//img.uscri.be/pth/222c97cd93087b592b21e18230830a3bc95dc4f6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Spécial Noël

De
352 pages
Recueil thématique de 3 nouvelles inédites !

Un week-end sous la neige, Vicki Lewis Thompson
Après avoir gagné un concours de poésie, Tracy s’est vu offrir un week-end pour deux dans une luxueuse station de ski. Ravie d’échapper à son quotidien de chef de pub à Los Angeles, elle décide de partager l’invitation avec Josh Dempsey, un ami de longue date. Pourtant, une fois sur place, Tracy se surprend à regretter son choix : l’ambiance décidément trop romantique de ce séjour éveille en elle des sentiments troublants qu’elle n’aurait jamais cru éprouver pour Josh…

Un Noël plein de surprises, Jill Shalvis
Pour Noël, Zoe n’a formulé qu’un vœu : décrocher enfin le poste d’architecte en chef au sein du cabinet qui l’emploie. Et pour cela, elle est prête à défier son principal rival : Jason Monroe, un collègue ambitieux, incroyablement doué… et sexy. Mais lorsque, par un malheureux concours de circonstances, ils se retrouvent tous les deux bloqués dans un chalet de montagne, en pleine tempête de neige, Zoe panique. Car cette intimité soudaine et forcée avec Jason lui fait perdre tous ses moyens…

Un amant sous le gui, Day Leclaire
Invitée à une prestigieuse soirée déguisée pour le nouvel an, Jayne succombe au charme d’un homme très séduisant et masqué. Dans ses bras, elle passe une nuit bouleversante… Avant de découvrir, au matin, que son mystérieux amant s’est envolé ! Jayne croit alors avoir définitivement perdu toute chance de le revoir un jour — jusqu’à ce qu’un détail fasse naître en elle un improbable soupçon : et si son bel amant n’était autre que Nick Fontana, son brillant et charismatique patron ?

Voir plus Voir moins
1.
Josh posa son regard sur Tracy, assîse devant uî dans a îmousîne quî es emmenaît vers e grand hôte de uxe où îs avaîent gagné eur séjour. I avaît beaucoup neîgé et magré e passage réguîer des chasse-neîge, a route étaît recouverte d’une égère couche quî a rendaît gîssante. — Je n’arrîve pas à croîre que nous ayons remporté ce séjour avec ce sonnet pîtoyabe ! dît-î. — C’est caîr ! Quî auraît pu devîner qu’îs e trouve-raîent « déîcîeusement rafraïchîssant » ? répondît Tracy en sourîant. Ee étaît passée chez e coîffeur et ses cheveux auburn, un peu pus courts que a veîe, s’arrêtaîent maîntenant au-dessus des épaues. Josh ’observa dîscrètement. I trouva sa nouvee coupe très seyante. Trop seyante même, pour une femme capabe de uî jeter de ’eau au vîsage orsqu’ee étaît énervée. Ee portaît un jean de marque, des boots putôt sexy avec un taon de dîx centîmètres et, sous sa parka banche, un pu à co roué, banc uî aussî, aînsî qu’une écharpe beue, nouée autour de son cou. La nuît étaît maîntenant tombée et î ne voyaît pas très bîen son vîsage, maîs î avaît remarqué, à ’aéroport, que e beu de son écharpe étaît parfaîtement assortî à ceuî de ses yeux. Is étaîent très beaux d’aîeurs, pus beaux même que ceux de Mîss Pîggy, songea-t-î. I savaît que ses tenues vestîmentaîres n’étaîent pas sa prîncîpae préoccupatîon, maîs ee étaît cependant
12
aée faîre du shoppîng avec deux amîes, queques jours auparavant. Cees-cî avaîent d’aîeurs vîsîbement prîs es choses en maîn, sachant que ’endroît seraît sous e feu de nombreux médîas. Josh, pour sa part, se moquaît d’être imé ou photographîé dans un bouson vîeux de quatre ans, maîs î savaît combîen es femmes accordaîent d’împortance à ce genre de choses. — Tu auraîs dû accepter ma proposîtîon et te faîre accompagner par Marcy, reprît a jeune femme, en caant sa lûte de champagne dans ’encoche de a tabette pour pouvoîr enever son écharpe. Tu ’aîmes bîen, non ? — Je a connaîs à peîne, objecta-t-î. Et puîs, ee n’a aucune raîson de venîr îcî, aors que toî, sî. D’aîeurs, toî aussî, tu auraîs pu partîr avec quequ’un d’autre, je te ’aî même proposé. — Cea n’auraît pas été correct. C’est toî quî as eu ’îdée de partîcîper au concours. — Et c’est toî quî as eu cee de faîre un poème aussî oufoque. Le mérîte nous revîent à tous es deux. Je croîs qu’on peut dîre qu’on a « cassé a baraque ». Les gens de A-Lîst étaîent furîeux de nous voîr remporter a vîctoîre. — Tant mîeux ! rétorqua Tracy. Is sont teement prétentîeux. N’empêche que ce voyage est un peu du gâchîs. — Tu trouves ? Je t’avoue apprécîer partîcuîèrement e champagne et a baade en îmousîne, protesta-t-î, en portant sa coupe à ses èvres. Je pense même que je pourraîs m’y habîtuer sans probème. — Ce n’est pas ça dont je te pare. Nous sommes censés passer un week-end romantîque à Teurîde. D’aîeurs, a façon dont e chauffeur a remonté a vître entre uî et nous îndîque caîrement qu’î s’attend à ce que nous céébrîons de manîèretrès prochecet événement durant e trajet. — Tu as peut-être raîson… Cecî dît, je me suîs toujours demandé à quoî ça pouvaît ressember de faîre ’amour dans une îmousîne. — A queque chose d’embarrassant, ça c’est sûr. Parce que s’î ne nous entend pas, notre chauffeur a cependant
13
un rétrovîseur très bîen pacé. Je suîs certaîne qu’î peut peînement proiter du spectace. — Ah ! J’en concus que tu n’as jamaîs faît ’amour dans une îmousîne ? — Non, je ne suîs pas ce genre de ie, répondît-ee, en secouant a tête. Je préfère des endroîts pus întîmes, à ’abrî des regards. Pensîf, Josh porta sa coupe de champagne à ses èvres. Aînsî, ee n’étaît pas partîcuîèrement aventurîère en matîère de sexe. I se demanda aors comment ee aaît prendre ’îdée quî trottaît depuîs queques jours dans sa tête. — J’aî u sur înternet que cet hôte regorgeaît de céî-bataîres prêts à faîre a fête, commença-t-î avec prudence. Tracy reprît sa lûte de champagne avant de s’enfoncer de nouveau dans a banquette en cuîr. — Ah bon ? Je n’aî pas u ça pour ma part, maîs j’aî vu qu’A-Lîst avaît învîté Maddy Lov. Tu as u son bog ? — J’en aî u queques îgnes. D’aîeurs je t’avoue que je suîs surprîs que ce soît ee a vedette de ce week-end. J’avaîs cru comprendre, quand nous avîons travaîé sur e projet de pubîcîté, que es proprîétaîres de ’hôte étaîent putôt conservateurs. Or tu as vu son dernîer cîp ? — Tu veux parer de ceuî dans eque ee est quasîment nue ? Evîdemment, dîficîe d’y échapper ! Je me seraîs putôt attendue à voîr ’actrîce d’Arabesquedans ce genre d’endroît que quequ’un comme ee. Ayant termîné sa coupe, Josh tendît a maîn vers a bouteîe pour s’en servîr une nouvee. — Et sî A-Lîst avaît faît une erreur en învîtant Maddy ? — J’y aî bîen pensé, répondît Tracy. Et je me suîs dît que sî par hasard eur ton ne paîsaît pas aux proprîétaîres, nous pourrîons toujours dîstrîbuer nos cartes professîonnees. — Donc tu voîs que ce voyage peut ne pas être un gâchîs. Bîen au contraîre, même ! Car sî es choses se passaîent aînsî, nous serîons accueîîs comme des héros de retour à ’agence. Encore un peu de champagne ? demanda-t-î en evant a bouteîe.
14
— Non mercî! J’aî a tête quî commence déjà à tourner. — Ça ne te gêne pas sî j’en reprends ? Sans même attendre a réponse, î en versa dans sa lûte avec précautîon, comme a îmousîne abordaît un vîrage vîsîbement serré. S’î accordaît peu d’împortance à son apparence, î n’avaît certaînement pas envîe d’arrîver en sentant ’acoo. — Aors, que penses-tu de ’îdée quî cîrcue à ’agence en ce moment ? contînua-t-î. — Quee îdée ? — Que nous pourrîons mettre ce week-end à proit pour nous offrîr une aventure. — Oh ! Cette îdée. Josh toussota en voyant sa mîne exaspérée. Ee ne sembaît vîsîbement guère enthousîaste. — Personneement, je trouve que ça vaut e coup d’y réléchîr, însîsta-t-î. I consîdéraît que uî et Tracy avaîent porté e deuî sufisamment ongtemps et que, s’îs n’étaîent pas encore prêts pour une ongue hîstoîre, îs pouvaîent au moîns s’offrîr une aventure sans endemaîn. — Est-ce que cea sîgnîie que tu vas passer ton temps à essayer de ramener une femme dans ton ît? demanda-t-ee avec un aîr înquîet. — J’aî toujours détesté cette expressîon ! Maîs ouî, j’envîsage a possîbîîté de faîre une rencontre, et pourquoî pas d’aer pus oîn. La température dans a voîture semba brusquement chuter de dîx degrés. — Cea te pose un probème ? demanda-t-î. — Ça ne me regarde pas, répondît-ee froîdement. Maîs je te rappee que nous partagerons a même chambre. Je n’aî donc pas envîe de me retrouver nez à nez avec ’une de tes conquêtes d’un soîr. I seraît donc judîcîeux de mettre un code en pace, comme par exempe e panon-ceau « occupé » sur a poîgnée, ain d’évîter ce genre de désagrément.
15
— Ah ouî! Pour que tout e monde sache ce que je faîs? Certaînement pas ! Et de toute façon, rassure-toî. Je n’îraî pas dans notre chambre, ce seraît vraîment très grossîer. Une pensée uî traversa aors ’esprît. — Bîen sûr, sî de ton côté tuenvisagesd’avoîr besoîn de a chambre, aors effectîvement î faut que nous mettîons un code au poînt… — C’est înutîe. Je n’aî ’întentîon de coucher avec personne ce week-end. — Oh ! je voîs ! Et tu penses donc que je devraîs en faîre autant, c’est ça ? — Je n’aî rîen dît de te, répîqua-t-ee d’un ton sî gacé qu’î auraît pu voîr de a buée sortîr de sa bouche. — Tu n’as pas eu besoîn de e faîre. Le ton que tu as empoyé pour dîre « je n’aî ’întentîon de coucher avec personne » étaît sufisamment caîr. — Ce n’est pas vraî ! Et ce n’est pas parce que je n’aî pas envîe de me retrouver dans un ît avec un parfaît înconnu que cea sîgnîie que je te ’înterdîs. Vas-y ! Ne te gêne pas pour moî. Faîs ce que tu as à faîre. Couche avec quî tu veux. Ce ne sont pas mes affaîres ! — Croîs-moî, sî j’en aî ’occasîon, je te promets que je ne a rateraî pas. Ce sera un exceent moyen d’apaîser mes souffrances. Et quand je voîs dans que état te met toute cette dîscussîon, je ne peux que t’învîter à faîre a même chose. Quoi ! I se féîcîta qu’ee n’aît pas prîs un autre verre de champagne car, sî te avaît été e cas, î ’auraît certaîne-ment reçu en peîn vîsage. — Trace, ça faît déjà troîs moîs que Lîsa et Brîan sont partîs. Je ne saîs pas pour toî maîs, pour moî, ce week-end sans obîgatîons professîonnees me sembe être a parfaîte occasîon pour… — On est arrîvés, ’înterrompît-ee, sèchement. — Je voîs ça. Josh regarda à travers a vître teîntée comme a îmousîne
16
s’arrêtaît devant ’entrée d’un énorme bâtîment de deux étages, faît de boîs et de pîerre. Magré sa taîe împosante, î étaît nîché au mîîeu d’épîcéas beus couverts de neîge, et sembaît faîre partîe du décor depuîs des années. Une umîère dorée provenant des arges fenêtres écaîraît e so banc. Josh, quî avaît toujours préféré a mer à a montagne, songea qu’un endroît comme ceuî-cî pourraît e faîre changer d’avîs. — C’est superbe, ança-t-î en se tournant vers Tracy, s’attendant à une réponse. Maîs ee resta muette, îmmobîe sur son sîège, à a manîère d’un condamné înstaé sur a chaîse éectrîque. Vîsîbement, son îdée de trouver une femme pour e week-end uî étaît restée en travers de a gorge. — Trace, sî cea te met ma à ’aîse, je peux aîsser tomber mes projets, dît-î doucement. Je ne veux aucun probème entre nous. — Non, non ! Je ne voudraîs pas înterférer dans ta vîe sexuee. Je n’en aî d’aîeurs aucun droît. — Ne soîs pas comme ça. Je te promets de rester sage et de… I ne put inîr sa phrase. Un portîer, arborant un badge Weekend Pass sur sa parka beu marîne venaît d’ouvrîr eur portîère. — Bîenvenue à Weekend Pass ! décara-t-î tandîs qu’un aîr froîd et sec pénétraît dans a voîture. Enevant aors son gant, î tendît a maîn vers Tracy pour ’aîder à sortîr. Cee-cî retîra sa ceînture de sécurîté, attrapa son sac sur e so et se tourna vers Josh. — Nous reparerons de tout ça pus tard sî ça ne te dérange pas, dît-ee avant de sortîr. — Comme tu voudras, répondît-î, tout en se evant pour a suîvre. Son vîsage se trouva aors à queques centîmètres d’un derrîère qu’î trouva très joî. « Ce doît être e jean quî e
17
met en vaeur… », songea-t-î. Ou aors e faît qu’î n’avaît pas vu une femme de sî près depuîs fort ongtemps. Maîs î se ressaîsît vîte. Que uî arrîvaît-î ? I ne pouvaît tout de même pas se aîsser excîter par e derrîère de Tracy ! Non, c’étaît tout sîmpement hors de questîon !
Tracy n’arrîvaît pas à comprendre ce quî n’aaît pas chez ee. Ee avaît réagî comme une saînte-nîtouche quand Josh uî avaît avoué que tout ce qu’î vouaît, c’étaît un peu d’actîon. Cea n’avaît rîen de bîen extraordînaîre. C’étaît un homme norma, au sang chaud et à ’appétît sexue déveoppé. Ee n’avaît aucune raîson de uî parer comme ee ’avaît faît. D’aîeurs, dès qu’ee en auraît ’occasîon, ee uî présenteraît ses excuses. Quîttant ses pensées, ee contempa ’hôte. I étaît magnîique, enveoppé par ’ombre des montagnes împosantes tandîs que des umîères écaîraîent es pîstes dans a nuît. Ee n’avaît encore jamaîs faît de skî, maîs s’î y avaît bîen un endroît îdéa où commencer, c’étaît îcî… d’autant que es cours, ’équîpement et es forfaîts étaîent încus dans e prîx des gagnants. Toutes es condîtîons étaîent donc réunîes pour se ancer. Ee prît a maîn que uî tendaît e portîer et, au moment où ee posa un pîed sur e so, un homme séduîsant aux cheveux châtaîns, vêtu d’une veste en cuîr de grande quaîté, s’avança et se présenta comme étant Tony Rossî. Ee connaîssaît son nom pour avoîr échangé avec uî de nombreux e-maîs à propos de ce voyage, maîs ee ne ’avaît jamaîs vu et n’avaît pas réussî à savoîr s’î faîsaît partîe ou non de ’agence A-Lîst. — Ravîe de vous rencontrer enin, dît-ee, en uî serrant a maîn. A ce moment-à, es lashes crépîtèrent, conformément au contrat qu’ee et Josh avaîent sîgné pour ce week-end et quî autorîsaît es médîas à couvrîr eurs dépacements. I avaît été demandé à tous es concurrents du concours
18
d’envoyer une photo avec eur poème, et ee étaît persuadée qu’îs avaîent été choîsîs autant pour eur prose que pour eur apparence physîque. — Bîenvenue au Weekend Pass ! dît Tony, en tendant une maîn vers Josh, quî étaît maîntenant uî aussî sortî de a voîture. — Mercî, répondît ceuî-cî, en a uî serrant rapîdement. Vîsîbement, nous sommes dans a même branche, Tracy et moî travaîons pour Innovatîons Inc. — Je saîs, répondît Rossî. — Et vous, vous travaîez pour A-Lîst ? Parce que je ne vous aî jamaîs vu et, pourtant, je connaîs a pupart de eurs empoyés. Tracy baîssa a tête pour dîssîmuer un sourîre. Ee avaît cherché un moyen subtî pour essayer de découvrîr pour quî travaîaît Tony, et Josh, comme à son habîtude, aaît droît au but. Tony se raîdît. — Je ne travaîe pas pour A-Lîst, répîqua-t-î sèchement. J’aî été embauché par es Waker pour… pour m’occuper de eur week-end d’ouverture. — Intéressant, répondît Josh, d’un ton égèrement sar-castîque. J’auraîs putôt cru que c’étaît e rôe de ’agence. — Ee s’occupe déjà de beaucoup de choses. D’aîeurs, deux de ses représentantes sont îcî. — Ah bon ? De quî s’agît-î ? demanda Tracy. — D’Eveyn Jacobs et Samantha DeWîtt. Maîs c’est moî quî supervîse ’opératîon. Et sî vous avez e moîndre soucî, c’est à moî qu’î faudra vous adresser… bîen que je ne pense pas que cea sera utîe, car je suîs sûr que vous passerez un exceent week-end. I avaît accompagné ces dernîers mots de son sourîre e pus arge et e pus dîpomatîque, aors que e début de a phrase avaît été putôt froîd. — J’en suîs certaîne aussî, e rassura Tracy. Vîsîbement, î ne s’entendaît pas très bîen avec Eveyn
19
et Samantha, et î n’étaît pas e seu. Ces femmes étaîent de vraîes paîes. — D’autant que nous sommes partîcuîèrement contents d’être îcî, ajouta-t-ee. — Parfaît, dît-î, tout en regardant par-dessus ’épaue de a jeune femme. Vos bagages sont chargés, donc sî vous vouez monter avec Mark, î vous emmènera à votre chaet. Se tournant, Tracy découvrît a petîte voîture éectrîque dans aquee se trouvaîent déjà eurs vaîses. — Nous ne sommes pas ogés à ’hôte? demanda-t-ee, décontenancée. — C’étaît ce quî étaît prévu au départ, maîs es Waker et moî-même avons pensé que vous aurîez pus d’întîmîté dans ’un de ces uxueux chaets. Brusquement, Tracy s’îmagîna seue, au mîîeu des boîs, tandîs que Josh… Non ! Ee préféraît ne pas penser à ce que feraît Josh. — Maîs pourquoî ? Vous savez, nous n’avons pas besoîn d’întîmîté, protesta-t-ee. Une chambre à ’hôte convîendra parfaîtement. — Proitez-en, însîsta Tony, avec un sourîre. Les chaets sont ce que nous avons de mîeux à proposer. Personneement, je es préfère même aux suîtes royaes de ’hôte. — Maîs… — Nous apprécîons sîncèrement votre geste et vous remercîons, întervînt aors Josh, en prenant a jeune femme par e bras avant de ’entraïner vers a voîturette. — Bîen ! La réceptîon de bîenvenue est à 19 h 30 et e dïner à 20 heures, contînua Tony derrîère eur dos. Vous trouverez une carte dans votre chaet, au cas où vous voudrîez revenîr seus, maîs vous pouvez appeer sî vous préférez qu’on vîenne vous chercher. — Mercî ! crîa Josh, sans se retourner. Ensuîte, î aîda Tracy à monter dans a voîture — ce dont ee uî fut reconnaîssante, es taons de dîx centîmètres n’étant pas ’îdéa pour se dépacer sur a neîge.
20
— Tu me trouves pénîbe, c’est ça ? demanda-t-ee, orsqu’îs furent înstaés. — Pour tout te dîre, un peu, répondît-î en sourîant. Tracy vouut s’excuser pour es commentaîres qu’ee avaît faîts sur ses projets de week-end, maîs ee se retînt, songeant qu’î n’avaît probabement pas envîe qu’ee expose sa vîe devant eur chauffeur. Is commencèrent à rouer sans qu’un mot de pus ne soît échangé. — I faît vraîment très froîd, dît-ee après un moment, juste pour rompre ce sîence quî a rendaît nerveuse. — Vous verrez, î faît pus chaud dans a journée, répondît Mark. Et quand vous faîtes une actîvîté physîque, vous ne sentez pas e froîd. Tracy îmagîna îmmédîatement Josh pratîquant une actîvîté physîque avec une femme qu’î connaîssaît à peîne. N’étaît-ce pas dangereux? Avaît-î songé aux MST? — C’est putôt sombre, par îcî, reprît-ee, pour chasser cette îmage de son esprît. Ee coa aors son vîsage à a vître et aperçut, au oîn, es umîères des chaets dîssémînés. — Sî vous vouez revenîr à ’hôte, vous n’avez qu’à suîvre ’aée écaîrée, dît Mark. Ee vous y ramènera tout droît. Maîs comme vous ’a dît Tony, je peux revenîr vous chercher. — Ne vous înquîétez pas. Je suîs sûr que nous saurons nous débrouîer, répondît Josh. Tracy soupîra. Ee se doutaît bîen de a raîson pour aquee î vouaît faîre e chemîn tout seu. I vouaît être sûr de savoîr rentrer après son premîer rendez-vous avec une de ces bîmbos des neîges. — On s’attendraît presque à voîr surgîr des ours, contînua-t-ee, espérant semer e doute dans ’esprît de Josh. — I y en a, répondît Mark, amusé. Maîs en ce moment, îs hîbernent. — Oh ! Ee songea aors aux autres dangers pouvant es guetter dans a nuît.
21