Renaissance

Renaissance

-

Français
350 pages

Description

Il te faudra franchir la limite, car c’est dans les Ténèbres que renaît la Lumière.


Occupée à combattre mes démons et mon passé, je dois lutter sans relâche pour rester sur le bon chemin.


Pendant ce temps-là, l’Archange Michaël, mon protecteur, est prisonnier quelque part, et le monde des surnaturels se retrouve pris en chasse par un tueur en série. Les deux affaires sont-elles liées ?


Notre Exécutrice doit mener l’enquête, mais le danger rôde et des choix s’imposent.


Entre l’Ombre et la Lumière, il n’y a qu’un pas.



Raven Hale, sera-t-elle prête pour l’ultime sacrifice ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 62
EAN13 9782819100799
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Renaissance RAVEN HALE 3 MAÎTRE DE LUMIÈRE
Françoise Gosselin Renaissance RAVEN HALE 3 MAÎTRE DE LUMIÈRE
« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »
© 2016 Les Editions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com
REMERCIEMENTS Un troisième opus s’achève et des remerciements sont encore de mise. Tout d’abord, mon équipe de bêta: - Virginie ou mon « Atomic Nem » avec qui je partage tout un tas d’idées et qui parvient, au détour d’une conversation, à me faire trouver tout un tas de liens ou de conclusions sur mon univers général auxquels je n’aurais pas pensé. - Sandra, qui s’est démenée comme une folle pour relire le manuscrit et trouver les meilleures formulations sur un tas de choses. Un merci particulier pour ton travail de dernière minute. - Céline, ma meilleure amie, qui aura sûrement envie de me trucider si elle lit une nouvelle fois la fin de ce troisième volet. Ensuite, à vous lecteurs. Vous êtes une source d’inspiration. Parfois, en écrivant, je me demande juste comment vous réagiriez dans la même situation, et hop, je trouve mon fil. Merci à vous pour vos avis, vos chroniques, votre impatience à découvrir le tome suivant. Enfin, je remercie les Éditions Sharon Kena et mon éditrice pour m’avoir donné ma chance, ainsi qu’à Rachel Berthelot pour la couverture toujours exécutée avec talent. Je n’oublie pas non plus ma petite famille qui me suit au quotidien. Pas vraiment évident de gérer le stress du dernier moment, les crises parce que « je suis en retard », je ne les aime que davantage.
REMERCIEMENTS Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Chapitre VI Chapitre VII Chapitre VIII Chapitre IX Chapitre X Chapitre XI Chapitre XII Chapitre XIII Chapitre XIV Chapitre XV Chapitre XVI Chapitre XVII Chapitre XVIII Chapitre XIX Chapitre XX Chapitre XXI Chapitre XXII Chapitre XXIII
Chapitre XXIV
Chapitre XXV
Chapitre XXVI
Chapitre XXVII
NOTES DE L’AUTEUR
Table des matières
Chapitre I Deux jours après la fuite de Raven Cette nuit-là, tout le monde avait cru, à tort, qu’elle reviendrait directement au manoir, mais au bout de quelques heures, qui s’étaient transformées en jours, ils avaient perdu espoir. Adam se souvenait de la peine qui s’était affichée au fond des yeux de sa compagne, de sa souffrance psychique, mais aussi de sa douleur physique, qui, à elle seule, avait fait vibrer les cordes de leur lien. La sentir dans un tel état de détresse spirituelle lui avait brisé le cœur. Et bien qu’il compatisse à son terrible malheur, il avait été incapable de faire quoi que ce fût à ce moment-là, lorsque Zed s’était éteint. Quoiqu’« éteint » était un bien grand mot. Après la bataille, ils s’étaient tous occupés de leurs blessés, les ramenant en priorité à la propriété afin qu’ils puissent se rétablir. C’étaient des loups-garous et tout le monde savait qu’ils pourraient guérir sans aide extérieure. Reftael, le roi elfique du royaume d’Ilythiir, avait été sérieusement mutilé ; quant à Erwan, il avait manqué y laisser un bras. Heureusement, dans l’infirmerie, Zed avait bien mis en évidence ses crèmes miracles, comme les appelait Raven. Le temps de mettre tout ce petit monde au chaud et de les aider dans les soins, ils étaient ensuite repartis pour la Grande Dame, lieu du massacre. À leur arrivée, ils avaient dépêché des équipes dans les deux camps pour enterrer dignement ceux qui avaient trépassé. Lorsqu’Adam s’était dirigé vers l’endroit où le vampire était tombé, il avait été surpris de ne l’y découvrir nulle part. Il s’était accroupi, cherchant les cendres éventuelles qui prouveraient ainsi sa mort, mais ne les trouva pas. Cela l’avait laissé perplexe. Était-il réellement mort ? S’il était encore en vie, pourquoi ne pas être rentré au domaine ? La seule hypothèse plausible dans ce cas serait que l’immortel n’était pas vraiment un vampire comme ils l’avaient cru dès le départ. Il était autre chose. Tant de questions et bien peu de réponses… Plus tard, le Maître de l’Esprit exposa sa théorie au groupe et Reftael avait simplement soufflé un « tout va bien se passer ». Adam percevait qu’il savait des choses qu’il ne voulait pas formuler, mais il en ignorait la teneur et cela l’exaspérait. En attendant, la Protectrice avait disparu quelque part dans la nature et il n’avait plus aucun lien avec elle. Enfin, il existait toujours, mais ses appels incessants avaient obtenu un cruel silence. Un silence qu’il ne supportait plus. Ryan était finalement parti pour l’Irlande avec le Maroak, Breandan O’Fallon, qui se trouvait être également le père de Raven Hale – Erwan avait expliqué à son ex-colocataire ce qui s’était passé lors de la confrontation. Encore sous le choc de la bataille, il avait perdu beaucoup d’amis, d’êtres qui lui étaient chers à bien des égards. Quant à ceux qui lui restaient, ils étaient à présent liés à Raven, d’après les consignes laissées par le roi des communautés lycanthropes. Ce dernier avait récupéré son fils, Jason, et sa petite fille, Myra. Des larmes de bonheur avaient jailli de ses froides pupilles. Adam se souvenait du regard qu’ils avaient échangé, le remerciant de tout ce qui avait été fait pour les épargner. Toutefois, lorsqu’il lui avait appris la disparition de sa fille, il s’était contenté de revêtir son masque de froideur pour lui rappeler les conditions de la survie de l’ancienne meute de Ryan. Le Maître de l’Esprit ne savait plus où donner de la tête. Jason et la petite Myra avaient ensuite élu domicile dans l’appartement que Raven louait dans le centre-ville, refusant ainsi d’accompagner le patriarche de la famille. Jack, le Second de la jeune femme, leur avait fourni un trousseau de clefs et les avait emmenés près de l’U.R.S – l’Université de Recherches Scientifiques. L’Élu ne savait pas s’il pouvait les accueillir au domaine, dans la mesure où ils ne portaient pas la protection. Il n’en connaissait pas assez sur le sujet pour se permettre d’agir en conséquence et c’était assez frustrant. Ils étaient de la famille, ils devaient être en mesure de pénétrer dans la propriété, pourtant, ils choisissaient de rester à l’écart. Le jumeau ne savait pas quoi penser de cette situation. Il voulait rester sur place
pour aider aux recherches et Adam l’en remercia chaleureusement. Le lien qu’il détenait avec sa sœur était puissant, il serait donc en mesure de les assister le moment venu. Plus tard, le jeune maître prit les rênes du domaine avec Jack et Erwan, déléguant les tâches aux occupants et consolant ceux qui pensaient avoir perdu leur protectrice. Et qui le consolait, lui ? Personne. Il passait beaucoup de temps dehors à réfléchir. Il n’avait aucune trace d’elle et il ignorait si elle était en sécurité. L’image de ses yeux couleur d’ambre, brillants tels qu’il les avait vus à l’hôpital, le hantait dès qu’il fermait les paupières. Je refuse de perdre espoir, je ne veux pas me laisser abattre. Je veux survivre pour elle, lutter pour ses valeurs et ses convictions, restaurer la paix qu’elle tentait d’instaurer autour d’elle. Je serai celui qu’elle a choisi et beaucoup plus encore.
Un mois plus tard. Adam se tenait sur le seuil de la porte du domaine et semblait réfléchir. Il en était venu au constat suivant : jusqu’à maintenant, il avait tout loupé avec celle qui lui était destinée. Dès le départ, leur relation avait été tumultueuse ; les mensonges s’étaient accumulés, des décisions avaient été prises et pas pour le meilleur. Non, non, ils avaient commencé par le pire, chacun blessant l’autre avec les armes mises à sa disposition. À plusieurs reprises, ils s’étaient affrontés au moyen de leur magie, jusqu’au moment où la situation les avait tous deux dépassés. À présent, il regrettait de lui en avoir fait voir de toutes les couleurs. Il se fit alors la promesse de changer pour elle, de tout tenter pour la ramener saine et sauve. Il était plongé dans son esprit, alors que l’obscurité venait de tomber. La lune était haute et déversait sur le monde sa clarté bienveillante. Ils étaient bien loin de la Lune de Sang et de ses bienfaits – ou de ses méfaits, dans le cas de Raven. Cette nuit-là, le sang avait coulé en abondance, et tandis que les rayons vermeils s’étaient répandus au pied de la Grande Dame, sculpture géante qui se trouvait en haut de la colline qui surplombait la ville, chacun avait pu sentir ses pouvoirs croître. Durant vingt-quatre heures, il s’était passé des choses horribles. Les créatures de la Lumière telles que les fées, les elfes, les nymphes et bien d’autres encore, utilisaient les rayons rougeâtres pour concevoir la vie, s’unir et apporter la paix dans le cœur des Hommes. Quant aux êtres de l’Ombre, ils favorisaient à travers ces mêmes rayons la débauche, le meurtre et la violence. Adam avait entendu aux informations qu’il y avait eu des vagues destructrices aux quatre coins de Glowdale, cette ville de dix mille habitants entourée de remparts en granit et qui se situait au nord de Boston. L’Agence – une espèce de gouvernement pour surnaturels, auquel Raven Hale était accessoirement rattachée – avait dû œuvrer toute la journée pour rétablir l’ordre. — Encore perdu dans tes pensées ? le fit sursauter une voix derrière lui. Adam se retourna et rencontra le regard gris acier de son ami Erwan. Mi-ange, mi-sorcier, ce dernier avait les cheveux très foncés, en bataille. Il portait un jean et un pull à col roulé noir. La mine fatiguée et marquée par des cernes bleutés, il donnait l’impression de ne pas avoir dormi depuis des lustres. La nuit, Adam l’entendait hurler de terreur et, à plusieurs reprises, il s’était trouvé à ses côtés pour le sortir de ses cauchemars, mais jamais ils n’en avaient parlé. Peut-être était-ce le moment ? Avant de poser des questions sur son subconscient, il s’entendit formuler : — Où crois-tu qu’elle soit à l’heure actuelle ? Il reporta son regard vers la forêt qui bordait la propriété. — Je l’imagine être en sécurité avec cette autre entité qui l’habite, soupira Erwan avant de se placer à la droite du Maître de l’Esprit. — On ne sait rien sur… Douleur ! Qui sait ce qu’elle… cette chose… est capable de lui faire faire ! Le jeune maître passa une main dans ses cheveux désordonnés. Il en avait assez
d’attendre ; il voulait de l’action ! Il voulait la retrouver et s’assurer qu’elle aille bien. Il avait beau rechercher leur connexion, il ne rencontrait que du vide. Il n’en pouvait plus. — Tu dois garder le contrôle… — C’est ce que je m’efforce de faire chaque jour depuis un mois. — Tu as travaillé sur ton pouvoir, ces derniers temps ? L’as-tu repérée quelque part sur la toile des esprits ? « La toile des esprits » était l’endroit où Adam pouvait entrer en osmose avec les esprits de chaque surnaturel. Bien que cela lui demandait énormément d’énergie à cause de la barrière toujours existante entre lui et ses pouvoirs endormis, il n’hésitait pas à fouiller la toile à la recherche de l’esprit de sa compagne. — Elle n’est nulle part. Je surveille depuis des jours… — Tu es épuisé, comme nous tous. Il faut te reposer. — J’y songerai quand elle sera de retour, saine et sauve ou du moins, lorsque je la verrai. — Tu ne peux pas continuer ainsi. Il est temps de… — D’abandonner ? s’écria-t-il, soudain furieux que son ami pense de la sorte. Il aurait cru qu’au fur et à mesure du temps passé, il aurait compris, mais apparemment, ce n’était pas suffisant. — C’est hors de question, Erwan ! — Alors, demande à Reftael de t’aider… Soudain, Jack apparut sur le seuil de la maison, le souffle court, un téléphone à la main. — Les gars, je pense qu’il y a un problème ! Les deux jeunes hommes se tournèrent derechef vers le nouveau venu et le pressèrent d’en dire davantage. — C’est le téléphone de Raven, révéla le loup en montrant l’appareil. Il sonnait alors j’ai décroché. Un certain Wayne cherche à la joindre depuis un petit moment maintenant. Je n’ai rien compris à son message, mais il est question d’un archange et d’un trafic. Bref, je crois que Raven ne nous a pas tout dit sur ses missions en cours. — Tu as dit « Wayne » ? murmura Adam, en blêmissant. — Euh… c’est ça. Tu le connais ? — Wayne comme ton nom de famille ? demanda Erwan en pivotant légèrement vers lui. Le Maître de l’Esprit prit le temps de réfléchir avant de répondre. Son rythme cardiaque s’était accéléré lorsque son ami lui avait posé la question. Était-ce la même personne ? Dans ce cas, pourquoi était-il en contact avec le Maître de Lumière ? Et elle, savait-elle qui il était réellement ? — J’n’en suis pas sûr. Rappelle-le et demande-lui de nous rencontrer. Insiste s’il refuse. Nous devons le voir, décréta-t-il, subitement. Il sait peut-être quelque chose. Erwan lui lança un de ses regards qui voulait dire « qu’est-ce que tu me caches ? », mais il ne souhaitait pas en discuter tant qu’il n’aurait pas vu le contact de sa compagne de ses propres yeux. Il pénétra à l’intérieur de la demeure, la colère aux tripes, et s’enferma dans le seul endroit où personne n’allait : la chambre de Raven. Il commença à faire les cent pas, en long, en large et en travers, les pensées en ébullition. Qu’est-ce qu’elle lui avait caché encore ? Parce qu’il était certain que le Wayne en question était le même que celui qu’il connaissait et cela le rendait dingue. Il s’arrêta aux pieds du lit et fixa l’édredon qui le recouvrait, sans vraiment le voir. Il devait savoir, cela faisait si longtemps maintenant. Une quinte de toux attira son attention. Sans se retourner, il sut qui était derrière lui. — Qu’est-ce que tu ne me dis pas, Adam ? — Et si tu me lâchais la grappe pour une fois ! grommela ce dernier. — Même pas en rêve ! rétorqua Erwan en se positionnant à ses côtés, un demi-sourire sur les lèvres. Le Maître de l’Esprit soupira d’exaspération et baissa la tête, les épaules courbées. — Je donnerais n’importe quoi pour récupérer ma petite vie tranquille, pour ne jamais l’avoir