//img.uscri.be/pth/7c38b451edee362227ccbd62c9e76c10ae1370f9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LABRYS

De
90 pages
En reprenant le thème du labyrinthe et du Minotaure, Jean-Claude Villain en propose ici une relecture psychologique et politique. Qu'est-ce que le pouvoir ? Son arrogance ? Son délire ? Sa jouissance ? Sa naïveté ? Son leurre ? Ses ruses ? Ses limites ? Si le tout puissant Minos est ici vaincu, c'est par le jeu de la " double hache " (labrys), c'est-à-dire de la vengeance simultanée qu'accomplissent ces alliés de circonstance : Thésée et Ariane.
Voir plus Voir moins

Labrys
La double vengeance

@ L'Harmattan,

2001

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Italia s.r.l. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-1162-6

Jean-Claude Villain

Labrys
La double vengeance

L'Harm.attan

du même auteur, aux Editions L'Harmattan

Poèmes
Parole, exil, précédé de Confins, calligraphie de Hawad, 1990. Le Tombeau des Rois, suivi de Roi, guerrier et mendiant, dessin de Bud Wehrheim, 1991. Leur Dit, dessin de Maisonseul, 1992. Orbes, dessins de André Verdet, 1993. Eté, froide saison, dessin de Sonia Achimsky, 1996. Thalassa pour un retour, couverture de Jolaine Meyer, 1997.

Prose
Matinales de pluie, chronique par lettres, couverture de Martine Diersé, 1995. Jean-Max Tixier à l'arête des mots, essai, 1995. Essais de compréhension mythologique, (Les Sacrifiés), couverture de Jean-Marie Granier, 1999. L 'Heure de Pan, dessin de Yannis Ritsos, chroniques, 2001. Par ailleurs un texte de théâtre, Pour Refuge B, a été publié aux Cahiers de l'Egaré; des recueils de poèmes et des chroniques ont paru chez d'autres éditeurs.

LABRYS

Personnages

Minos Pasiphaé Ariane Thésée Jeunes gens et jeunes filles d'Athènes

Prologue

Dans le noir total, un roulement de mer: ressac. Peu à peu, d'abord comme un murmure, et se fondant avec le bruit de la mer, on entendra s'élever un chant de voix féminines détachant ces syllabes PA-SI-PHA-E. (Ce sont les uniques paroles de ce chant. On pourra envisager éventuellement une polyphonie ou enrichir cette partie chantée d'une contribution instrumentale). Dans l'obscurité, sept jeunes filles entreront en scène. 4 2 5 1 6 3 7

Elles seront vêtues d'une combinaison blanche ou d'une tunique blanche leur drapant tout le corps. Projecteurs: en centrant la lumière sur le plexus, on éclairera d'abord exclusivement 1, plus longtemps, puis anarchiquement, rapidement et violemment, une à une, pour dessiner l'espace. On peut ainsi balayer plusieurs fois. Puis une seconde fois mais plus lentement dans cet ordre: 1-4-6-2-7-5-3. A la fin toutes seront éclairées. Si nécessaire on peut éclairer faiblement les silhouettes si le spot sur le plexus ne suffit pas à les faire deviner assez.