Pas toujours sage comme une image

-

Livres
168 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Petite prodige au passé mouvementé, Daphnée Sanson atterrit un peu par hasard chez Creativ’Things. Et même si elle compte tout faire pour saisir cette chance, son arrivée inattendue n’est pas au goût de tout le monde...


Est-il possible de se faire une place quand on vous fait comprendre dès votre premier jour que vous n’êtes pas la bienvenue ?


Heureusement, les employés de l’entreprise ne sont pas tous contre elle. Daphnée va devoir être patiente et démontrer ses talents pour gagner l’estime de ses collègues... voire faire chavirer leur cœur.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 13 avril 2017
Nombre de lectures 200
EAN13 9782819101833
Langue Français
Signaler un problème
Pas toujours sage comme une image
Du même auteur aux Editions Sharon Kena
1- Pas toujours sur le droit Chemin 2- Pas toujours du pareil au même
Rachel Berthelot Pas toujours sage comme une image
« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, qu e les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur o u de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 1 22-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, cons tituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. » © 2017 Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com
Remerciements Je tiens avant tout à remercier mes bêta-lecteurs, qui m’ont été d’une aide inestimable sur ce livre : Maman, Alicia, Lisa, Pie rrette, Sarah et Kévin. Merci d’avoir permis à cette nouvelle aventure chezCreativ’Things d’être aussi aboutie, de croire en ce livre et en moi ! Merci à Cyrielle de me permettre chaque jour de viv re ce rêve éveillé, et à son équipe de correcteurs de chouchouter mes manuscrits. Enfin, merci à mes lecteurs qui débordent d’enthous iasme à chaque parution... Vous n’imaginez pas le bonheur que j’éprouve en vous côtoyant !
Étymologie AGUA[« eau » en espagnol]MENTI[« esprit » en latin] Le sortilège d’Eau est un enchantement qui permet au sorcier de faire apparaître de l’eau propre et potable au bout de sa baguette. La puissance du jet est variable, et peut aussi bien servir à épancher une soif qu’à éteindre un incendie. SagaHarry Potter- J.K. Rowling
Prologue 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Épilogue Bonus
Table des matières
Prologue Je m’appelle Daphnée Sanson et, non, je n’ai aucun lien de parenté avec Véronique. Née à Paris, dans une famille qui n’a jamais manqué de rien, je suis la gamine typique qu’on a toujours qualifiée de « fille à pap a ». Le problème, c’est que nos idéaux sont tellement éloignés les uns des autres, qu’il en est de même de nos rapports. Mes parents, respectivement chercheur et enseignante, passent la plupart de leur temps entre deux îles du Pacifique. Impliqu és dans toutes les missions humanitaires croisant leur route, ils sillonnent plusieurs pays par an depuis le début de mon adolescence... Et ce, évidemment, sans plus se soucier de moi ou de mon avenir. Ce dernier étant maintenant assuré par la bienveillance de mon parrain, j’ai enfin quitté le pensionnat et leurs préoccupations. Je vis chez lui depuis mes 16 ans, lorsque j’ai obt enu mon Baccalauréat avec « un peu » d’avance... Il pense d’ailleurs que c’est cette maturité qui a dépassé mes parents ; qu’ils n’avaient simplement pasenvie d’assurer un suivi pour développer une éducation à mon rythme. Ils voulaient que je fasse de longues études ; je les ai arrêtées en arrivant chez Coco – mon parrain, donc –, afin de ne plus subir les railleries de mes camarades. Protecteur et attentio nné, il me considère comme sa fille, lui-même n’ayant jamais eu d’enfant. Et ça s e ressent : il soutient tous mes projets, même les plus fous pour mon âge – non, je ne suis pas en train de me plaindre. Le dernier en date ? Devenir coach de basket pour les mini-poussins ! Ma passion l’a emporté sur sa raison. Que voulez-vous ? Je peux être très persuasive, parfois... Me voilà à présent majeure, détentrice de mon premier CDD servi sur un plateau d’argent. Une épreuve, un challenge, un but : prouv er à mes parents que je peux réussir comme n’importe quelle jeune fille de mon â ge, sans pour autant avoir besoin d’être avocate ou chirurgienne. Et c’est aux portes deCreativ’Thingsque mon histoire commence.
1 Ellez, Daphnée ! C’est peut-être ton premier jour d e travail, mais t’en as vu d’autres. Te voilà dans la cour des grands, le monde des adultes ! Ne te laisse pas impressionner par tous ces gens en costard qui sill onnent les couloirs sans te calculer. Je souffle un bon coup pour me redonner contenance... Tu es jeune, dynamique et tu es presque en retard ! ... et toque sur la porte de verre – un peu trop ra pidement, cela dit : mes phalanges gelées le regrettent amèrement. Me faisan t immédiatement inviter à entrer, je prends sur moi, puis m’exécute avec aplomb et, surtout, un sourire forcé. — Bonjour ! — Bonjour... Daphnée, c’est ça ? me demande ma supérieure. C’est à peine si elle a levé les yeux de son écran. Ça commence bien. Je déglutis avant de répondre : — Oui. Je referme la porte après mon passage et croise les bras sous ma poitrine, jetant un regard sur la vaste pièce qui lui sert de bureau . Wow... C’est un mini-palace, oui ! Se levant brusquement de son siège, elle réaj uste le haut de son tailleur pourpre avant de venir à moi pour me serrer la main. — Enchantée. Cassandra Chemin. Légèrement plus grande que moi, ses cheveux relevés en un chignon et les yeux soulignés de noir, elle est à l’image de son enviro nnement : chic et sobre. Je lui adresse un nouveau sourire pincé. Relaaaxe ! Élle va pas te manger. J’en suis pas si sûre. — Je craignais que tu la prennes pour une porte automatique et que tu passes la matinée devant. Mes yeux s’écarquillent alors qu’elle me fixe sans ciller, un sourire aux coins des lèvres. — Heu... Mais je ne sais pas quoi répondre à ça. Elle m’a vu e tergiverser pour... rien : je passe déjà pour une idiote. Génial. Elle attend plu sieurs secondes avant de reprendre : — Je suppose qu’on t’a déjà fait faire la visite du propriétaire ? — Non, mais j’ai repéré les panneaux... — Parfait, me coupe-t-elle, parce qu’il va falloir que tu cherches ton outil de travail. Le service Informatique a dû mettre un ordinateur portable de côté pour toi ; c’est au premier étage. Elle se détourne pour aller se rasseoir. — Oh et, il faudrait aussi passer à l’intendance pour récupérer ton badge. Au rez-de-chaussée. Je déglutis difficilement.