The Wedding-Planner

-

Livres
36 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lui : Jeremy LE wedding planer celui dont tout le monde, celui que tout le monde s arrache



Elle : c est la nouvelle étoile montante de la mode, elle doit relever son plus grand défi : créer la robe de mariée du mariage le plus en vue du moment Tous les opposent mais leur métier va les réunir pour un projet commun...



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2016
Nombre de visites sur la page 203
EAN13 9782374470504
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
img

THE WEDDING-PLANNER

Romance

Siobhan Gabrielli











THE WEDDING-PLANNER

Romance

LOGO_ERATO_NOIR_COMPLET.png
1389990015-bande-kama.png












ISBN978-2-37447-050-4

Janvier 2016

© Erato–Editions

Tous droits réservés

Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales

Sommes-nous la personne que nous montrons aux autres ?

Jérémy

Je m’appelle Jérémy Forestier je suis LA référence en matière de mariage, LE wedding planer, LE numéro un de Paris.

Courtisé par le Tout-Paris depuis que j’ai organisé un somptueux mariage pour un footballeur célèbre et sa fiancée une star de Kpop, j’ai tout pour moi, un bel appartement dans le très chic quartier du marais, deux voitures, une Audi TT et une BMW, des fringues griffées, bijoux et montres Cartier... Coiffeur, spa, restaurants hauts de gamme, je ne fréquente que du beau monde, sans oublier la jet set, les créateurs, les chefs à la mode

Je possède un carnet d’adresses à faire pleurer un politicien, je jouis d’une excellente réputation professionnelle, Madame FIGARO me désigne même comme le meilleur de la profession « LA nouvelle Diva des mariages »

Bien sûr que je suis une diva ! Après tout je suis Jeremy Forestier, un homme autoritaire, implacable, intransigeant j’impose ma loi et mes caprices rien ne me résiste et au désespoir de ces dames : je suis gay !

Enfin quand je dis que je suis Gay...

On me dit gay, en même temps je possède un grand sens de l’organisation, je suis raffiné et élégant, j’adore les fleurs et la décoration.

Conclusion, pour les bien-pensants je suis gay, mais en fait, pas du tout.

Cela dit je pourrais l’être. Je mesure 1m87, j’entretiens très bien mon corps, les cheveux blonds et toujours impeccablement coiffés, j’ai les yeux bleus, le sourire hollywoodien. Sans oublier que je suis un ancien sportif de haut niveau, puis j’ai été mannequin pour Dior et Ralph Laurent, et Hugo Boss. Un beau palmarès. Non ?

Je suis vraiment le genre d’homme sur lesquels les femmes se retournent et disent « oh putain, mais quel gâchis ! »

Àforce d’entendre les gens murmurer que je suis gay, j’ai supposé que ce serait un bon moyen pour booster ma carrière, de fait je n’ai jamais nié et j’ai joué à fond le jeu des faux semblants m’amusant de la situation aux dépens des autres.

Mais pas facile à vivre quand on adore les femmes.

Quand je pense aux mannequins et autres starlettes du moment que j’aurais pu baiser… sauf que c’était trop risqué pour ma couverture. Mais je n’ai pas à me plaindre, grâce à ce petit mensonge j’ai pu me taper beaucoup de nanas.

Combien de futures mariées m’ont sucé, juste pour que je sois sûr de ne pas être hétéro !Je ne compte même plus les demoiselles d’honneur que je me suis envoyé dans les suites nuptiales pour me « dépuceler ».

Et je finissais en pleurnichant disant «désolé ma belle, mais non, je suis 100 % gay»

Et la fille m’astiquait de plus belle ou me sucait avec plus de ferveur pour tenter de me faire basculer du côté hétéro sans succès hélas.

Je suis un salaud direz-vous, mais non je veux juste réussir et puis je n’ai jamais trouvé la bonne personne, la femme avec un grand F.

Celle qui arrivera à faire tomber mon masque, celle qui me fera chavirer, cette femme pour qui je serai prêt à tout,même me lever un dimanche matin pour allerlui chercher des croissants. Malheureusement, cette femme est loin d’exister dans mon monde.

Camille

Je suis Camille Florent, je suis créatrice de mode, pour la première fois depuis des mois j’ai un peu traîné au fond de mon lit.

Je regarde une nouvelle fois mon téléphone, il est dix heures du matin, je retarde le moment de me lever pour aller au combat, car la journée qui m’attends et déterminante pour moi.

Respire Camille respire...

Allez, ça va bien se passer, la robe est superbe,Ève est sublime avec,Ève adore TA robe.

Ma création ne peut que plaire à La Diva, cette vipère de Jérémy Forestier. 

Enfin vipère, je ne sais pas je ne l’ai jamais rencontré.

Il a une réputation d’homme de goût, il est très doué, c’est un génie dans sa profession, il est vraiment très beau et Ô mon dieu, il possède le carnet d’adresses le plus incroyable qui soit.

Mais sa réputation le précède, on le dit cassant, implacable, désagréable un vrai cauchemar dans la profession.

Pourtant au téléphone, il avait l’air très poli et posé avec une voix.... Humm très sexy.

La diva, pff c’est peut-être plus un genre qu’il veut se donner.

Mais son jugement me pétrifie.

J’appréhende beaucoup notre rencontre, de son jugement va dépendre le reste de ma carrière, en quelques secondes il peut faire de moi La nouvelle coqueluche des mariages.

Mais il peut aussi littéralement me démolir et faire de moi une styliste has-been, c’est donc toute ma vie qui va se jouer cet après-midi et là adieu mes rêves.

Mes rêves, mes projets c’est tout ce qui me reste, depuis que je suis de retour en France.

Pourtant ça avait bien commencé…

Ma carrière c’est un peu un conte de fées, je suis sortie diplômée de la très select école de mode Marangoni de Londres.

J’ai effectué des stages chez de très grands stylistes à Paris, Londres et Milan.

Pendant deux ans, j’y ai travaillé comme styliste pour une célèbre marque de vêtements pour adolescentes. J’étais heureuse en Angleterre, j’allais me marier avec un homme absolument génial Lloyd, un brillant trader, un bel appartement dans le quartier de Porto Bello, je menais une vie idéale et tout semblait me réussir.

J’allais même être promue chef de collection

Et en quelques mois tout a basculé, j’ai perdu mon travail, je me suis séparée de Lloyd mon fiancé et j’ai décidé de rentrer en France.

ÀParis, je n’étais plus personne, je n’avais plus rien, plus d’espoir, mais toujours mes idées et mes croquis alors, j’ai repris du début en vendant mes premières créations sur« Alittle market » puis pour des fabricants de vêtements indépendants à Aubervilliers en créant des vêtements vendus dans les magasins dits «chinois».

Àforce d’acharnement et de détermination j’ai gagné un concours de jeunes créateurs et j’ai dessiné une collection capsule pour « Ophélia » la célèbre enseigne de vêtements et ce prix fut une véritable aubaine pour moi.

Étant à nouveau un nom dans la mode, une banque m’accorde sa confiance et, me suis moi et deux associées dans notre projet d’atelier boutique.

Mélodie, Natacha et moi sommes tombées amoureuses d’un local rue des filles du calvaire dans le troisième arrondissement de Paris.

À l’origine c’était un restaurant, la grande salle sert de boutique et l’immense cuisine a été divisée en trois bureaux où chacune d’entre nous peut travailler en toute tranquillité.

Après six mois de travaux, nous avons ouvert La little fashion factory et nous connaissons un joli petit succès.

Après avoir créé des vêtements très tendance, je me consacre un peu plus à atteindre mon objectif : Les robes de soirées et de mariées.

Je bâille à m’en décrocher la mâchoire et m’étire, il faut absolument que je sorte de mes rêveries et que je revienne à la réalité.

Bon Camille, c’est maintenant ou jamais.

Aujourd’hui, je dévoile à Jérémy la robe de mariée créée pour ma meilleure amie.

La célèbre Ève Hugues connue pour être LA chef étoilée de son propre restaurant.

Elle va avoir un mariage de princesse et le Mari parfait pour elle, le rugbyman Argentin, champion du monde Adriano Légua.

La sonnerie de mon téléphone «step by step» me sort de mes pensées.

Même si cette chanson me donne la pêche, il faut absolument que je la change surtout lorsque j’ai des rendez-vous professionnels.

Un SMS de Thibaut, mon rendez-vous d’hier me demande si on peut se revoir.

Non je ne crois pas non... Je n’ai pas ressenti la moindre attirance ni le moindre petit frisson donc next comme dirait l’autre.

Ma vie personnelle si je vous en parle, je passerai pour une folle, mais voilà je suis un peu une nullité dans ce domaine.

J’ai vingt-six ans, je n’ai eu que deux histoires marquantes dans ma vie.

Vincent, mon tout premier chéri avec qui je suis restée trois ans puis Lloyd un banquier anglais, nous vivions ensemble à Londres, nous étions même fiancés, mais la crise passant par là et nos pertes d’emplois respectifs ont eu raison de notre histoire.

Séparée depuis deux ans, célibataire, j’attends l’amour.

Enfin c’est en privé que j’attends de rencontrer l’homme de ma vie, car dans ma vie publique je l’ai déjà rencontré l’homme de ma vie.

Aux yeux de la presse sportive et people je suis la discrète fiancée du célèbre Morgan Charron, le demi de mêlée du Stade Français, égérie d’une marque de sous-vêtements et star du calendrier des Dieux du stade.

Àl’instar de Kate Middleton qui a patienté des années avec le succès que nous lui connaissons aujourd’hui,quelle veinarde cette bonne vieille Kate, j’attendrais que Morgan officialise notre relation et fasse sa demande.

Mais la vérité c’est que je n’attends rien.

Il est mon meilleur ami, et cet homme qui est aussi beau que doué est gay, et que dans le monde viril du rugby on ne peut pas dire que ça faitrêver.

Attention, je ne dis pas que ce milieu est homophobe, loin de là, c’est juste que Morgan se refuse de faire son coming out.

Morgan fait partie de ma vie depuis mes douze ans, je l’adore, je le connais par cœur et lui et moi sommes inséparables.

J’ai été la première à qui il a révélé son homosexualité et souvent je lui ai servi d’alibi, alors une idée marketing a germé dans la tête de son agent.

Je m’affiche aux bras de Morgan, ce qui me donne accès aux soirées mondaines, événements sportifs, m’offrant une vitrine gratuite pour mes créations et un coup de publicité pour ma boutique.

En contrepartie aucun doute sur sa sexualité, nous sommes aux yeux de tous un petit couple sans histoires et assez discret qui prend son temps.

Je bénéficie de certains avantages en nature, des contacts, des rencontres, des cadeaux de toutes sortes, des discussions avec des célébrités

Par moments, j’ai envie que cesse ce jeu de dupes, je ne supporte plus d’être une personne que je ne suis pas.

Je rêve de rencontrer le grand amour, je rêve de frissons, de passion, de dimanche sous la couette.Cesse de rêver ma petite, les rêves ne se réalisent jamais

Pour couronner le tout, je suis un aimant à connard.

En plus, je suis un brin exigeant, JE VEUX un homme qui me fasse à la fois vibrer et grimper aux rideaux qui soit doux et aimant, mais aussi qui me traite comme une garce au lit et comme sa princesse.

Bref un homme qui serait à la fois mon Homme, mon pote et mon amant...

Je sais que je demande l’impossible, mais quoi ? J’ai le droit non ?

L’heure arrive à coup de tic-tac qui donne la cadence aux battements de mon cœur, ce stress aura ma peau.

Je décide de m’extirper de mon très cher lit, je veux être prête pour mon grand moment :àdix-sept heures, rendez-vous chez Ève pour l’essayage de la robe.

Jeremy

Le téléphone n’a cessé de sonner, ma boîte mail va littéralement être saturée, je suis sollicité de tous les côtés.

Invitation à un vernissage d’un photographe de mode, lancement d’un smartphone, relooking d’un champion de natation, demande d’interview, réunion avec mes assistants, je ne sais plus où donner de la tête et à ce rythme-là il va falloir que j’en embauche un de plus.

Je suis tendu, je suis épuisé et j’ai une furieuse envie de baiser pour me détendre.

Je peux toujours appeler Lucie ma sex-friend, je ne l’ai pas vu cette semaine…

Lucie est une starlette de télé-réalité, elle est mariée, mais son mari et elle s’autorise une fois par semaine une soirée...