//img.uscri.be/pth/dbd7c060d16b5ee16979fa2e800d1822ebd8a130
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'adolescence usurpée

De
84 pages
J'en ai crevé d'aimer mais étais-ce de l'amour? Non... passion que tout cela : passion jusqu'à la desctruction et jusqu'à gerber Marie. Alors le dégoût,alors je la gerbe, alors je me retrouve...Pourquoi? Parce que sans cette sacro-sainte idée qu'était Marie, tout me bouffait,et j'en étais obsédé, et je ne pouvais pas vivre...Depuis? Marie est morte tout comme je fus tué par elle. Depuis? Je revis!
Voir plus Voir moins

L’adolescence usurpéeOlivier Mazeaud
L’adolescence usurpée
AUTOBIOGRAPHIE/MÉMOIRES(NON FICTION)© manuscrit.com, 2002
ISBN: 2-7481-2257-7 (pourle fichiernumérique)
ISBN: 2-7481-2256-9 (pour le livreimprimé)Avertissement de l’éditeur
DécouvertparnotreréseaudeGrands Lecteurs(libraires,revues,critiques
littéraires etde chercheurs),ce manuscritestimprimé telunlivre.
D’éventuelles fautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueusede
lamiseenformeadoptéeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l’ouvrage, le texte en l’état.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone:0148075000
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com« Laisse béton et même si la nuit rejaillit, même si le
jour se fait nouveau …
Laisse béton. »
Voilà ce que je dis à mon autre moi-même, voilà la
mort de l’espoir, le vide absolu. Il faut bien mourir un
jour ; je suis déjà mort.
«Laissebéton.
Plus rien,
Plus rien à revivre ;
Laisse béton Olivier …
Il n’y a plus rien à vivre. »
Des phrases sur le désarroi que je me crée, que j’en-
globe comme ça pourmon autre moi-même.
Plustard,ilyaurapeut-êtreunrenouveau,peutêtre …
Maislàjel’aibienditoudumoinsmonautremoi-même
l’admet : il n’y a plus rien.
Rien devant,
Rien derrière :
Que présent insalubre,
Que masturbations destructrices.
7L’adolescence usurpée
Et puis le siècle est mort, il s’endormit, il s’endormit
etmoijen’ariveplusàdormir.Ilestmortdansmes
vingtneufs ans ; le ciel s’ensevelit sur lui-même.
8