L

L'héritier de Haverton Manor

-

Français
160 pages

Description

Pour échapper au désir brûlant qu’éveillait en elle Eduardo Silveri, l’homme en qui son père voyait le fils qu’il n’avait jamais eu, Bella n’a plus mis un pied dans la vaste demeure familiale de Haverton Manor depuis des années. Mais, aujourd’hui, elle n’a pas d’autre choix que d’affronter Eduardo : depuis la mort de son père, il est son tuteur légal, et lui seul peut lui donner l’autorisation dont elle a besoin pour se marier. Hélas, dès qu’elle revoit Eduardo, Bella comprend que la partie est loin d’être gagnée. Non seulement il n’est pas du tout disposé à lui donner l’accord dont elle a besoin, mais encore le désir qu’elle éprouve pour lui est toujours aussi fort. Un désir auquel il lui est plus que jamais interdit de céder… 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2018
Nombre de lectures 5
EAN13 9782280394352
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
1.
Pour la première fois depuis les obsèques de son père, Bella retrouvait Haverton Manor. Haverton, la maison de son enfance… Dans l’atmosphère hivernale de ce mois de février, plantée au milieu du parc saupoudré de neige, la majestueuse demeure de style géorgien avait l’apparence d’un château de conte de fées. Une fine pellicule blanche recouvrait les collines boisées, autour du manoir, ainsi que les arbres centenaires qui bordaient la longue allée sinueuse menant au perron. Au loin, le lac gelé brillait comme un miroir. Dès qu’elle arrêta sa petite voiture de sport devant le jardin de buis taillé, Fergus, le vieux chien de berger qui avait appartenu à son père, se leva péniblement de l’endroit où il prenait le soleil, et s’avança pour l’accueillir en agitant la queue. — Salut, Fergus ! dit-elle en lui grattant les oreilles. Qu’est-ce que tu fais tout seul ? Où est Eduardo ? — Je suis là. Cette voix grave aux accents de velours… Elle fit brusquement volte-face. Son cœur bondit dans sa poitrine, lorsque son regard se posa sur la haute silhouette d’Eduardo Silveri. Cela faisait deux ans maintenant qu’ils ne s’étaient pas trouvés face à face, mais il était tout aussi irrésistible que dans son souvenir. Pourtant, on ne pouvait dire qu’il fût véritablement beau. Non, ses traits étaient un peu trop irréguliers pour cela. Une ancienne bagarre lui avait laissé une légère bosse sur le nez, et l’un de ses sourcils bruns était entaillé d’une cicatrice. Des souvenirs de son adolescence tourmentée… Chaussé de solides bottes de travail, Eduardo portait un jean délavé, et un pull-over noir dont les manches relevées jusqu’au coude révélaient la puissante musculature de ses avant-bras. Ses épais cheveux bouclés d’un noir de jais é taient rejetés en arrière, et la barbe naissante qui soulignait sa mâchoire accentuait la virilité de ses traits. Comme toujours en présence d’Eduardo, elle sentit un léger picotement sur sa nuque. Elle dut légèrement pencher la tête en arrière pour le regarder dans les yeux, et lorsqu’enfin ses prunelles, d’une étonnante nuance bleu-vert, rencontrèrent les siennes, elle ne put s’empêcher de retenir son souffle. — En plein travail, à ce que je vois, lança-t-elle du ton condescendant qu’elle s’efforçait d’adopter habituellement avec lui. — Comme toujours. Malgré elle, elle fixa la bouche aux contours ferme s qui venait de laisser tomber sèchement ces deux mots. A voir les plis qui la cernaient, on comprenait aisément que son propriétaire avait coutume de contenir ses émotions plus souvent qu’il ne les laissait paraître. Une seule fois, par le passé — une nuit, l’été de ses seize ans — elle avait permis à ces lèvres fermes et sensuelles de se poser sur les sie nnes. Bien que cela ne se soit jamais reproduit par la suite, c’était un souvenir qu’elle n’était pas parvenue à effacer de sa mémoire. Encore aujourd’hui, le goût des lèvres d’E duardo demeurait sur sa bouche. Un mélange de sel et de menthe au parfum viril. Bien sûr, ce n’était pas le seul baiser qu’elle ava it reçu. A vrai dire, depuis son adolescence, elle avait souvent été embrassée. Mais seul celui échangé avec Eduardo était resté gravé dans sa mémoire avec une précision qui lui faisait encore courir des frissons le long de son dos. Eduardo la dévisageait sans un mot, manifestement peu pressé de rompre le silence qui s’était installé. Avait-il à l’esprit les mêmes images que celles qui la troublaient tant ? Le souvenir de leurs bouches soudées l’une à l’autre, de leurs langues se mêlant dans toute l’impudeur d’une danse primitive, de leurs respirations haletantes…
S’arrachant à ces souvenirs importuns, elle posa so n regard sur les mains souillées de terre d’Eduardo. Manifestement, il était en train de désherber les plates-bandes du jardin. — Où est passé le jardinier ? demanda-t-elle. — Il s’est cassé le bras, il y a une semaine. Je te l’ai écrit dans mon dernier e-mail. Celui où je te tenais au courant des affaires du domaine. — Vraiment ? Je ne m’en souviens pas. Tu es sûr de me l’avoir dit ? Eduardo eut une grimace moqueuse. Aussi loin qu’ell e s’en souvienne, c’était sa manière à lui d’esquisser un semblant de sourire… — Oui, Bella, répondit-il. J’en suis certain. Peut-être n’as-tu pas prêté attention à mon message, perdu parmi tous ceux de ton petit ami. Quel est donc le dernier en date ? Le patron de restaurant au bord de la faillite ? Ou le fils du banquier ? Ainsi, il ne pouvait pas s’en empêcher ! Elle était arrivée depuis quelques minutes à peine et il ouvrait déjà les hostilités. Mais hors de question de se laisser impressionner. Elle releva fièrement le menton. — Ni l’un ni l’autre. Il s’appelle Julian Bellamy, et il poursuit des études pour devenir ministre. — Un homme politique ? Elle le fusilla du regard. — Ministre du culte ! L’éclat de rire que suscita sa réponse la laissa interdite. Qu’y avait-il de si amusant dans cette nouvelle ? Et comment osait-il se moquer ainsi de l’homme qu’elle allait épouser ? Julian était tout le contraire d’Eduardo. C’était un homme raffiné et cultivé. Il était poli, attentionné, et voyait toujours les qualités de ses semblables, pas leurs défauts. De plus, il était amoureux d’elle. Tandis qu’Eduardo n’avait jamais caché la plus totale aversion à son égard. — Qu’ai-je dit de si drôle ? demanda-t-elle avec impatience. Du dos de la main, Eduardo essuya les larmes de rire qui coulaient sur ses joues, et fit mine d’avoir du mal à reprendre son souffle. — Eh bien, dit-il, disons que ça ne cadre pas. Elle lui décocha un regard noir. — Que veux-tu dire ? — Toi. En train de servir du thé et des petits gâteaux aux dames patronnesses. Tu ne me sembles pas avoir l’étoffe d’une femme de pasteur. — Et pourquoi cela ? Lentement, Eduardo promena un regard nonchalant sur sa silhouette, remontant le long de ses bottes noires, puis de la jupe et de la veste de grand couturier qu’elle avait enfilées avant de partir. Avec insistance, comme s’il cherchait à la faire réagir, il s’attarda sur sa poitrine. — Tes jupes sont aussi courtes que ton sens moral ! finit-il par lancer d’un ton catégorique. Comment osait-il ? Pour un peu, elle l’aurait frappé. A la place, elle serra les poings, et enfonça ses ongles dans ses paumes pour s’obliger à se contenir. Mieux valait qu’elle évite de le toucher, elle le savait. Car à la vérité, elle redoutait les réactions de son propre corps, qui semblait se mettre à vibrer chaque fois qu’il y avait une trop grande proximité entre eux. — C’est toi qui prétends me donner des leçons de morale ? dit-elle. Tu ne manques pas de culot ! En ce qui me concerne, je n’ai jamais fréquenté les maisons de correction. Les yeux d’Eduardo prirent un éclat dur. Il semblait avoir peine à ne pas donner libre cours à sa colère. — Tu ferais mieux de ne pas trop me chercher, Princesse. Sinon, tu vas me trouver ! De nouveau, cette curieuse sensation de picotement sur sa nuque… Lui rappeler son passé de mauvais garçon, c’était u n coup bas, elle ne l’ignorait pas. Mais aussi, il avait le chic pour la pousser dans ses retranchements. Pour faire surgir en elle des pulsions irrépressibles. Et il prenait manifestement un malin plaisir à lui taper sur les nerfs… Depuis cette fameuse nuit où ils avaient échangé un baiser, elle avait fait tout son possible pour éviter les contacts avec le protégé de son père. Lors des brèves visites qu’elle faisait à Haverton Manor, elle s’efforçait toujours de lui accorder le moins d’attention possible. Pourtant, quoi qu’elle fasse pour l’éviter, Eduardo continuait à susciter en elle des émotions particulièrement dérangeantes. En sa présence, elle perdait toute son assurance, toute mesure. Et que dire des pensées tout à fait inconvenantes qui l’assaillaient dès qu’elle le voyait ?