Love U - Volume 4

Love U - Volume 4

-

Livres
56 pages

Description

Terriblement addictif !


Terrence s’est recroquevillé sur le canapé. Je le prends dans mes bras et caresse ses cheveux tendrement, désemparée et triste devant sa souffrance. C’est l’enfant que je tiens dans mes bras, pas l’acteur, la star de cinéma, non, un enfant au cœur brisé.


Je chuchote à son oreille :

« Terrence, je suis là, moi… Je ne te mentirai jamais, et je serai là tant que tu voudras de moi. »


Je continue de lui parler tout bas. Mes paroles semblent l’apaiser. Nous nous allongeons sur le canapé, blottis l’un contre l’autre. Je le serre contre moi, sa tête est posée contre ma poitrine, et je sens sa respiration peu à peu ralentir. Il dort, enfin.


« Terrence, dis-je dans un murmure, je t’aime… »


Le répit a été de courte durée pour Zoé. Dans l'avion qui les ramène à Los Angeles, l'ambiance entre la jolie Parisienne et le célèbre milliardaire est glacée. Zoé est allée trop loin, les fantômes du passé ressurgissent dans la vie de Terrence. L'avenir pour les deux amants semble incertain, et pourtant, dans le cœur de Zoé, une lueur d'espoir est toujours allumée. Fidèle à ses sentiments, elle veut continuer à se battre pour lui… L'amour qu'elle lui porte saura-t-il triompher ?


Plongez dans l'univers érotique de Kate B. Jacobson et partez à la rencontre de Zoé et Terrence, les personnages de Love U. Plaisir garanti !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2014
Nombre de lectures 28
EAN13 9791025708019
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait


1. Révélations


– Terrence, dis quelque chose. Je suis désolée, j’aurais voulu t’en parler avant mais je voulais être sûre…
– S’il te plaît, Zoé. Je… j’ai besoin d’être seul.
Un peu hagard, Terrence quitte son siège et se dirige vers la partie salon du jet privé. Il s’installe dans le canapé de cuir crème, dos à moi, la tête entre les mains. Je regarde à l’avant de l’avion, mais les autres passagers, l’équipe de la promo du film, semblent dormir, emmitouflés dans leurs couvertures. Et de toute façon, nous sommes trop loin, avec le bruit de l’avion, ils n’ont sans doute rien entendu de notre conversation. Je range dans mon sac les papiers de divorce et les photos que Terrence a découverts. J’ai dû tout lui avouer : que j’avais rencontré cette femme disant être sa mère, Rose Belmont, que je l’avais revue plusieurs fois, et comment elle m’avait convaincue de son identité. Je lui ai raconté tout ce qu’elle m’avait dit, son accident qui l’avait laissée handicapée plusieurs mois, qu’elle l’avait ensuite cru mort, et qu’elle n’avait appris qu’il était vivant que récemment. Qu’elle avait aussi essayé de le joindre mais que son entourage professionnel avait fait barrage, la prenant pour une folle, une fan qui avait perdu la tête. Et que c’est pour ça qu’elle s’était adressée à moi.

Terrence m’a écoutée sans quasiment poser de questions, tour à tour atterré, sceptique, sidéré, accablé. Et puis il est resté longtemps silencieux, les yeux plantés dans les miens. Comme s’il réalisait peu à peu l’ampleur de ce que je venais de lui raconter. Je ne voulais pas que cela se passe comme ça, s’il n’avait pas découvert ces documents, je l’aurais préparé à cette révélation, j’y serais allée en douceur. Je n’ose penser à ce qu’il doit ressentir maintenant. En supposant qu’il croit désormais sa mère vivante, comment pourrait-il s’en réjouir, avec tous les drames et les mensonges que cela implique ? Je m’en veux terriblement : quel choc pour lui !En même temps, je n’arrive pas à regretter ce que j’ai fait : n’était-ce pas mon devoir de découvrir si la mère que Terrence croyait décédée était en vie ? Pouvais-je laisser l’homme que j’aime ignorer une part aussi importante de sa vie ?
Cela fait des heures que Terrence s’est réfugié à l’autre bout de l’avion, et je n’ose aller le retrouver. La meilleure chose qu’il me reste à faire, c’est de dormir en attendant d’arriver à Los Angeles, mais comment le pourrais-je, avec ce qui vient de se passer ? Je ne cesse de me retourner sur mon siège-couchette. Terrence ne semble pas près de dormir non plus, il n’a pas bougé d’un centimètre depuis qu’il m’a quittée. Je finis par sombrer dans un demi-sommeil agité quand je perçois un mouvement près de moi, qui m’arrache aussitôt à ma somnolence. Je découvre que Terrence est revenu s’asseoir. Il est livide, et ses yeux verts brillent d’un éclat étrange.
« Zoé, nous allons bientôt atterrir. Tu devrais rattacher ta ceinture », me dit-il avec un calme qui me glace le sang.
Je suis soulagée : il est froid, mais au moins, il me parle ! J’ai bien cru qu’il ne m’adresserait plus jamais la parole !
– Mais… Que vas-tu faire maintenant ? dis-je, inquiète par son soudain détachement.
– Tu veux dire à propos de ma… mère ? dit-il en prononçant ce dernier mot avec une espèce de répulsion. Tu sais, j’ai bien réfléchi. Tout ce que tu m’as dit me semble très convaincant, mais aujourd’hui, avec de l’argent, on peut tout acheter : de faux papiers de divorce qui semblent authentiques, une nouvelle identité, même un nouveau visage, si j’en crois certains, et surtout certaines, de mes collègues ! ajoute-t-il avec un petit rire sec.
Je n’en reviens pas qu’il soit capable de plaisanter dans un tel moment. Cela dit, l’expression de son visage, douloureusement tendue, et son ton amer contredisent la légèreté de ses propos.
« Bref, il ne me reste qu’une chose à faire, reprend-il. Si je veux savoir si ma mère est réellement vivante, je n’ai qu’à poser la question à ma grand-mère. Et pas plus tard que dans une heure, car elle est chez moi en ce moment.
Ethel !
Mon sang se glace à la pensée de la réaction de la redoutable Ethel !
« Et je dois te demander de venir avec moi », ajoute Terrence.
Si lui semble très calme, de mon côté, c’est la panique !

– Mais… Mais pourquoi ? Terrence, elle me déteste déjà, elle ne va pas…
– N’aie pas peur, me coupe-t-il d’une voie radoucie, en posant sa main sur mon bras comme pour me rassurer, je ne la laisserai pas s’en prendre à toi. Mais j’ai besoin que tu sois là. Toi seule as entendu la version de… cette femme, tu pourras voir s’il y a des failles dans les réponses de ma grand-mère, et révéler la contradiction… si nécessaire. Car pour l’heure, Zoé, je veux laisser à ma grand-mère, la femme qui m’a élevé, qui m’a donné tout son amour pendant toutes ces années, le bénéfice du doute. Elle le mérite, tu ne crois pas ? demande-t-il en plantant ses yeux dans les miens.
Je hoche la tête en signe d’assentiment. Revoir Ethel est une épreuve, après ce que je l’ai entendue dire sur moi, et surtout dans de telles circonstances, mais je sais qu’aujourd’hui il n’est pas question de moi, c’est de Terrence qu’il s’agit. Je dois être à ses côtés, quoi qu’il arrive, et pas seulement parce que je suis à l’origine de ces révélations. Le fait que Terrence envisage la possibilité que la femme qui dit être Rose Belmont ne soit pas sa mère m’a un peu ébranlée ; quelque chose en moi me dit qu’elle n’a pas menti. J’ai plus de raisons que Terrence d’être convaincue : d’abord, j’ai rencontré Rose, et j’ai pu me faire une idée de sa personnalité. Ensuite, je sais qu’Isabella est son alliée, et Isabella est une femme de confiance, je doute qu’elle soit une pièce d’une énorme machination ! Cependant, je comprends que Terrence ait du mal à accepter l’idée que sa grand-mère ait pu lui mentir sur un sujet aussi grave. Il l’aime infiniment, malgré son caractère peu commode, et je dois bien admettre qu’elle l’aime aussi profondément.

« Bien sûr, Terrence, je viens avec toi », dis-je en lui prenant la main.
Il ne la retire pas, mais je la sens inerte et glaciale dans la mienne. Mon cœur se serre : que va-t-il rester de notre relation après le passage du cyclone dans lequel nous venons de pénétrer ?