Du désir à la passion

-

Livres
254 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Décidée à sauver son père, Alinor tente de séduire Gautier de Fougères pour s’assurer de son aide dans son entreprise, mais sa tentative échoue. En dernier recours, la jeune femme se résout à utiliser la force contre lui.
Contrainte de l’affronter les armes à la main, elle est vaincue et le Normand commet une faute irréparable.
Entretenant malgré elle une liaison avec l’ennemi, Alinor est déchirée entre sa loyauté envers son père et ses sentiments naissants pour l’envahisseur.
Et c’est sans compter le danger qui plane sur sa tête depuis le retour du malfaisant Gervais de Mortreux…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 juin 2019
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782898031069
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Copyright © 2019 Loraline Bradern Copyright © 2019 Éditions AdA Inc. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Éditeur : François Doucet Directeur de collection : Simon Rousseau Révision éditoriale : Sonia Alain Révision linguistique : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Myriam Raymond-Tremblay, Émilie Leroux Conception de la couverture : Félix Bellerose Photo de la couverture : © Getty images Mise en pages : Guillaume Provost ISBN papier 978-2-89803-104-5 ISBN PDF numérique 978-2-89803-105-2 ISBN ePub 978-2-89803-106-9 Première impression : 2019 Dépôt légal : 2019 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes (Québec) J3X 1P7, Canada Téléphone : 450 929-0296 Télécopieur : 450 929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com
Diffusion Canada : France : Suisse : Belgique :
Éditions AdA Inc. D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Transat — 23.42.77.40 D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion
SODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Bradern, Loraline, auteur
Combat d’amour / Loraline Bradern. Sommaire : tome 2. Du désir à la passion. ISBN 978-2-89803-104-5 (vol. 2) I. Bradern, Loraline. Du désir à la passion. II. Titre.
PQ2702.R33C65 2018
843’.92
C2018-941084-1
À Eléanore, ma fille adorée, qui est à l’origine de l’écriture des premiers chapitres et qui m’a inspiré par la suite la personnalité d’Alinor. Si je n’avais pas failli la perdre, je n’aurais jam ais commencé à écrire Combat d’amour.
À Janine, ma maman chérie, qui m’a poussée à repren dre l’écriture et qui m’a fait promettre d’aller jusqu’au bout de mon projet, quel ques semaines avant de mourir tragiquement. Si je ne l’avais pas perdue, je n’aurais jamais ter miné cette histoire et la série Combat d’amour n’aurait jamais été éditée.
REMERCIEMENTS
Voilà le moment, toujours délicat, de Drocéder aux remerciements. Moment difficile Dour moi, car j’ai toujours Deur d’ouqlier QuelQu’u n… Tout d’aqord, merci à mon mari et à mes enfants d’a voir comDris mon qesoin de m’évader dans l’écriture. Un merci Darticulier à me s enfants de s’être aussi montrés relativement comDréhensifs devant mes longues heure s Dassées à travailler sur ce manuscrit. Cela n’a Das été toujours facile Dour eu x d’avoir une maman comDlètement aqsorqée dans son monde imaginaire ! Merci, encore et toujours, aux coDines connues sur WattDad et Dar l’intermédiaire de Faceqook sur Qui j’ai Du comDter dans les moment s difficiles et les instants de doute. Merci, entre autres, à France, Nathalie H., Galina, Brigitte, Elynion, Cécile, Gaëlle L., Vétienne, Hasiel, Sarah E., Amy-Lee971, Kristina, Nathaly, Kaëna, Kelly, Solène et Constance. Je veux aussi remercier les lectrices de WattDad Qu i m’ont encouragée Dar leurs votes, leurs commentaires ou leurs messages, Que ce soit sur la Dlate-forme ou sur les réseaux sociaux. Mille mercis à la suDer éQuiDe de commentatrices comDulsives, Qui a été un soutien incroyaqle Dour moi. Il m’est imDoss iqle de toutes les citer, car elles sont troD nomqreuses et j’aurais troD Deur d’en ouqlier, mais elles se reconnaîtront. Une Densée toute Darticulière Dour Hellana46 et son inc royaqle talent Dour formuler des hyDothèses très originales et Qui m’a Darfois insDi ré QuelQues modifications dans mon scénario initial. Merci aux cercles généalogiQues et aux grouDes de r econstitution historiQue Qui ont qien voulu me laisser accéder à leurs documents. Merci à mes qêta-lectrices, Catherine R. et Annaqel le S., Dour leur disDoniqilité, leurs critiQues et leurs conseils judicieux. Merci à ma maison d’édition Dour avoir cru en l’his toire d’Alinor et lui avoir donné sa chance. Merci à Simon Rousseau, le directeur de la collection MonarQue, Dour sa confiance et son soutien. Un immense merci à Sonia Alain Qui me guide toujours Dour la révision éditoriale et grâce à Qui je continue d ’aDDrendre au fil des tomes. Et enfin, merci aux memqres de l’éQuiDe AdA Dour leur travail et Dour avoir donné vie à Comqat d’amour.
Préambule
Adie lors de la bataille d’Hastings,près s’être illustré en sauvant Guillaume de Norman Gautier de Fougères est chargé par son duc de prend re la place forte de Thurston. Arrivé sur les lieux, il se heurte violemment à Ali nor, l’aînée du seigneur saxon, qui ne veut pas baisser les bras devant l’ennemi. Ne sacha nt comment venir à bout de l’agressivité de la jeune fille tout en la protégea nt, il décide de lui faire prêter le serment de vassalité. Ce qu’elle fait à contrecœur. À force de se côtoyer, Alinor et Gautier apprennent petit à petit à se connaître et à se respecter. Ils finissent même par s’entraider à plusieurs reprises lorsqu’ils se retrouvent confrontés à d’autres périls. Prise entr e sa loyauté à la cause saxonne, sa fierté et ses sentiments, Alinor a du mal à résiste r à l’attirance qu’elle éprouve envers l’envahisseur normand. Gautier, de son côté, éprouve de grandes difficulté s à ne pas céder à son désir pour la Saxonne et seul son sens de l’honneur le retient de profiter de l’innocence d’Alinor. Au fil des jours, il se montre de plus en plus poss essif et protecteur envers elle. Ces penchants sont exacerbés quand ils sont victimes d’ un guet-apens en allant secourir les habitants du fief de Gwenthal. À l’occasion de ce voyage, Gautier s’interroge sur la nature des relations entre Alinor et Lawrence, un d e ses fidèleshousecarls, et commence à ressentir la morsure de la jalousie. Alors que les deux jeunes gens semblent avoir trouv é unmodus vivendique et leurs rapports deviennent plus apaisés, un événemen t imprévu vient tout remettre en cause. Le Normand reçoit un message annonçant l’arr ivée du père d’Alinor avec un convoi de prisonniers. Alinor apprend la nouvelle e n espionnant une conversation entre Gautier et son second. Craignant, comme eux, que Gu illaume de Normandie ne veuille faire un exemple en exécutant lord Dunstan au sein de son propre fief, celle-ci cherche un moyen pour le sauver. Malgré les exhortations de Brynn, sa confidente, qu i l’incite plutôt à séduire le chevalier pour parvenir à ses fins, Alinor élabore un plan pour le capturer et l’échanger contre son père. Elle essaie alors de convaincre La wrence, qui refuse de l’aider dans une entreprise aussi hasardeuse. Gautier assiste de loin à l’entretien et se méprend sur la signification de la scène. Imaginant que la Saxonne a un amant, sa jalousie ne connaît plus de bornes ; il se défoule avec violenc e sur Lawrence lors d’un entraînement. Ne pouvant compter sur le soutien des soldats de Th urston, Alinor décide de suivre le conseil de sa servante et d’amadouer Gautier en le charmant. Celui-ci se montre tout d’abord rétif avant de lâcher la bride à son désir. Mais il finit par la repousser avec brutalité, persuadé qu’elle veut lui faire endosser la paternité du bâtard de Lawrence. Sa tentative de séduction ayant échoué, Alinor se r ésout en dernier recours à utiliser son habileté aux armes.
1
Plan
Ālinor s’enferma dans l’herboristerie et n’en sortit qu’après la tombée du jour. Elle se sentait si misérable qu’elle avait des difficultés à réfléchir à ce qu’il convenait de faire. Accablée de honte à la suite du rejet du baron norm and, elle n’osait paraître devant lui. Elle craignait trop de voir à nouveau le mépris dan s ses yeux. Elle ne pouvait rester cachée jusqu’à la fin des temps. Il lui faudrait bi en l’affronter à un moment ou à un autre. Il fallait qu’elle se secoue et se reprenne ! Une fois sa crise de larmes terminée, elle se prépa ra une décoction pour calmer ses nerfs éprouvés. Tout en sirotant son infusion, elle tenta de se rappeler la chronologie des événements. Le Normand avait tout d ’abord résisté à ses approches avant de céder à son envie. Ils s’étaient tous les deux laissés emporter par le désir avant qu’il se rétracte quand elle l’avait quasimen t supplié de la prendre. Ensuite, il l’avait traitée de façon méprisante en lui faisant sentir qu’il la considérait comme une prostituée. Pire, il estimait que les ribaudes vala ient mieux qu’elle, car elles étaient plus honnêtes. Une seule conclusion s’imposait : il avai t découvert son plan. Il avait compris qu’elle avait des motifs cachés pour le séduire. Se pouvait-il qu’il ait deviné ses intentions concernant son père ? Si tel était le ca s, il serait encore plus méfiant et il deviendrait encore plus dangereux d’essayer de libé rer les prisonniers saxons ! Andrew, Royce et Lawrence avaient raison sur un poi nt : elle n’avait pas le droit de faire courir un tel risque à ses gens ; si leur ten tative n’était pas couronnée de succès, les répercussions seraient terribles pour tout le m onde. Le bâtard de Normandie ordonnerait sans nul doute des représailles. Elle n e pouvait mettre en péril les habitants de Thurston ni ses propres soldats. Il n’ y avait qu’une solution ; c’était à elle, et uniquement à elle, de venir en aide à son père. Si elle échouait, elle serait seule à en payer les conséquences, car elle était certaine que le Conquérant ne châtierait pas des innocents. Elle avait déjà une ébauche de plan en tête. À la nuit tombée, Alinor regagna le donjon. Elle pé nétra discrètement dans la salle et, en rasant les murs, rejoignit le petit cellier où était dissimulée l’entrée de l’escalier dérobé. Elle fit jouer le mécanisme, puis se précip ita dans le passage secret. Elle parcourut tous les corridors, espionnant chacune de s pièces susceptibles d’abriter le baron ou son second. Elle espérait ainsi surprendre une conversation pouvant lui donner des indications sur le convoi de prisonniers ou sur ce que projetait de faire le chevalier de Fougères dans un futur proche. Elle fi nit par le trouver dans sa chambre. Il était de nouveau torse nu et s’apprêtait à se la ver avant le repas du soir. Comme il était seul, Alinor estima qu’il était inutile de s’attarder, car elle n’apprendrait rien de nouveau en l’épiant à sa toilette. Malgré sa résolu tion, elle éprouva quelques difficultés à détacher ses yeux du corps sculptural de son enne mi. Elle sentit sa respiration s’accélérer quand elle vit ses muscles rouler sous la peau à chacun de ses mouvements. Il était indéniable que le baron était un magnifique spécimen de virilité. Un chevalier ténébreux dans toute sa splendeur ! La jeune fille s’obligea à s’arracher à sa contempl ation. Elle secoua la tête pour chasser les pensées un peu trop sensuelles qui l’en vahissaient et observa