Slade

Slade

-

Livres
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je m’appelle Slade Merrick et je suis accro au sexe...


On m’a dit que c’était un problème. Mais je le vois comme une passion – une chose pour laquelle je suis bon. Et qui arrête une chose pour laquelle il est doué ?


Ils veulent que je me fasse soigner – que je contrôle ma queue. Ne jugez pas mon style de vie. Vous n’êtes pas meilleur que moi. Admettez-le, vous aimez baiser vous aussi. Baiser est ce que je fais le mieux – mon propre nirvana –, alors je l’assume au lieu d’en avoir honte.


Lorsque je ne baise pas, je sers des boissons au Walk of Shame ou je me fraie un chemin dans votre lit avec un striptease – une autre chose pour laquelle je suis bon. Le fantasme le plus sombre de chaque femme prenant vie.
Alors, est-ce que je m’arrête ? Bon sang, non. Baiser, c’est beau, intense et érotique, et je suis excité en sachant que je peux le faire avec n’importe qui... sauf avec elle.


Aspen.


Elle entre dans le club en balançant ses hanches, attirant instantanément l’attention de mon sexe. Elle est pure perfection. Du moins, jusqu’à ce qu’elle ouvre cette bouche, m’attirant à elle, et pour la première fois, je veux plus que du sexe. Je la veux et elle déteste ça.


Les choses deviennent brûlantes. Et c’est ce que j’aime, c’est ainsi que je vis. Mais... elle joue à un jeu qu’elle ne peut pas gagner.



Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 24 avril 2018
Nombre de lectures 874
EAN13 9782376762829
Langue Français
Signaler un abus
Publié par JUNO PUBLISHING 2, rue Blanche alouette, 95550 Bessancourt Tel : 01 39 60 70 94 Siret : 819 154 378 00015 Catégorie juridique 9220 Association déclarée http://juno-publishing.com/ Slade Copyright de l’édition française © 2018 Juno Publishing Copyright de l’édition anglaise © 2014 Victoria Ashley Titre original : Slade © 2014 Victoria Ashley Traduit de l’anglais par Manon Maroufi Relecture française par Valérie Dubar, Jade Baiser, Raphaël Rivière Conception graphique : © CT Cover - Stock photo © 123RF.com
Tout droit réservé. Aucune partie de cet ebook ne peut être reproduite ou transférée d’aucune façon que ce soit ni par aucun moyen, électronique ou physique sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans les endroits où la loi le permet. Cela inclut les photocopies, les enregistrements et tout système de stockage et de retrait d’information. Pour demander une autorisation, et pour toute autre demande d’information, merci de contacter Juno Publishing : http://juno-publishing.com/
ISBN : 978-2-37676-282-9 Première édition française : avril 2018 Première édition : mai 2014 Édité en France métropolitaine
Table des matières Avertissements
Remerciements
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
À propos de l’Auteur
Résumé
Avertissements
Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les person nages, les lieux et les faits décrits ne sont que le produit de l’imagination de l’auteur , ou utilisés de façon fictive. Toute ressemblance avec des personnes ayant réellement ex istées, vivantes ou décédées, des établissements commerciaux ou des événements ou des lieux ne serait que le fruit d’une coïncidence.
Cet ebook contient des scènes sexuellement explicit es et homoérotiques, une relation MM et un langage adulte, ce qui peut être considéré comme offensant pour certains lecteurs. Il est destiné à la vente et au divertiss ement pour des adultes seulement, tels que définis par la loi du pays dans lequel vous ave z effectué votre achat. Merci de stocker vos fichiers dans un endroit où ils ne sero nt pas accessibles à des mineurs.
Remerciements Tout d’abord, je tiens à remercier tous mes fidèles lecteurs qui m’ont soutenue ces deux dernières années et qui m’ont encouragée à con tinuer à écrire. Vos paroles m’ont inspirée à faire ce que j’aime. Chacun d’entre vous signifie beaucoup pour moi et je ne serais pas où je suis sans votre soutien et vos paroles d’encouragement. J’aimerais également remercier ma chère amie, l’aut eure de Accepted Fate et correctrice, Charisse Spiers. Elle a pris beaucoup de temps pour m’aider à construire cette histoire et à travers cela, nous sommes deven ues des amies très proches. J’ai de la chance de l’avoir eue avec moi pour ce voyage. N ’hésitez pas à aller voir son premier roman, Accepted Fate, ainsi que le suivant Twisting Fate. Elle m’a montré tant de soutien à travers tout ce processus et ce serait bien de pouvoir lui rendre la pareille. Son histoire est magnifiquement bien écrite et une chose à côté de laquelle personne ne devrait passer.
Merci à tous mes lecteurs bêta, à la fois la famill e et les amis qui ont pris le temps de lire mon livre et de me donner des conseils tout au long de ce processus. Mon amie Charisse Spiers, Hetty Whitmore Rasmussen et mon am ie et blogueuse Rebecca Pugh de Becca’s Books. Vous m’avez aidée et m’encouragée plus que vous l’imaginez. Merci à Bestsellers and Beststellars of Romance pou r avoir créé l’évènement avec la divulgation de ma couverture, la tournée de blog et le buzz le jour de la sortie du livre. Hetty a joué un rôle important dans la réalisation de cet objectif. Merci beaucoup à vous tous. J’aimerais remercier une de mes amies, Clarise Tan de CT Cover Creations, d’avoir créé ma couverture. J’ai adoré travailler avec toi et tu m’as aidée de nombreuses façons. Merci à mon petit ami, à mes amis et à ma famille d ’avoir compris mon emploi du temps chargé et avoir été là pour me soutenir dans la partie la plus difficile. Je sais que cela a été difficile pour tout le monde, et votre s outien signifie tout pour moi.
Enfin et surtout, je tiens à remercier tous les merveilleux blogueurs qui ont pris le temps de soutenir mon livre et d’aider à passer le mot. V ous faites tous beaucoup pour nous auteurs et c’est grandement apprécié. J’ai rencontr é tant d’amis en chemin et je ne vous oublierai jamais. Vous êtes top les gars. Je v ous remercie !
SLADE La marche de la honte #1
Victoria Ashley
Il fait sombre.
Chapitre 1 SLADE
J’adore quand les lumières sont éteintes. Elle a in sisté pour m’exciter de cette manière. Mes bras sont retenus dans mon dos, mon co rps nu, attaché à une chaise. La chair de poule parcourt ma peau dans un picotement alors qu’elle souffle légèrement sur mon érection, à deux doigts de me faire perdre mon sang-froid. Ses lèvres sont si proches, et pas assez à la fois. J’insiste pour l’a llumerelle, de cette façon.
— Nan, pas encore, bébé.
Elle relève la tête, ses cheveux blonds s’écoulant en cascade le long de ses épaules alors que ses yeux s’ancrent dans les miens . Ils sont intenses, désespérés. Elle me supplie silencieusement du regard, me deman de l’autorisation de la laisser enfin me toucher. J’y suis habitué. Elle doit appre ndre qu’être dans ma maison signifie jouer selon mes règles.
— Slade, gémit-elle. Laisse-moi faire.
— Baisse les yeux, bébé.
Elle baisse la tête et fait courir sa langue sur se s lèvres alors qu’elle regarde mon sexe avec avidité ; imaginant sans doute le goût qu ’il aura dans sa bouche.
— C’est ça. Ne bouge pas. Je soulève mes hanches, amenant la pointe de mon se xe à frotter contre ses lèvres. — Tu me veux dans ta bouche ? Elle hoche la tête et laisse échapper un son entre le gémissement et le grognement. Bon sang, c’est tellement excitant. — À quel point en as-tu envie ? Je veux te l’entend re dire.
Ses ongles s’enfoncent dans mes cuisses alors qu’el le grogne avec agacement.
— Plus que tout. Je veux simplement que tu me la do nnes, bon sang. Tu sais déjà combien je la veux.
Un rire profond gronde dans ma gorge alors qu’elle enfonce ses ongles le long de mes jambes pour essayer de me faire mal. Ce qu’elle ne réalise pas, c’est que j’accueille la douleur avec plaisir. Elle me fait j ouir.
— C’est tout ce que tu as, petit chat ? la taquiné- je. Si tu veux ma queue, tu vas devoir faire mieux que ça. Elle semble en colère maintenant – déterminée. Elle se lève et pointe un doigt sur ma poitrine. — Tu es celui qui est attaché. C’est censé être mon jeu. Pourquoi faut-il quetume tortures et me fasses attendre ?
Je lui fais signe de se rapprocher de moi en me mor dant la lèvre inférieure. Lorsque son visage arrive à hauteur du mien, je gli sse ma langue hors de ma bouche pour la faire courir sur ses lèvres, la faisant tre mbler alors que je la goûte.
— Montre. Moi. À. Quel. Point. Tu. Me. Veux.
À califourchon sur moi, elle crie et me claque viol emment le visage avant d’empoigner mes cheveux et de tirer ma tête en arri ère. Si je pouvais être encore plus dur, je le serais. Et puis merde.
— Voilà de quoi je parlais.
Je presse mon sexe durci contre ses fesses, lui fai sant constater combien je suis excité. Puis je la regarde droit dans les yeux. — Montre-moi ce que tu sais faire avec ta bouche. L a première impression est toujours la plus importante. Un sourire coquin s’étire sur ses lèvres alors qu’e lle quitte mes genoux en faisant onduler son corps pour se placer directement entre mes jambes. Elle agrippe mes cuisses entre ses mains et fait courir sa langue su r mon gland avant de l’introduire dans sa bouche. Il heurte le fond de sa gorge, lui arrachant un haut-le-cœur. Elle ne s’en soucie pas, elle est complètement désinhibée. Elle ne fait qu’en prendre davantage.
Putain, oui.
Je gémis lorsqu’elle fait tournoyer sa langue autou r de mon membre tout en me suçant en même temps. C’est fantastique. — Je t’avais dit que l’attente en vaudrait la peine , bébé. Attends simplement que je jouisse en toi. La sensation est encore meilleure que le goût. Elle recule et se lèche les lèvres. — Alors pourquoi ne me montres-tu pas ? Ma chatte n ’a jamais été aussi humide. Elle se lève et se cambre en avant devant moi, expo sant ses petites lèvres mouillées. Je peux les voir luire d’humidité, m’app elant à glisser à l’intérieur. Elle sourit tout en faisant traîner ses doigts le long de ses r eplis, comme pour m’allumer, me tester.
— Ça te plaît ? me demande-t-elle d’une voix séduis ante, tentante. Tu veux cette petite chatte serrée rien que pour toi, espèce de p etit salaud avide ? J’acquiesce en rentrant dans son petit jeu. Elle a l’air de croire qu’elle est aux commandes. — Alors, viens et prends-la.
Elle glisse ses doigts dans sa bouche et les lèche pour les nettoyer, avant de les amener à son entrée, me baisant du regard. Ses fess es bougent de haut en bas sur un rythme parfait alors qu’elle ronronne :
tu…
— J’attends.
Elle pousse ses doigts plus profondément en elle. — Je veux voir ces muscles se contracter pendant qu e tu me prends. Je veux que
Eh bien, tu ne vas pas attendre longtemps.
Me libérant de mes liens, je me lève, attrape ses h anches et la retourne avant de plaquer son dos contre le mur.
— Qu’est-ce que tu disais, bébé ? grogné-je dans so n oreille. Je prends ses fesses en coupe et la soulève alors q u’elle enroule ses jambes autour de ma taille.
— Je ne suis pas certain que tu puisses supporter c e que j’ai à offrir. J’agrippe son visage d’une main avant de me pencher et de mordre sa lèvre inférieure, tirant violemment dessus. — Tu es finalement sur le point d’obtenir ce que tu voulais. J’espère simplement que tu n’as rien de prévu pour les prochains jours, car il est possible que j’y aille un peu fort. C’est ta dernière chance de t’échapper, parce qu’une fois que j’aurais commencé, je ne m’arrêterais pas avant que tu hurles mon nom si fort que ça m’en brisera les tympans.
Je la regarde dans les yeux pour voir si elle a cha ngé d’avis – je n’y vois rien d’autre qu’une chaleur vive et du désir. Elle en a toujours envie. Elle est courageuse. Aucune fille ne ressort indemne après être venue da ns mon lit. Elle finira par le comprendre. Je hausse un sourcil.
— Très bien, dans ce cas.
Je fais de grandes enjambées à travers la pièce jus qu’à mon lit king-size et la jette sur les couvertures. En un battement de cils, je me retrouve entre ses cuisses, les écartant largement pour moi. Je fais courir ma lang ue sur sa peau lisse, m’arrêtant à l’intersection entre ses cuisses et son intimité proprement rasée.
— Es-tu prête à jouir sans même que je te touche ?
Je commence à expirer un souffle frais sur son inti mité gonflée et humide. Elle soulève ses hanches – il ne fait aucun doute qu’ell e en veut davantage – et à l’instant où je m’apprête à lui démontrer mes capacités, quel qu’un frappe à la porte.
Putain de mauvais timing.
Grinçant des dents, je secoue la tête et jette un c oup d’œil vers la porte.
— Donne-moi une seconde.
Je descends du lit et fais signe à Lex de se couvri r. Une fois que c’est fait, j’invite Cale à entrer.
— C’est bon, mec.
La porte s’ouvre au moment où j’attrape mon paquet de cigarettes et allume la pièce. Je suis toujours au garde-à-vous, mais je m’ en soucie peu. Cet idiot a interrompu ma nuit. Si voir mon érection ne lui plaît pas, alo rs il aurait dû s’en préoccuper davantage plutôt que de débarquer dans ma chambre a u milieu de la nuit.
En entrant dans la pièce, Cale remarque mon sexe ér igé et s’empresse de récupérer le vêtement le plus proche et de le jeter sur mon membre. Je baisse les yeux pour y voir un tee-shirt pendant dessus. Je l’envoi e valser.
— Préviens la prochaine fois, enfoiré. J’en ai asse z de voir cette merde. J’allume ma cigarette, et ris tout en prenant une b ouffée. — On est jaloux, connard ?
Il m’ignore et passe à côté de moi lorsque ses yeux se posent sur Lex. Elle vient au club depuis un moment maintenant et elle est sex y comme l’enfer. Tous les hommes ont essayé de coucher avec elle, mais durant tout ce temps, elle ne voulait rien d’autre que mon sexe. Il fronce les sourcils e t se glisse au pied de mon lit.
— Bon sang, Lex. Tu deviens de plus en plus sexy ch aque fois que je te vois. Resserrant les draps contre son corps, Lex grogne e t repousse Cale du lit. — Va te faire voir, Cale. Je ne veux pas de ta queu e. Sautant avec rapidité, Cale attrape mon jean et me le jette.
— Je ne veux pas te baiser, Lex. Je veux te donner du plaisir. Cette queue est spéciale, dit-il avant de me regarder. Pas comme ce lle de Slade.
— Je t’emmerde, Cale. Qu’est-ce que tu veux ?
Il se tourne vers moi après avoir offert un sourire à Lex.
— Le club vient d’appeler. Nous devons y aller.
— Je ne suis pas en service ce soir, mec. Ce n’est pas le boulot de Hemy ?
Je tire une longue bouffée de ma cigarette, laissan t la fumée sèche emplir mes poumons alors que je ferme les yeux. J’ai vraiment besoin d’évacuer cette tension. Je la baiserai devant lui s’il le faut. Cela ne serait pas la première fois que je coucherais avec quelqu’un en public.
— Je suis un peu occupé là, tout de suite.
J’agite le string de Lex pendu à mon doigt.
— Au cas où tu n’aurais pas remarqué. Ne comprenant pas où je veux en venir, Cale sort so n portable et commence à pianoter dessus. — Nous devons partir maintenant. Il y a un enterrem ent de vie de jeune fille et les nanas nous demandent spécifiquement. Tu sais ce que ça signifie. De plus, Hemy se fait dévorer vivant en ce moment.
Oh, merde. Je ne pensais pas cela possible, mais ma queue vient tout juste de se durcir encore plus.
— Eh bien, j’imagine que nous ferions mieux de nous y mettre. J’éteins ma cigarette, pousse Cale hors de mon chem in et me glisse sous les draps. J’attrape un préservatif sur la table de nui t et déchire l’emballage avec les dents. — Ça va devoir être un coup rapide, grommelé-je ava nt de recracher l’emballage et de dérouler le préservatif sur mon érection.
Lex me regarde d’un air interrogateur et fait un si gne du menton vers Cale.
— Tu vas me baiser pendant qu’il regarde ? Je souris tout en la retournant et en poussant sa tête contre le matelas. — S’il ne sort pas de ma chambre, alors oui. Je vai s te baiser pendant qu’il regarde. Je jette un coup d’œil à Cale par-dessus mon épaule et le vois hausser les sourcils, piqué par la curiosité. — Tu as trois secondes et le compteur a débuté il y a deux secondes.
Il pointe Lex du doigt, tout en se dirigeant vers l a porte à reculons en mâchouillant sa lèvre inférieure. — Malgré le fait que j’adorerais te voir te faire b aiser, je sors. Ce mec devient trop sauvage et je vais probablement me blesser rien qu’ en le regardant. Il récupère mon portefeuille dans ma commode et me l’envoie au visage, mais il me rate.
— Bouge-toi le cul. Je me change et on y va.
Lex gémit sous moi alors que j’agrippe ses hanches, la collant à moi pendant que je me glisse en elle. Elle est extrêmement humide p our moi, rendant les choses plus faciles dans l’optique d’un coup rapide.