Histoires croustillantes

-

Livres
256 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un recueil d'histoires érotiques où se mêlent amour et passion, avec une pointe de complications.


- L'escort boy


- Le mécano


- Le surfeur


- Aime-moi si tu peux


- Interlude


- Opium

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 860
EAN13 9782819102441
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Histoires Croustillantes - 1 -Recueil de nouvelles érotiques
Du même auteur aux Editions Sharon Kena Les déboires d’une star Âme de guerrière Si je dois choisir Béverly, sur un piédestal Les guerriers de l’ombre (la saga) Morsures nocturnes (la saga) Les tourments d’une passion Totale dévotion (la trilogie) Mortelle rencontre Dans les coulisses d’IWA (la saga) Double vie Jane Hunter Au-delà des apparences Les envoyés Possédés (la saga) Brad et Cassie Espérance Le prix du bonheur Chasseurs de démons (saga) L’île Jeux Malsains (saga) No Choice (saga)
Sharon Kena Histoires Croustillantes - 1 -Recueil de nouvelles érotiques
« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d ’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. » © 2017 Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com
Vous avez été nombreux à me réclamer une publication papier pour mes nouvelles érotiques, la voici.
Je vous souhaite une agréable lecture.
L’Escort Boy Le Mécano Le surfeur Aime-moi si tu peux... Interlude Prologue Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Épilogue Opium
Table des matières
L’Escort Boy
Où est ta chambre ? La superbe rousse ne se fait pas prier pour me l’indiquer. Elle me fait traverser le long couloir de son appartement luxueux avant de me pousser sur son lit à baldaquin. Lydia – c’est son prénom – commence à me faire un strip-tease, de quoi faire monter mon degré d’excitation. Cette femme es t une diablesse, elle est dangereuse. Et après ce soir, je compte bien ne plus la revoir. Toute la soirée, elle m’a fait du rentre-dedans. C’est la première fois q ue je travaille avec elle, mais la dernière également. Madame est exigeante, même si j e n’ai rien contre le fait d’exaucer ses désirs, je n’aime pas spécialement me faire prendre pour un pigeon en public. Lors du dîner où je l’ai accompagnée, el le m’a présenté comme étant Rodrigue, son ami italien venu passer quelques jours en France. Elle n’a pas cessé de me surnommer « mon bichon », ce dont j’ai horreu r, mais mon job est de satisfaire les clientes, alors j’ai souri et obéi. Je suis escort boy. Lydia est très douée dans l’effeuillage, au lieu de vivre aux crochets de son mari de soixante-dix ans – quarante de plus qu’elle –, e lle pourrait gagner sa vie en se trémoussant contre un poteau. Elle arrive à me faire bander en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Une façon de se rattraper pou r la soirée pourrie qu’elle m’a infligée. « Mon bichon, tu veux bien aller me cherc her un autre verre, celui-ci est sale ! » « Regarde, mon bichon, ma viande est trop cuite ! » Mon boulot est de la fermer et d’acquiescer, de faire la potiche aux bra s des femmes riches, qu’elles aient mon âge – la trentaine – ou pas. Je suis payé , un max de blé, pour satisfaire les bourgeoises. Mais je suis également un homme très demandeur. Mon physique avantageux fait que je peux obtenir ce que je veux avec facilité. Il m’arrive très souvent de coucher avec mes clientes, ce qui est in terdit. Mais qui s’en plaint ? Elles prennent leur pied et moi j’amasse des billets ! Dans son déshabillé rouge, Lydia est très sexy. J’en sais très peu sur elle et c’est mieux comme ça. Elle s’approche de moi, me pousse e n arrière d’une main sur le torse et s’attaque à ma ceinture. J’aime quand on ne perd pas de temps en parlote. Droit au but, c’est ma devise ! La bourgeoise me dé leste de mon pantalon et de mon caleçon pour admirer mon érection avant de la p rendre dans sa bouche. Je gémis de plaisir. Je me redresse sur mes coudes pou r la regarder me sucer et rejette la tête en arrière quand la jouissance est proche. Elle est douée, je le reconnais, et j’en arrive à oublier d’avoir été son larbin toute la soirée devant ses amis friqués. Quand je suis trop proche de la déliv rance, je l’attire à moi et embrasse ses lèvres avec désir, mêlant ma salive à la sienne lorsque nos langues entament une course folle. Ma veste et ma chemise A rmani ne tardent pas à finir sur la moquette de la chambre, j’aime sentir les ma ins des femmes sur ma peau. Lydia m’enfile un préservatif – jamais sans – et s’ empale sur mon sexe avant de libérer sa poitrine de sa prison de dentelles. J’y pose mes mains et caresse ses tétons dressés. Elle décide de la cadence des pénétrations, prenant un malin plaisir à m’imposer une lenteur qui me rend dingue. Je la supplie d’aller plus vite, mais elle ne m’écoute pas. Et je suis obligé de me contenter de ce qu’elle m’offre. C’est elle qui paye ! C’est elle qui décide ! Lydia finit par s’enlever pour se mettre à quatre p attes en réclamant que je la culbute, je m’en fais un plaisir. Je la prends en levrette et lui assène de vigoureux coups de boutoir, la faisant gémir toujours plus fo rt. Elle aime ça et je ne m’arrête
que lorsque je suis incapable de me retenir, me laissant aller dans la capote. Ma partenaire se laisse tomber sur le lit, satisfaite de ma performance, tandis que jort une liasse de billets de sae me rhabille. Quelques secondes plus tard, elle s table de chevet et me les tend. Pour ta dévotion, mon bichon. Je saisis l’argent, un sourire en coin sur les lèvr es, et n’oublie pas de la remercier. Je fais la pute et je m’en fous ! C’est ainsi que j’appelle faire des « extras ». Au moins, je ne manque pas d’argent et je peux assurer mon train de vie assez élevé. L’abonnement à la salle de musculation du quartier coûte extrêmement cher, et mon appart à Paris également. La jolie rousse me raccompagne à la porte d’entrée et dépose un baiser sur mes lèvres avant de me rendre ma liberté. Ma vie se résume à ça : soirées privées prisées, se xe avec les plus belles femmes... Je suis très demandé dans mon métier, je suis l’escort le plus sollicité. *** Sly ! Lève-toi ! La lumière dans les yeux dès le matin – début d’apr ès-midi, en réalité –, je déteste ça. Ma sœur est une vraie calamité quand elle s’y met. Tire-toi, Luchia ! Elle a sept ans de moins que moi et cette nana est une plaie ! Toujours dans mes pattes ! Elle veut bosser avec moi. Je reconnais qu ’elle est agréable à regarder, c’est de famille ! Nous sommes italiens ! Mais à côté de ça, je sais comment ça se passe dans le milieu, je ne veux pas que ma sœur de vienne une pute de luxe. Théoriquement, une escorte ne couche pas, mais je c onnais assez l’envers du décor pour savoir que quand on veut garder son boul ot on n’a pas vraiment le choix ! J’ai besoin de toi ! insiste-t-elle. Quoi ? rugis-je en m’asseyant dans mon lit. T’as une sale tête ! commente-t-elle. Je suis rentré tard. Elle s’approche et s’installe auprès de moi. Ma petite sœur est ma seule famille en France, nos parents vivent en Italie et nos frères également. Je me suis établi dans la capitale il y a cinq ans et elle m’a suivi. J’ai besoin que tu accompagnes Hannah à une soirée. Je soupire d’agacement. Tu me dois un service ! me rappelle-t-elle, triomphante. Note pour plus tard : ne jamais confier de secret à ma sœur. Cette petite peste a récemment découvert comment j’arrondissais mes fins de mois – en me prostituant, dit-elle. Et elle m’a promis le silence à condition que je lui rende un service. Je crois que le moment de payer ma dette est venu. C’est quoi, l’histoire ? réclamé-je, sachant parfaitement que je ne pourrai pas y couper. C’est mon amie à la fac, son ex la harcèle. Je sais précisément qui est cette jeune femme, Luch ia n’arrête pas de me bassiner avec sa superbe copine. Je la soupçonne de vouloir me caser avec elle ! Comme si je pouvais supporter d’être enfermé dans u ne relation monogame, mon pire cauchemar. Je suis un oiseau libre, chaque fem me peut profiter de moi quand je suis dans les parages, puis, après s’être bien amusée, elle doit me lâcher. Ma sœur étudie la médecine, je suppose que sa jeune amie en fait autant. Je ne vois pas vraiment ce que je pourrais faire pour ta copine. Le campus organise une soirée samedi... Je suis pris ! la coupé-je sans la laisser terminer sa phrase.