Les Miracles de Noël

-

Livres
43 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La magie de Noël peut prendre différentes formes. Dans chacune de ces histoires, vous découvrirez comment l'amour se révèle à chacun des héros.

Qu'il s'agisse d'amour filial ou entre deux âmes sœurs, qu'il surgisse par surprise ou qu'il prenne une forme inattendue, il s'avère le plus beau des cadeaux...

Car rien n'a plus de valeur que les miracles de Noël...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 16
EAN13 9782378161170
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les miracles de Noël [Sophia Di Lorenzo]
© 2018, Sophia Di Lorenzo. © 2018, Something Else Editions. Tous droits réservés. Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisatio n collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelques procédés que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Illustration : © 2Li ISBN papier : 978-2-37816-116-3 ISBN numérique : 978-2-37816-117-0 Something Else Éditions, 8 square Surcouf, 91350 Grigny E-mail : something.else.editions@gmail.com Site Internet : www.something-else-editions.com Cet ouvrage est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes ou des institutions existantes ou ayant existé serait totalement fortuite.
Un cadeau inattendu. Depuis sa plus tendre enfance, Lorna déteste les fêtes de fin d’année et plus particulièrement Noël. Contrairement aux enfants du reste du monde, elle n’attendait pas que le père Noël lui apporte ses beaux joujoux. Le seul cadeau qu’elle aurait aimé r ecevoir, c’était le retour de son père, qui était parti alors qu’elle n’avait que cinq ans. Depuis vingt ans, elle ne l’a plus jamais revu. Comme son vœu n’a jamais été exaucé, elle déteste d’autant plus cette période de l’année. À dix jours du réveillon, la jeune femme n’a toujou rs pas choisi les cadeaux pour sa mère et son frère aîné Ryan. Encore une corvée dont elle se passerait bien. Heureusement qu’elle travaille comme vendeuse dans une grande galerie commerciale, ça lui permet d’éviter d’avoir à courir. Ce soir-là, elle a demandé à sa chef de pouvoir quitter plus tôt. Bien que peu ravie, cette dernière le lui a accordé. Il faut dire qu’en plus d’être ravissante et attirer l ’œil des clients, Lorna est aussi une tête, gérant beaucoup de choses. Jolie brune aux cheveux longs et yeux noisette pétillants, silhouette agréable, elle représente un élément important. Comme toujours pendant les fêtes, la boutique de vêtements ne désemplit pas, avec son lot de clients fidèles et des nouveaux. Pressée de terminer sa journée, elle envoie un SMS à Julien, le garçon qu’elle a rencontré voici trois mois, chez des amis communs. Son regard à la fois doux et coquin l’a tout de suite fait fondre. Elle compte vraiment pour lui, à tel point qu’il a prévu de la présenter à ses parents pour Noël. À la vue des familles joyeuses et unies, Lorna ne peut s’empêcher d’éprouver toujours la même tristesse. Elle les envie, elle-même ayant vu la sienne éclater il y a longtemps. Son frère aîné a moins souffert de la disparition de leur père, peut-être du fait qu’il avait été moins proche de lui. Sa collègue et amie Ingrid, qui connaît l’histoire, fait tout pour lui changer les idées, notamment en essayant des chapeaux plus loufoques les uns que le s autres ou des tenues extravagantes. L’enthousiasme de cette dernière est si contagieux, que Lorna ne peut s’empêcher d’éclater de rire et mettre de côté ses pensées sombres. Au bout de deux heures, les deux jeunes femmes ont enfin trouvé leur bonheur. Elles se posent alors devant un choco lat chaud et Lorna en profite pour envoyer un nouveau SMS à son amoureux. — Dis donc, on dirait que t’es accro toi ! lance d’un air malicieux Ingrid. — Oui j’avoue. Il est tellement différent des autres. –– Le prince charmant quoi, la taquine son amie. — Que veux-tu, je suis une éternelle romantique ! Le visage de Lorna s’illumine d’un grand sourire. — Pfff quand est-ce que le mien va arriver ? soupire Ingrid moi j’ai l’impression de collectionner les loosers… — Ne t’inquiète pas, jolie et pétillante comme tu l’es, tu vas bientôt trouver la rassure son amie. Alors qu’elles sont occupées à discuter, les deux amies n’ont pas remarqué l’homme installé à quelques tables plus loin, le visage camouflé par u n chapeau à larges bords, qui les observe depuis leur arrivée. Lorsque les deux femmes partent du café, le mystérieux inconnu attend une dizaine de minutes et quitte lui aussi les lieux. Bien que cela ne fasse pas partie du plan et que ce soit risqué, il ne peut s’en empêcher, il a trop besoin de la voir. Lorna se sent soulagée. La voilà enfin tranquille pour s’occuper d’autres choses. Ce soir, il est trop tard pour que Julien vienne la rejoindre dans son studio parisien puisqu’il vit en banlieue et qu e le trajet est trop long. En général, ils se retrouvent le vendredi soir pour passer le week-end ensemble, une fois chez l’un et une fois chez l’autre. Bien que l’appartement du jeune homme soit agréable, Lorna préfère le recevoir dans son joli petit intérieur, son cocon protecteur. Elle s’y sent en sécurité et Julien a l’air d’apprécier le décor. Julien. Dès qu’elle pense à lui, son cœur s’emballe. Ingrid a raison, elle est devenue accro à lui. Avec ses précédents petits amis, elle a toujours eu la crainte d’être abandonnée comme l’avait fait jadis son père et pour éviter cela, elle préférait les quitter avant. Avec lui, elle a tellement envie de construire une belle relation durable. Comme chaque vendredi soir depuis maintenant trois mois, Julien s’apprête à rejoindre Lorna chez elle pour le week-end. La jeune femme préfère le recevoir, et ça l’arrange. Comme la plupart des trentenaires célibataires, son propre logement ressemble plus à une garçonnière en désordre. Alors
qu’il finit de préparer son sac de sport, son portable sonne et il reconnaît aussitôt le numéro affiché — Oui Marc, bonsoir. Tout se passe vraiment au mieu x. À ce propos, j’en ai vraiment marre de cette mascarade. — Mon gars, on approche au but, tu ne vas pas me lâcher maintenant rétorque la voix grave et éraillée au bout du fil. — Bien sûr que non, mais elle s’attache vraiment trop à moi. — Et pourquoi ne tombes-tu pas amoureux d’elle aussi ? C’est une fille vraiment formidable. — Écoute, que les choses soient claires, j’ai accep té de t’aider sous certaines conditions. Ça s’arrête là. Et dans quelques jours, tout sera terminé. — … — Tu es toujours là ? — Oui oui. J’ai bien compris. Dépêche-toi de la rejoindre. À plus tard. Après avoir raccroché, Marc est pris d’une quinte de toux et se sent encore épuisé comme à chaque fois. Très croyant, il pense que sa maladie lui a été infligée par Dieu pour le punir de ses fautes. P our lui faire payer ses années de trahison et de mauvaise vie. Depuis ce fameux soir de Noël, il y a maintenant vingt ans, où il n’avait pas eu d’autre choix. Mais la mort dans l’âme, il avait dû abandonner les siens, et surtout sa petite princesse. Elle lui avait manqué plus que les autres. Tous ces moments si imp ortants dans la vie d’une enfant, d’une adolescente puis d’une jeune fille, il n’avait pu les partager avec elle. Maintenant, des larmes salées coulent sur ses joues émaciées et il demande une dernière grâce au Seigneur : lui prêter vie au moins jusqu’à Noël. En attendant l’arrivée de son amoureux, Lorna est d’humeur joyeuse et elle en viendrait presque à aimer les fêtes cette année. Son premier cadeau est Julien et le second, celui de trouver peut-être une nouvelle famille avec ses beaux-parents. Elle s’entend bien avec sa propre mère, mais elles n’ont pas non plus cette tendre complicité qui les unit. Bien qu’assez proche de lui, son frère est resté bad bo y depuis qu’il a mal tourné à l’adolescence. La dispa rition de la figure paternelle et le manque d’autorité y sont pour beaucoup. Il l’a toujours protégée et elle aime le voir dès qu’ils le peuvent. Pour ce Noël, elle a convenu de réveillonner avec leur mère et lui et d’aller chez les parents de Julien le lendemain. Le jeune homme parle peu de ces derniers, précisant seulement que son vrai père est mort lorsqu’il avait dix ans et que sa mère s’est remariée depuis avec son beau-père. Lorna n’a donc pas insisté et est déjà ravie qu’il ait décidé de la présenter. En plus d’être doux et attentionné, elle adore leurs moments câlins. Depuis qu’ils sont ensemble, elle prend davantage encore soin de sa silhouette et s’est acheté de sexy déshabillés en dentelle pour lui plaire. Comme à son habitude, Julien arrive vers 19h. Alors qu’il a tout juste déposé ses affaires, Lorna se jette à son cou et l’embrasse avec fougue. Pour ça, il ne va pas complètement se plaindre de cette mission. Après leur corps à corps torride, et alors qu’ils sont langoureusement allongés l’un contre l’autre, Lorna ne peut s’empêcher de confier son émotion — Je suis si heureuse, mon amour. Je te voudrais to ujours avec moi. — Hmm, grogne plutôt Julien. — Pourvu que je plaise à tes parents ! — Ne reviens pas encore là-dessus ! s’agace le jeune homme en levant les yeux au ciel. — Pourtant cela représente beaucoup pour moi. — Écoute, tu n’as pas à t’inquiéter. Ils vont t’ado rer. Maintenant, on se lève et après t’avoir dégustée toi, j’aimerais goûter ton dîner. — Oui tu as raison. Après un baiser bien chaud encore, ils se lèvent et encore une fois, le jeune homme a battu en touche le sujet délicat. Les jours filent et le réveillon arrive enfin. Alors que comme tous les ans, Lorna le passe avec sa mère, son frère et des oncles et tantes, dans une ambiance plutôt conviviale. Chez les parents de Julien, c’est une autre ambiance. Depuis sa maladie, Marc préfère le passer avec sa femme et son beau-fils, trop épuisé qu’il est. — Franchement, vivement que cette mascarade prenne fin ! Elle n’arrête pas de me dire qu’elle espère vous plaire, et blablabla ! lance soudain Julien.
Le beau-père, n’ayant même pas la force de s’énerve r et répliquer, se contente de crisper les mâchoires et de lancer au jeune homme un regard glacial. C’est Sylvia, sa compagne, qui intervient, comme toujours, pour apaiser les tensions : — Arrête donc de te plaindre ! Regarde dans quel état est ton père. Profitons encore de sa présence parmi nous et apportons-lui le bonheur qu’il mérite. — Déjà, il n’est pas mon père et ne l’a jamais été. C’est vraiment pour lui rendre service que j’ai accepté. J’ai été clair dès le départ. — Il a toujours été très généreux avec toi. Et en plus, ne me dis pas que tu ne profites pas de bons moments avec elle. Lorna est vraiment très jolie. — Et puis quoi encore, elle ferait une bonne épouse et mère de mes enfants ?! s’énerve Julien en tapant du poing sur la table, renversant son verre de vin. — Elle est ce que j’ai de plus précieux en ce bas monde et tu iras jusqu’au bout de sorte que je puisse enfin lui parler ! Le ton autoritaire de Marc ne laisse aucune place à la désobéissance. Depuis que cet homme est entré dans leur vie, et surtout connaissant le passé et les choses qu’il a faites, Julien a toujours en as toujours eu peur. Bien qu’affaibli par son mal et amaigri, Marc n’en demeure pas moins un homme imposant par sa carrure et sa présence. Le reste du dîner se déroule dans le silence et une ambiance tendue. Le matin de Noël, Lorna est excitée comme une puce, ressemblant à une petite fille ouvrant ses cadeaux. Elle a choisi avec soin une belle boîte de fins chocolats et une bonne bouteille pour ses futurs beaux-parents. Pendant le trajet en voiture, elle remarque que Julien semble tendu — Toi aussi tu es ému, n’est-ce pas ? lui demande-t-elle en lui caressant la joue avec douceur. — Oui, ça doit être ça, répond distraitement le jeune homme. En lui-même, il se remémore la discussion de la vei lle au soir, mais il préfère laisser croire à Lorna que lui aussi est troublé pour les mêmes raisons qu’elle. Cette fille est vraiment trop naïve, ne peut-il s’empêcher de remarquer. Arrivés devant le ravissant pavillon des parents de Julien, la...