Te garder près de moi

-

Livres
153 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je n’avais pas prévu de tomber amoureux de Stella, la sœur de mon meilleur pote. Pourtant, lorsque je comprends que nos cœurs battent en rythme, je pense jouer une partition sans fausse note. Mais le succès des Salt Wolves s’en mêle et les bémols apparaissent...



J’ai toujours été secrètement amoureuse de Kyle. Alors le jour où il se déclare enfin, je suis sur un nuage et loin de m’imaginer que nos ambitions personnelles peuvent nous éloigner l’un de l’autre malgré nos sentiments réciproques...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 470
EAN13 9782374473680
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
TE GARDER PRÈS DE MOI Saga The Salt Wolves - Tome 4 Romance
Delphine Clever
TE GARDER PRÈS DE MOI Saga The Salt Wolves - Tome 4 Romance
ISBN Numérique 978-2-37447-368-0
ISBN papier : 978-2-37447-369-7
Février 2018
Dépot légal © Erato–Editions
Imprimé en France - Tous droits réservés
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales
Stella
Prologue
Quand on est loin de la seule famille qui nous reste, des moments comme celui-ci sont précieux. Jared, mon frère, est guitariste dans un groupe de rock mondialement connu. Alors, il est certain que nous ne nous voyons pas souvent. Sans compter que j’ai moi-même un travail très prenant : un poste au bureau du procureur. Je suis très %ère d’avoir obtenu cette place, il y a un an et demi. Mais je dois toujours faire mes preuves. Je ne ménage donc pas mes e'orts et je passe plus de temps au boulot que dans mon appartement. J’en apprécie d’autant plus ces vacances de Noël à Los Angeles. Je suis arrivée depuis quatre jours et c’est d’abord Matt, le bassiste, et Rachel, sa compagne journaliste, qui m’ont hébergée. Désormais, je suis chez Jared et Cassie, sa femme et chanteuse du groupe. Ils ont %ni par acheter une maison ici. C’était plus pratique pour eux et je crois aussi qu’ils aiment vivre au bord de l’océan. Avec la mort de notre grand-père l’année dernière, je suis la seule de notre famille à rester à Salt Lake City. Parfois, je me sens un peu isolée, mais à vingt-six ans, je ne vais pas rester collée à mon frère, de toute façon. Et je ne me vois pas tout recommencer ailleurs. Je suis tatie depuis peu et mon voyage a aussi pour but de faire la connaissance de mon petit neveu Shane, qui vient juste de naître. La maman et le bébé sont sortis de l’hôpital il y a deux jours. C’es t pourquoi mon frère et Cassie ont décidé d’organiser le réveillon de Noël chez eux. Un traiteur s’est occupé du repas et j’ai moi-même pris en charge la déco de la table. Tous les Salt Wolves sont présents : John, le deuxième guitariste et frère de Cassie, Becky sa copine et claviériste du groupe, Matt et Rachel évidemment, avec Megan, leur petite %lle qui a main tenant quatre ans. Et Kyle. Kyle, le batteur, le meilleur ami de mon frère et accessoirement… mon ex. Kyle que je connais, on va dire, depuis toujours, mais auprès de qui je n’ai pas la cote en ce moment. La dernière fois que nous nous sommes vus, ça ne s’est pas très bien terminé. On est tombé dans les bras l’un de l’autre pour la énième fois, il m’a encore proposé de nous remettre ensemble et j’ai encore refusé. Alors, il s’est fâché et depuis, il me bat froid. Et je n’aime pas ça. Même après notre première rupture , il y a bientôt cinq ans, il n’était pas aussi désagréable avec moi ! Ni même après la deuxième ! Du coup, nos places de ce soir ne pourraient pas être plus signi%catives : nous présidons chacun à un bout de table. Ainsi, il n’est pas di@cile pour lui de m’éviter, du moins jusqu’à la %n du repas, puisque c’est ce qu’il fait depuis qu’il est arrivé. Cassie et John sont à côté de moi et Matt et Rachel à côté de lui. Jared, au milieu, pourrait presque compter les poin ts si nous commencions à régler nos comptes à l’instant. L’image me fait sourire. Megan, assise en face de Jared, me sort de mes pens ées. Elle ne cesse de parler, monopolisant la conversation dès qu’elle le peut. Là, elle nous expose ses grandes théories sur la façon dont le père Noël est capable de livrer autant de cadeaux en une seule nuit. Ça me fait tellement de bien de les revoir tous. C’est si rare. Ça me rappelle mes années à la fac. Depuis qu’ils sont devenus célèbres, nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de faire ce genre de réunion, encore moins quand mes projets professionnels se sont concrétisés. Le repas de ce soir est délicieux et, mis à part l’attitude de Kyle vis-à-vis de moi, je passe un agréable moment. Je regarde mon frère et sa femme sourire à leur nouveau-né, les autres faire des risettes au petit Shane chacun leur tour et je me dis que je ne voudrais être nulle part ailleurs. — Tu veux le prendre ? me demande soudain Cassie, me sortant de ma rêverie. — Avec plaisir ! Elle se lève pour déposer délicatement le bébé dans mes bras. Je ne sais pas trop comment le tenir, alors Cassie me conseille. Il est adorable. Et si petit ! Il ouvre di@cilement les yeux et pousse des petite s plaintes, comme s’il n’était pas content de ne plus être contre sa maman. Je lui parle comme les autres, avec ce ton niais et ridicule que l’on a tous tendance à prendre quand on s’adresse à un nourrisson. C’est fou qu’un si petit être puisse me faire ressentir autant de bonheur ! Shane gigote beaucoup dans mes bras
et commence à grimacer. Je ne suis pas très à l’aise et je me demande ce que je dois faire. Je %nis par me lever pour le bercer un peu. Mais rien n’y fait. Je crois qu’il n’aime pas être dans mes bras. Il doit sentir que je n’ai aucune expérience avec les bébés. Soudain, je sens une présence dans mon dos et l’instant d’après, Kyle se plante à côté de moi. — Passe-le-moi, me dit-il de sa voix grave. Je dépose le petit dans les bras musclés de mon ex et il se calme immédiatement. — Shane adore être dans les bras de son père, mais il aime tout autant les bras de Kyle, va savoir pourquoi, m’explique Cassie de la table derrière nous. Kyle relève la tête et nos regards se croisent. Qu’est-ce qu’il est beau, quand même ! Malgré toutes ces années à le côtoyer, il me fait toujours autant d’e'et. Lorsqu’il m’observe ainsi, mon cœur s’emballe et des papillons envahissent mon estomac. Pourtant, je les connais par cœur, ces traits parfaits, ces yeux bleu clair et ces cheveux blonds. Mais ils me font chavirer chaque fois. Kyle rompt notre connexion et se dirige vers Jared pour lui donner son %ls. Le pauvre bébé doit passer ses journées à passer par tous les bras qui se présentent ! Je retourne avec les autres et m’installe à la place de Megan qui est sortie de table pour jouer. Je peux ainsi discuter avec Rachel, notamment de ce qu’elle peut ou non manger au menu de ce soir. En e'et, elle est enceinte. L’accouchement est prévu pour mars et, a priori, c’est un garçon. Elle et Matt sont contents d’avoir un petit gars après leur puce. Nous %nisson s par passer toutes les deux en cuisine pour aller chercher la suite. Becky nous rejoint à ce moment-là. — Allez, donne-moi ça ! lance-t-elle à Rachel qui s’apprête à prendre le plat sur lequel se trouve la dinde aux marrons. Je prends moi-même les légumes et nous retournons à la salle à manger. Une fois installée, j’observe mon grand frère déposer son %ls dans son landau. C’est si émouvant de le voir s’occuper de son bébé. Je suis heureuse qu’il construise sa propre famille. Je n’étais pas certaine que son histoire avec Cassie durerait. Ils ont été tellement rapides à se mettre ensemble et à se marier que je me demandais si Cassie ne se rendrait pas compte qu’elle n’était pas vraiment amoureuse de lui. Et %nalement, ils nagent dans le bonheur depuis plus de cinq ans, sans se poser de questions, comme à leurs débuts. Je les envie beaucoup. Je me suis moi-même pas mal compliqué la vie. Je ne réalisais pas à quel point j’étais heureuse à l’époque où j’étais avec Kyle. J’ai laissé les mauvais côtés prendre le dessus sur les bons et c’est seulement avec le recul que j’ai compris la valeur de ce sur quoi j’avais tiré un trait. Pourtant, la situation a bien pris la tournure que je craignais : Kyle sillonne le pays et moi, je vis pour mon travail. Comment lutter contre cet état de fait ? Je ne crois pas qu’une relation à distance soit viable. On a déjà tendance à s’éloigner des gens qu’on aime quand on les a sous le nez, alors si on ne les voit jamais… Et pour moi, il était hors de question de le suivre en tournée et de mettre de côté mes projets professionnels. J’ai travaillé dur pour faire le métier qui me passionne. C’était mon but dans la vie et je ne regrette pas une seule seconde les choix que j’ai faits pour y arriver. Cependant, j’aurais aimé que le prix à payer ne soit pas de perdre Kyle. Je le regarde sourire et plaisanter avec Matt et Rachel et je suis consciente qu’il est rare que je le voie aussi joyeux quand je suis dans les parages. Je ne sais pas comment il est lorsque je suis à Salt Lake City, mais il se porte certainement mieux quand je suis loin. Nous échangeons nos cadeaux une fois Megan couchée et Shane endormi dans son berceau. Il faut bien alors que je me rapproche de Kyle lorsque tous les présents sont distribués. Il est en train de taquiner gentiment Cassie sur le T-shirt « I love System of a Down » que Matt lui a o'ert quand je m’immisce dans leur conversation. — C’est toujours mieux que les parfums que je vous ai o'erts à tous, se désole Cassie. Je n’ai pas été très inspirée, cette année. — Cassie ! Ne dis pas de bêtise, enfin ! Tu viens de mettre au monde le plus beau des petits mecs ! Elle me sourit joyeusement. — Merci beaucoup pour la robe de créateur, Stella. Elle est sublime. Et merci à toi, Kyle, pour les vinyles. J’ai hâte de découvrir tout ça. — De rien, ma chérie, je lui réponds, tandis que Kyle lui sourit gentiment. Puis je tends son paquet à Kyle.
— Tiens. Pour toi. Son expression redevient froide. Il attrape mon cadeau sans faire mine de l’ouvrir et me regarde avec nonchalance. — Je ne t’ai rien acheté, me lance-t-il. Tu aurais dû en faire autant. — Euh, je vous laisse, je crois que Jared a besoin de moi, nous dit Cassie d’un air gêné tout en s’éloignant. — J’ai offert quelque chose à tout le monde. Je ne me voyais pas te zapper. Et puis, ça me fait plaisir. — Je t’ai bien zappée, moi. Sa phrase a-t-elle un double sens caché ? Si c’est le cas, il n’a pas dû me « zapper » tant que ça, sinon il prendrait les choses de façon plus détachée. Là, je remarque bien qu’il m’en veut toujours. Et je ne vois pas ce que je pourrais faire pour arranger les choses. Au nom de notre amitié de toujours, il pourrait se détendre, non ? — Tu ne l’ouvres pas ? Je ne vais pas le reprendre, c’est un cadeau. Il se décide en%n et découvre le carnet à croquis et les fusains que j’ai soigneusement choisis pour lui. Il relève vivement la tête vers moi, seul signe qui démontre qu’il est touché par mon geste. Je crois mêm e percevoir une pointe d’étonnement dans son regard, comme si j’avais pu oublier qu’il a toujours aimé dessiner. — Je ne sais pas si tu dessines encore et si tu préfères toujours le fusain. — Si. C’est toujours le cas, répond-il dans un murmure, en souriant légèrement. Merci. — Je t’en prie. Je lui souris timidement, mais il me tourne le dos et s’éloigne. — Ça va, petite sœur ? demande soudain Jared dans mon dos. Tu as l’air fatiguée. Je me retourne et lui souris faiblement. — Ça va. Mais ces vacances sont les bienvenues, en effet. Je travaille comme une folle en ce moment. — Pourtant ça te plaît de bosser au bureau du procureur, non ? Je retrouve le sourire. — Oui, bien sûr ! C’était mon rêve et je l’ai réalisé. Maintenant, il faut juste que je tienne le rythme ! Salt Lake City a l’air d’une ville tranquille, mais nous avons tout de même de quoi faire, je te le garantis ! — Je suis fier de toi, frangine, me lance-t-il en me prenant dans ses bras. — Et moi, je suis heureuse pour toi et ta petite famille. Il me serre contre lui tout en caressant mes cheveux puis se recule. Son regard se porte sur son meilleur ami. — Il est particulièrement tendu en ce moment. — C’est ce que j’ai remarqué… — Ça n’a pas toujours été simple pour lui ces derniers temps, mais ça va s’arranger, essaie-t-il de me rassurer d’un sourire incertain. — Et comment ? — Ce n’est pas à moi de t’en parler, désolé. — Si on portait un toast ?! s’exclame tout à coup Matt, nous faisant tous nous retourner vers lui. À nous ! Tous réunis aujourd’hui, sans exception, précise-t-il en me faisant un clin d’œil. À la famille. — À la famille ! répondons-nous tous en cœur. Un peu plus tard dans la soirée, je surprends Kyle debout devant le berceau de Shane, mon carnet et un fusain à la main. Je me rapproche pour voir ce qu’il a dessiné. — C’est magnifique, je lâche dans un souffle en découvrant son croquis. Il ne réagit pas et continue à tracer les courbes de son modèle, estompant certains endroits avec le doigt. Le visage endormi du bébé est déjà gravé sur le pap ier et ses traits sont d’une %nesse et d’une précision saisissantes. Kyle a toujours été très doué. Il des sine très bien, mais en plus il sait saisir l’âme d e ses modèles. C’est un véritable artiste, ne se contentant pas de la musique, mais explorant d’autres univers. Ma mère l’encourageait beaucoup à dessiner. Pas étonnant pour une prof d’arts plastiques, c’est sûr. Et
étant donné que Jared et moi n’étions pas du tout b ranchés là-dessus, elle en a bien pro%té avec lui. Je suis contente de voir qu’il n’a pas totalement aban donné cette passion. Cela aurait été vraiment dommage. Le dessin est bientôt terminé, autant le laisser dans sa bulle artistique. Je commence donc à m’éclipser, quand Kyle se tourne vers moi : — Attends ! J’ai quelque chose à te demander. — Je t’écoute. — J’aimerais que tu me réserves ta soirée du 29. Il ne m’a pas invitée gentiment, non. Il m’a dit cela en aboyant presque. J’hésite à l’envoyer promener, mais je suis intriguée. Que cache cette soudaine invitation ? Ma curiosité est la plus forte et j’accepte. — Et mets une jolie robe. Alors là, je suis souée ! Je m’apprête à lui dire ma façon de penser, mais il se replonge dans son dessin. Je referme la bouche et m’éloigne de lui d’un pas énergique. Quel toupet ! Il mériterait que je lui pose un lapin ! Mais ma colère redescend vite. Après tout ce que nous avons partagé, je ne peux pas lui tourner le dos dans un mouvement d’humeur. J’ai trop besoin de me réconcilier avec lui. Au-delà de ce qu’il représente pour moi depuis que nous sommes sortis ensemble pour la première fois il y a plus de 5 ans, mon ami d’enfance me manque terriblement. Je m e demande à quoi rime cette invitation pour mardi et finalement, j’ai hâte d’y être. Premièrepartie
Kyle-juin 2015
Chapitre1
Je gnole l’installation de mon kit, règle une dernière fois la hauteur de ma caisse claire et décale d’un centimètre mon Charley. Je vérifie à nouveau mon placement. Voilà, c’est parfait ! — Putain ! Mais quelle loose, la batterie ! Trois plombes pour tout placer ! — Occupe-toi de ta basse, Matt. Et rappelle plutôt Jared pour savoir ce qu’il fout, pendant que je vais voir le patron du bar. Jared devrait déjà être là. Le concert est censé commencer dans une demi-heure. Je savais que ce n’était pas une bonne idée de le laisser venir tout seul. En partant tous ensemble, on aurait commencé un peu à la bourre, mais rien de dramatique. Alors que là, je commence vraiment à me faire du souci pour mon pote, lui qui est toujours ponctuel. Le propriétaire du bar nous observe nous placer dep uis une table proche du comptoir. Je me dirige vers lui. — Votre guitariste n’est toujours pas là, constate-t-il. — Il a dû avoir un contretemps, nous n’arrivons pas à le joindre. Mais ce n’est pas grave. Becky, notre chanteuse, est guitariste également et maîtrise tous les morceaux. — OK. Tant que vous mettez l’ambiance, ça me va. Je compte sur vous à 21 heures pétantes. — Pas de problème. Je me retourne vers Matt qui secoue la tête pour me signier qu’il n’a pas réussi à joindre notre ami. Je vais devoir annoncer la nouvelle à Becky. Je sens que ça va lui plaire… Elle a déjà l’air nerveuse, assise au bar, une bière à la main. Elle porte encore une de ses robes minimalistes, noire aujourd’hui, qui donnent envie à tous les mecs de lui sauter dessus. Je mate ses jambes nes et tatouées : cette lle est une bombe. Di<cile d’oublier la superbe nuit qu’on a passée ensemble, il y a quelques semaines. Dommage qu’elle soit aussi chiante. Et qu’elle m’ait rembarré juste après. Habituellement, je n’aime pas ne pas avoir ce que je veux, mais je me suis fait une raison avec elle. Et nalement, je crois qu’elle nous a plutôt rendu service. Pas sûr qu’on soit compatible. — Ça va ? je lui demande en arrivant derrière elle. Elle sursaute et se retourne. — Ouais. Mais merde ! Qu’est-ce qu’il fout ? — Il a dû avoir un problème. J’ai l’impression qu’il va falloir que tu joues. Elle soupire, finit sa bière d’une traite et se lève. — Viens m’aider à décharger, m’ordonne-t-elle. Elle récupère sa guitare dans le fourgon et je prends son ampli et les câbles. Puis nous installons le matos sur scène et eectuons les derniers réglages pour les balances, vériant le positionnement des enceintes de retour. Le bar s’est bien rempli entre temps. Résignés, nous commençons le concert sans Jared. Becky est une bonne guitariste. Elle assure le show et, malgré l’inquiétude, j’essaie de me vider la tête pour assurer moi aussi. Il manque l’énergie de Jared sur scène et ses solos enÈammés, mais les clients apprécient nos reprises et dansent volontiers ou reprennent les paroles des refrains en même temps que notre chanteuse. Nous remplissons notre part du contrat pour la soirée et, à 23 heures, le patron nous paye aussi grassement que le pote de Matt nous l’avait annoncé. Faire autant de route pour venir à Twin Falls aura au moins eu cet avantage. Nous partons enn nous isoler dans la pièce mise à notre disposition et regardons tous les trois nos portables. Rien. Jared n’a tenté de joindre aucun de nous. Je me résous, contrarié, à appeler la seule autre personne qui pourrait avoir de ses nouvelles. Je ne veux pas l’inquiéter inutilement, mais peut-être que Stella en sait plus que nous. Lorsqu’elle décroche, j’entends beaucoup de bruit derrière elle et de la musique.
Kyle ?!crie-t-elle.Attends, je cherche un endroit plus calme. Je patiente quelques minutes avant qu’elle reprenne la parole. Salut ! Tu vas bien ? — Euh… ouais. Enfin… T’as des nouvelles de Jared ? Non. Pourquoi ? Je sens l’angoisse dans sa voix et je m’en veux de l’avoir mêlée à tout ça. — Eh bien… ton frère n’est pas venu ce soir et j’espérais qu’il t’avait dit quelque chose à ce sujet. On n’arrive pas à le joindre. Quoi ?! Je croyais qu’il devait vous rejoindre après le boulot ! Qu’est-ce que ça veut dire, Kyle ? Tu crois qu’il lui est arrivé quelque chose ?! Sa voix est montée dans les aigus. Je ferme les yeux. Merde ! Je n’aurais pas dû l’appeler. — Je n’ai pas dit ça, miss. On n’en sait rien. Soudain, le téléphone de Matt se met à sonner. On se regarde tous les trois puis Matt réagit enn et attrape son portable. — C’est lui ! dit-il avant de décrocher. Putain, me c, qu’est-ce que t’as foutu ? On t’attendait à 21 heures ! Qu’est-ce qui se passe, Kyle ? Tu as du nouveau ? — Ouais, il est au tél. avec Matt. Attends. J’entends son soupir de soulagement en même temps que Matt jure et demande à Jared si ça va quand même. — Becky va être furax, mon pote. L’intéressée fronce les sourcils. — Bien sûr. T’es où ? Matt prend un papier et un crayon et note quelques informations. Puis il dit à Jared qu’on se voit demain à 15 heures et raccroche. — Alors ? je demande. Il a eu un accident, mais rien de grave. Juste le poignet foulé et sa caisse est H.S. Il est maintenant bien au chaud dans une ferme, chez des gens qui l’ont aidé. Par contre, il ne va pas pouvoir jouer pendant un petit moment. — Non, mais sérieux ?! C’est moi qui dois tout faire, dans ce groupe ?! Je me désintéresse des propos de Becky pour reprendre ma conversation avec Stella. — Tu as entendu Matt ? Pas trop. — Ton frère a eu un accident de voiture. Mais rien de grave, je m’empresse d’ajouter pour la rassurer. Une foulure au poignet et sa voiture est ruinée. Stella ne me répond pas tout de suite et je sais que nous pensons tous les deux à la même chose : cette funeste journée où nous avons appris la mort de ses parents dans un accident de la route. OK,finit-elle par dire. Bon, ça va alors ? Il va bien ? Oui, tout va bien. On le récupère demain après-midi. Je passerai le voir demain soir. — D’accord. Je te tiens au courant s’il y a du changement. Merci, Kyle. — Stella ! je l’appelle avant qu’elle raccroche. Désolé de t’avoir fait flipper. Non, tu as bien fait, je préfère savoir. Je t’embrasse. Ouais, moi aussi.Àplus. Rassurés sur le sort de notre ami, nous retournons nous occuper du matos. Le bar s’est vidé et nous pouvons donc remballer tranquillement. Puis, une fois la camionnette chargée, nous nous rendons au