Just One Touch - Episode 5

Just One Touch - Episode 5

-

Livres
90 pages

Description

Une soif de liberté. Une passion dévorante. 

Prétendre être quelqu’un qu’elle n’est pas – une femme faible, timide, docile – ou fuir, tout simplement : voilà les moyens que Jenna a perfectionnés pour échapper aux monstres qui ont fait de son enfance un enfer. Alors aujourd’hui elle n’a plus qu’un objectif : vivre libre. Elle avait d’ailleurs de bonnes chances d’y arriver, jusqu’à ce qu’elle rencontre Isaac. Pour une raison qui échappe encore à Jenna, Isaac semble avoir un besoin impérieux de faire tomber ses défenses. Et, même si cela la terrifie, elle doute de pouvoir y faire quoi que ce soit. Car, quand elle s’est approchée d’Isaac pour la première fois, quelque chose s’est passé. Il a suffi d’un geste, pour que tout – ses plans, ses sentiments et ses désirs – soit bouleversé…

A propos de l'auteur :
Etoile montante de la romance érotique, Maya Banks nous fait également vibrer par ses romances contemporaines, sensuelles - et toujours passionnées ! Ses romans figurent sur les listes des best-sellers du New York Times et d'USA Today. Une consécration pour cette amoureuse des livres, qui aime par-dessus tout offrir à ses lectrices des personnages hors du commun. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 février 2018
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782280390538
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Chapitre 22
Assise dans l’angle du canapé en forme de L, Jenna regardait la télé, zappant d’une chaîne à l’autre avec fascination. Elle n’avait pas lâché la télécommande depuis qu’elle avait demandé timidement la permission de s’en servir, une heure plus tôt. Les hommes avaient fini par quitter la pièce les uns après les autres en se bouchant les oreilles, et c’est à peine si elle s’en était rendu compte. Elle était hypnotisée. Elle se sentait ridicule d’avoir réagi avec une tel le violence le jour où elle avait découvert la télé pour la première fois chez Eliza et Wade. Elle s’était alors promis de s’informer à ce sujet, dès qu’elle aurait un moment de libre. Car aussi incroyable que cela puisse paraître, elle n’avait pas une minute à elle. Non contents de lui mitonner de bons petits plats, les amis d’Isaac avaient décidé de lui donner des cours de cuisine pour lui apprendre à composer des repas simples. Ils étaient adorables, aux petits soins, et d’une patience inépuisable. L’envie d’apprendre de Jenna semblait les attendrir. Même quand ce n’était pas leur tour, ils venaient assister au cours, applaudissant quand elle était fière d’avoir réussi une recette. Mais aujourd’hui, les félicitations n’étaient pas à l’ordre du jour. Même Isaac avait craqué et déserté le salon après avoir supporté pendant près d’une heure son zapping infernal. Pourtant, il fallait bien qu’elle essaie toutes les chaînes pour se faire une idée ! L’immensité du choix la rendait perplexe mais elle devait reconnaître que la télé représentait une ouverture extraordinaire sur le monde. D’un simple clic, on pouvait savoir ce qui se passait aux quatre coins de la planète. Et elle adorait tenir la télécommande entre ses mains. Elle éprouvait un sentiment de toute-puissan ce en l’utilisant. Maintenant elle comprenait pourquoi les hommes se disputaient tous les soirs pour savoir qui aurait le contrôle de ce petit instrument. Elle s’adossa plus confortablement aux coussins et poussa un soupir de bien-être. C’était formidable de pouvoir faire ce qu’elle voulait — ou ne rien faire du tout. Elle n’avait jamais connu cette liberté avant aujourd’hui. Pendant ses premières années dans la secte, elle avait cru que tout le monde vivait le même genre de vie qu’elle, et elle ne s’était pas posé de questions. Ce n’est que vers l’âge de neuf ou dix ans, en observant les autres membres de la communauté, qu’elle avait mesuré la différence. On ne pouvait pas dire que les femmes de la secte étaient bien traitées. Et pourtant, elles étaient des privilégiées, comparées à elle… Elle chassa ses souvenirs douloureux et humiliants, furieuse contre elle-même de ressasser des événements qu’il valait mieux laisser à leur place : dans le passé. Elle continua à zapper d’une chaîne à l’autre jusqu ’à ce qu’elle reconnaisse le journaliste qui avait annoncé le massacre de la secte. Il évoquait la visite d’un président étranger. Jenna suivait les images avec curiosité quand il annonça le sujet suivant. Elle se figea une fraction de seconde et monta précipitamment le son. Elle avait dû mal entendre, ce n’était pas possible. « Ce soir, une mère désespérée supplie qu’on rouvre une enquête sur la disparition de sa fille, enlevée il y a vingt ans. Nous allons nous rendre en direct à la conférence de presse où Suzanne Wilder, c’est son nom, lance un appel à tém oins. Elle s’exprime suite à notre reportage sur la tuerie de masse perpétrée au nord de Houston, dans ce qui apparaît comme le camp retranché d’une secte implantée sur place depuis vingt-cinq ans. » Une femme visiblement bouleversée apparut à l’écran , entourée par une nuée de journalistes brandissant leurs micros devant elle. Jenna bondit du canapé et se précipita devant la télé. Elle ouvrit la bouche pour appeler Isaac, mais aucun son ne sortit de sa gorge nouée. Ses oreilles bourdonnaient, les murs tournaient et elle avait l’impression que le sol tanguait sous ses pieds. Seule la télé restait immobile. Elle aurait voulu fermer les yeux et se boucher les oreilles, mais elle était paralysée par une étrange combinaison de peur et d’espoir.
La femme avait les paupières gonflées, comme si ell e avait beaucoup pleuré. Elle regardait les caméras avec une expression suppliante. « Je m’appelle Suzanne Wilder. Il y a vingt ans, ma fille, Jenna, a été kidnappée. Son père a tenté de s’interposer mais les ravisseurs l’ont abattu froidement avant d’emporter mon bébé et de s’engouffrer avec elle dans une fourgonnette noire. » Sa voix se brisa. « Pendant toutes ces années, je n’ai jamais abandonné l’espoir qu’on me la rendrait un jour. Hélas, malgré les détectives privés que j’ai engagés et les recherches que j’ai moi-même effectuées, je n’ai jamais réussi à savoir où se trouvait la secte responsable du kidnapping de ma fille, ni même si elle était encore sur le sol américain. » Elle pressa un mouchoir sur sa bouche pour contenir ses sanglots avant de poursuivre : « C’est en voyant le reportage sur la tuerie perpétrée dans une secte au nord de Houston que j’ai compris que c’était le lieu où ma fille avait été emprisonnée. J’ignore seulement si elle est toujours vivante et si elle se souvient encore de sa maman…, dit-elle en fondant en larmes. — Comment avez-vous compris que c’était dans cette secte que votre fille avait été maintenue prisonnière ? demanda l’un des journalistes. — La chaîne de télévision a montré des photos des r esponsables de la secte et j’ai reconnu les deux hommes qui ont assassiné mon mari et kidnappé ma fille chérie. » Elle baissa la tête, submergée par l’émotion. Abasourdie, Jenna fixait l’écran, trop choquée pour réagir. Une larme roula sur sa joue sans qu’elle esquisse un geste pour l’essuyer. Elle était changée en statue. Elle respirait trop vite, comme si elle avait couru un marathon. C’était stupide. De quoi avait-elle peur ? De la vérité ?
TITRE ORIGINAL :JUST ONE TOUCH Traduction française :ÉVELYNE JOUVE Le visuel de couverture est reproduit avec l’autorisation de : Plumes : © ISTOCKPHOTOS / OKEA / ROYALTY FREE Réalisation graphique couverture : STUDIO PIAUDE Tous droits réservés. © 2017, Maya Banks. © 2018, HarperCollins France pour la traduction française. Ce livre est publié avec l’aimable autorisation de HarperCollins Publishers, LLC, New York, U.S.A. ISBN 978-2-2803-9053-8 HARPERCOLLINS FRANCE 83-85, boulevard Vincent-Auriol, 75646 PARIS CEDEX 13. www.harlequin.fr Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de tout ou partie de l’ouvrage, sous quelque forme que ce soit. Cette œuvre est une œuvre de fiction. Les noms propres, les personnages, les lieux, les intrigues, sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés dans le cadre d’une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des entreprises, des événements ou des lieux, serait une pure coïncidence.