. Je ne comprends pas ce que toutes les filles lui trouvent. – Je ne veux pas arriver vierge à l’université ! marmonna la jeune femme. Tu m’as dit qu’Alban vous accompagnait cette année et, cerise sur le gâteau, tes parents sont d’accord pour que je sois du voyage ! Merde, Roman, je l’aime ! – Je te le prédis : tu vas droit à la catastrophe ! Tu vas souffrir et c’est moi, ton meilleur pote, qui devra réparer les pots cassés ! – Non, si ça devait arriver, je me tire ! lui promit-elle. Roman secoua la tête, mais il savait que Taylor était têtue et que, de toute façon, elle parviendrait à ses fins avec ou sans son aide. Alban était son f rère aîné. Il avait vingt et un ans et étudiait, lu i aussi, à l’université à Desplaines, d’où le choix de Taylor pour la rentrée. Non pas qu’elle espérait arriver en septembre en formant avec lui un couple lambda – même si ça ne l’aurait pas dérangé outre mesure – mais elle n’ignorait pas qu’Alban ne verrait jamais en elle, une possible petite amie. De plus, si elle savait pertinemment que ses propres sentiments seraient encore plus profonds si elle arrivait à ses fins ; elle avait conscience de la douleur qu’elle ressentirait s’il la repoussait. Roman et Taylor étaient amis depuis la sixième, depuis qu’ils s’étaient battus tous les deux avec des grands de troisième qui voulaient leur taxer le ur déjeuner. Taylor s’en était sortie avec une poignée de cheveux en moins et Roman s’était retrou vé avec une dent brinquebalante. Pourtant, s’ils avaient perdu tous les deux leur repas, ils avaient gagné quelque chose de bien plus précieux et qui ne leur avaient jamais fait défaut : une solide amitié. C’est ainsi qu’ils avaient poursuivi leur scolarité au collège avec la chance inouïe d’être toujours dans la même classe, ce qui avait encore renforcé le lien qui les unissait. Lorsqu’au milieu du cursus, Roman avait manqué l’école plusieurs mois à cause d ’une mononucléose, Taylor avait arrêté d’étudier pour régresser à son niveau. Tous les deu x avaient alors redoublé leur quatrième, au grand dam des parents de la jeune femme qui n’appréciaient que moyennement l’amitié qui s’était nouée entre les deux adolescents. Roman était au courant de tous les secrets de Taylo r, tout comme elle connaissait les siens, et même le plus grand d’entre eux : Roman était attiré par les garçons, et lorsqu’il était parvenu à s’avouer à lui-même la vérité, ce fut un véritable choc… Jusqu’à ce qu’il se confie à la jeune femme et qu’ensemble, ils aillent affronter ses parents. Il venait d’avoir seize ans, sa vie était sens dessus