Le bébé du désir - Dans le secret de mon coeur

Le bébé du désir - Dans le secret de mon coeur

-

Livres
432 pages

Description

Le bébé du désir, Sarah M. Anderson
Le cœur battant, Bobby couve du regard la femme élégante qui s’avance vers lui, le visage grave, la démarche assurée. Pourquoi Stella a-t-elle décidé de revenir dans sa vie ? Elle sait pourtant que la nuit d’amour qu’ils ont partagée deux mois plus tôt était sans lendemain et que jamais son père, le puissant magnat des médias, ne la laissera s’engager dans une relation durable avec un de ses employés. Mais alors qu’il meurt d’envie de la prendre quand même dans ses bras, Stella lui révèle d’une voix sourde qu’elle attend un enfant de lui…

Dans le secret de mon cœur, Kathleen Eagle
Rebelle, farouche, plus sexy que jamais… Emue aux larmes, Bella dévisage Ethan qui vient, après deux ans d’absence, de réapparaître dans la petite ville où elle travaille comme journaliste. Encouragée par le sourire tendre qui se dessine sur ses lèvres et la joie qu’elle lit dans son regard, elle se prend à rêver : et si le destin lui offrait là une deuxième chance de lui révéler les sentiments qu’elle cache depuis toujours au plus profond de son cœur ?

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juillet 2014
Nombre de lectures 10
EAN13 9782280323741
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
- 1 -
Pourquoî donc Stea ne e rappeaît-ee pas ? Pour a centîème foîs, Bobby Boton se posaît cette questîon sans être en mesure de formuer ne seraît-ce qu’un début de réponse. Stea et uî s’étaîent rencontrés deux moîs pus tôt à New York, dans un cub huppé où e grand Davîd Caîne, magnat des médîas, donnaît une réceptîon. I avaît tout de suîte été séduît par son charîsme et, après une heure de dîscussîon à bâtons rompus, a jeune femme dont î îgnoraît tout ’avaît entraïné jusqu’à sa spacîeuse îmousîne aux vîtres teîntées, garée à proxîmîté de a boïte de nuît. Pour son pus grand paîsîr, tous deux avaîent faît ’amour de façon torrîde sur a banquette arrîère. Depuîs ors, î pensaît sans cesse à a mystérîeuse maïtresse d’une nuît quî avaît embrasé ses sens tout en uî faîsant oubîer ses autres conquêtes. En vérîté, î n’avaît rîen d’un séducteur chevronné et passaît e pus caîr de son temps dans e Dakota du Sud, où î étaît a vedette d’une émîssîon de téé-réaîté dont î avaît eu ’îdée. I supervîsaît aussî a constructîon d’un futur compexe tourîstîque dont
8
Le bébé du désir
î étaît e prîncîpa actîonnaîre et quî, espéraît-î, ouvrîraît ses portes dans queques moîs. Pourtant, s’î accordaît une pace de choîx à ses occupatîons professîonnees, c’étaît Stea quî mobîîsaît son énergîe en ce moment, car ee étaît a premîère femme à ouvrîr une brèche dans ses certîtudes et à uî donner envîe de modîier un tant soît peu ses habîtudes de céîbataîre. I s’étaît bîen gardé de parer d’ee à ses deux frères, Bîy et Ben, passîonnés de moto comme uî et partîcîpants eux aussî à ’émîssîon de téé-réaîté The Bolton Biker Boys, que Davîd Caîne dîffusaît sur sa chaïne de téévîsîonFreeFall TV. The Bolton Biker Boysnarraît es pérîpétîes quotî-dîennes du can Boton et e montraît à son bureau, sur e chantîer de son futur compexe tourîstîque, ou dîscutant « gros cubes » avec Bîy, dans eur boutîque. La formue de ’émîssîon avaît été pébîscîtée par e pubîc, et c’étaît pour fêter e succès de a saîson passée que Caîne avaît donné une grande réceptîon dans ce cub new-yorkaîs, e genre d’événement mondaîn dont î étaît frîand et quî uî avaît permîs de rencontrer Stea. Ce soîr-à, au bar du cub, î expîquaît à ’un des învîtés a genèse deThe Bolton Biker Boysquand une femme, assîse un peu à ’écart et vêtue d’une robe ajourée agrémentée de rubans de cuîr et de bouces métaîques, avaît îmmédîatement éveîé son désîr. L’avaît-ee reconnu ? I n’auraît su e dîre car
Le bébé du désir
9
ee ne e regardaît pas en partîcuîer et sembaît assez basée. Invoquant e premîer prétexte venu, î s’étaît débarrassé de son înterocuteur pour aer rejoîndre a bee înconnue, quî avaît accepté de boîre un verre avec uî. Au cours de eur conversatîon, î avaît apprîs qu’ee se prénommaît Stea, qu’ee faîsaît carrîère dans a mode et qu’ee étaît sur e poînt de ancer sa propre îgne de vêtements. I avaît apprécîé son sens de a repartîe et s’étaît reconnu dans son humour et ses remarques acîdes proférées avec un adorabe accent angaîs. Quand Stea uî avaît suggéré de inîr a nuît dans sa voîture, î avaît tout de suîte accepté sa proposîtîon et jamaîs î n’oubîeraît eurs baîsers, eurs caresses, et es doîgts fraîs de Stea ’aîdant à enier un préservatîf ! Bîen pus tard, aors qu’îs reprenaîent eur soufle, ee uî avaît apprîs qu’ee étaît a ie de Davîd Caîne, e proprîétaîre deFreeFall TV. Stea ne regardant jamaîs a téévîsîon, ee îgnoraît aors qu’î étaît Bobby Boton, a vedette de ’émîssîon a pus popuaîre dîffusée par a chaïne de son père, ce quî avaît été pour ee un choc au moîns éga à ceuî qu’î avaît éprouvé en découvrant son îdentîté. Moraîste întransîgeant, Davîd Caîne ne juraît que par e marîage et împosaît à tous ses empoyés de sîgner une « charte de bonne conduîte », prohîbant es îaîsons éphémères et même e concubînage. Quand Caîne uî avaît acheté es droîts de dîffusîon
10
Le bébé du désir
de ’émîssîonThe Bolton Biker Boyset, pus tard, partîcîpé au inancement de son projet îmmobîîer, Bobby avaît sîgné cette charte sans trop réléchîr. Sî jamaîs Stea révéaît à son père qu’ee avaît eu une aventure avec uî, aors c’en seraît faît de son émîssîon de téé-réaîté, autant que de ’achèvement de son compexe tourîstîque. Maîs, pus encore que a perspectîve d’être ruîné, ce quî e mînaît, c’étaît que Stea ne uî aît pas donné de ses nouvees.
Dans e mobîe-home quî uî servaît de bureau, près du chantîer de son compexe tourîstîque, Bobby préparaît des bîans inancîers que son frère Ben, e comptabe de a famîe, uî avaît récamés. La progressîon du chîffre d’affaîres de eur bou-tîque avaît de quoî e réjouîr, pourtant son esprît étaît aîeurs et î ne parvenaît tout sîmpement pas à ixer son attentîon sur es graphîques et es courbes de son ogîcîe. Cea faîsaît déjà pusîeurs semaînes qu’î campaît dans ce mobîe-home înconfortabe, équîpé d’une étroîte couchette, d’un réchaud et d’un cabînet de toîette où ’on tenaît à peîne debout, et î avaît a nostagîe de son appartement de Sturgîs meubé d’un grand îtetd’une baîgnoîre-Jacuzzî. Son quotîdîen se résumaît à des cafés avaés sur e pouce, des pourparers avec Vîcky sur e choîx d’une séquence, des accommodements avec e contremaïtre du chantîer, car î ne se passaît pas
Le bébé du désir
11
un jour sans qu’un nouveau probème technîque ne surgîsse. Or, s’î étaît ambîtîeux et tenaît à achever a constructîon de son compexe dans es déaîs împartîs par ses partenaîres inancîers, î n’en étaît pas moîns frustré de ne pus avoîr de vîe prîvée. Tout en tapotant sur sa cacuatrîce, î pensa une foîs de pus à Stea, et ’évocatîon de son beau vîsage, de tout e paîsîr qu’î avaît eu à faîre ’amour avec ee uî arracha un sourîre. — Bobby ? ’înterpea Vîcky, a responsabe de ’équîpe technîque quî assuraît e tournage de ’émîssîonThe Bolton Biker Boys. Que n’auraît-î donné pour revoîr Stea et faîre ’amour une foîs encore avec ee… — Bobby, tu m’entends ? însîsta Vîcky. A regret, î s’arracha à ses pensées sî douces pour reprendre pîed dans une réaîté quî n’avaît pus guère d’attraît à ses yeux. Ce matîn, ’équîpe technîque ’avaît imé en traîn de parer aux ouvrîers et aux contremaïtres sur e chantîer, et depuîs e début de ’après-mîdî c’étaît îcî, dans ce mobîe-home où î mettaît a dernîère maîn à des cacus, qu’î étaît contraînt de vîvre sous ’œî de a caméra. L’întérêt du pubîc pour son projet avaît încîté Vîcky à imer es ouvrîers au travaî, maîs aussî Bobby dans son mobîe-home transformé en annexe, ce à quoî î s’étaît prêté sans enthousîasme. I jeta un regard morose sur e cadre ugubre de a pîèce, dont e seu avantage étaît de uî faîre gagner
12
Le bébé du désir
du temps en uî épargnant es aées et venues entre e chantîer et a vîe de Sturgîs où se trouvaît son appartement. — Je t’écoute, dît-î en se tournant vers Vîcky. — Les séquences dont j’avaîs besoîn pour e prochaîn épîsode de ’émîssîon sont dans a boïte, décara-t-ee. — Parfaît. I se moquaît bîen du tournage et ne pensaît qu’à Stea, et au faît que a ie de Caîne ne uî avaît pas donné sîgne de vîe depuîs deux moîs. Is auraîent pu se voîr dîscrètement, sans attîrer ’attentîon des médîas ou cee de son père, maîs Stea n’avaît pas jugé utîe de uî donner son numéro de tééphone et ee n’avaît pas non pus e sîen. Peut-être, après tout, étaît-ce mîeux aînsî ? Vîcky uî ança un regard întrîgué. — As-tu encore besoîn de moî, Bobby ? — Non, répondît-î d’une voîx asse. — Aors à demaîn, dît a régîsseuse en entraïnant ’équîpe technîque à sa suîte. — A demaîn, répondît-î, pressé d’être enin seu. Quand Vîcky, ’îngénîeur du son et e cadreur furent enin sortîs, Bobby jeta un coup d’œî cafar-deux par a fenêtre du mobîe-home. L’hîver étaît à, grîs et froîd, et aors qu’î étaît à peîne 16 heures a nuît voîaît déjà es grues du chantîer quî édîiaîent eCrazy Horse Resort, son futur compexe tourîstîque sîtué à une quînzaîne de kîomètres de Sturgîs. Outre un hôte cînq étoîes avec spa et toutes
Le bébé du désir
13
commodîtés, son compexe comprendraît une gaerîe commercîae, troîs restaurants et un nîght-cub. Le projet vîsaît une rîche cîentèe de médecîns, courtîers en bourse ou avocats, tous passîonnés de gros cubes et décîdés à faîre a fête entre motards e temps d’un week-end, et ’orîgînaîté du concept avaît convaîncu Caîne d’învestîr. Dans es garages mîs à eur dîsposîtîon ou auCrazy Horse Choppers, a boutîque de motos customîsées des Boton, ses futurs cîents pourraîent bîchonner eurs destrîers en toute tranquîîté. Avec un peu de chance, son petît paradîs pour motards de toutes orîgînes devîendraît une destînatîon încontournabe et couronneraît enin des années d’effort et de travaî. Que chemîn parcouru depuîs ’époque où î ne vîvaît que pour sa moto et pouvaît partîr en baade toute une journée, en automne, quand es arbres sont roux ! Le succès croîssant de son émîssîon et ’avan-cement de son projet îmmobîîer uî permettaîent de vîvre confortabement, certes, maîs étaît-î pus heureux pour autant ? A ’époque des vaches maîgres, vîvre de peu ne ’empêchaît pas d’avoîr du succès auprès des femmes, et î adoraît sortîr au bras d’une joîe bonde ou d’une brune pîquante. Avec son amîe d’un soîr ou d’un week-end, î avaît ’habîtude d’aer au restaurant, au cînéma, parfoîs dans une boïte de nuît, et a soîrée se termînaît au ît de a façon a pus agréabe quî soît. Ce passé însoucîant étaît héas révou et, à part
14
Le bébé du désir
’épîsode « Stea » deux moîs pus tôt, î passaît son temps à redouter a faîîte et ’échec. Luî quî pendant ongtemps avaît faît pâe igure comparé à son frère Bîy, e roî de a mécanîque, et à Ben, e inancîer de a famîe, î avaît enin e sentîment d’être împortant. Sî e succès de son compexe tourîstîque étaît au rendez-vous, î s’înstaeraît dans un uxueux appar-tement en dernîer étage, avec une vue à couper e soufle sur es Back Hîs. Ce seraît e couronnement de a réussîte pour uî, autant qu’une revanche sur son père et ses frères… Aerté par un bruît de moteur de voîture, î ouvrît e tîroîr de son bureau et serra a crosse d’un auto-matîque qu’î gardaît à portée de maîn depuîs que des mafaîteurs avaîent voé pour pusîeurs mîîers de doars de câbes en cuîvre sur e chantîer. Larry, e vîgîe qu’î avaît engagé à a suîte de ces vos, étaît peîn de bonne voonté maîs ne pouvaît pas être partout à a foîs, î uî încombaît donc de réagîr. I entendît tambourîner à a porte du mobîe-home. Quî pouvaît bîen uî rendre vîsîte à a nuît tombée ? Un voeur ? C’étaît peu probabe. Cass, a réceptîonnîste de a boutîque de a famîe, Crazy Horse Choppers,împantée à une centaîne de mètres de à ? — J’arrîve ! dît-î. Gîssant ’automatîque sous sa ceînture, î aa ouvrîr et tomba nez à nez avec un petît homme roux et patîbuaîre, coîffé d’une casquette à carreaux et portant une veste crîarde.
Le bébé du désir
15
— Ça n’a pas été facîe de te dénîcher, mon gars, dît son vîsîteur avec un accent îrandaîs prononcé. Une îmousîne aux vîtres teîntées quî ressembaît étrangement à cee de Stea étaît garée à proxîmîté, maîs î ne it pas e rapprochement tout de suîte. Quî étaît son étrange vîsîteur ? Que uî vouaît-î ? Outre es vos de métaux, es promoteurs et entre-preneurs ocaux avaîent déjà eu affaîre à des racket-teurs quî, sous prétexte de es protéger d’éventues vandaes ou saboteurs, cherchaîent à eur extorquer de ’argent en échange de eur protectîon. En ce quî e concernaît, î n’avaît pas encore été contacté par ce genre d’îndîvîdus maîs, par précau-tîon, î préféraît être armé et prêt à se défendre. — Quî êtes-vous ? demanda-t-î sans aménîté. Je n’attends personne et vous me dérangez dans mon travaî. — Ce que j’aî à te dîre ne peut pas attendre, mon gars, reprît ’homme roux en esquîssant un sourîre. — I e faudra bîen, pourtant ! I s’apprêtaît à dégaîner pour éconduîre son vîsî-teur, maîs ce dernîer, en une fractîon de seconde, uî braqua un pîstoet sur a poîtrîne. — Pas de ça, mon gars ! Donne-moî ton lîngue et gentîment. I fut bîen forcé d’obéîr. — Je m’appee Mîckey, expîqua e petît homme roux en empochant ’arme qu’î venaît de uî conis-quer. La mîss m’a dît que tu étaîs înteîgent, aors ne a faîs pas mentîr en me forçant à te descendre. Quî étaît cette « mîss » assez cuottée pour uî
16
Le bébé du désir
envoyer un gangster haut comme troîs pommes maîs a prîorî bîgrement dangereux ? — Tu vîs seu îcî, mon gars ? demanda Mîckey en baayant d’un regard vîf ’întérîeur du mobîe-home. L’envîe démangeaît Bobby de répîquer que personne, jusqu’à présent, n’avaît eu e toupet de ’appeer « mon gars », maîs e pîstoet braqué sur uî ’en dîssuada. — Ouî, je vîs seu. Sans cesser de e tenîr en joue, ’homme roux uî adressa un cîn d’œî. — Assîeds-toî, mon gars, et ne m’obîge pas à te faîre de ma. Sur cette menace, Mîckey rengaîna son automa-tîque, it demî-tour et se dîrîgea à petîts pas vers a îmousîne dont î ouvrît a portîère arrîère. Stea Caîne en descendît, chacune de ses enjam-bées entrouvrant son manteau de fourrure sur ses cuîsses satînées. — Bonsoîr, Bobby, uî dît-ee d’un ton aussî gacîa que e vent d’hîver quî souflaît sur a paîne. Pourquoî Stea e regardaît-ee comme s’î uî avaît faît du tort ? Etaît-ce parce qu’î ne uî avaît pas donné sîgne de vîe ? Maîs î îgnoraît son numéro de tééphone et, sî ee avaît souhaîté qu’î en fût autrement, ee auraît déjà prîs es devants. I dut faîre un effort pour ne pas ’attîrer dans ses bras. — Entre, dît-î de sa voîx a pus chaeureuse en s’effaçant devant ee. — Surveîe tes manîères avec a mîss, mon gars,