Trèfle - Épisode 5

-

Livres
92 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Je ne veux pas mourir. J’ai trop à perdre. Pour la première fois, j’ai peur pour ma propre vie.


Elija et Moïra sont paniqués et je ne peux pas les rassurer sans mentir.


Comment guérir ? Comment stopper Donella ?


Tout s’accélère, néanmoins je ne laisserai pas tomber.


J’irai jusqu’au bout pour vivre et pour protéger mon clan, ma famille, ma fille...


Cette fois, je ne me bats plus seulement pour eux, mais aussi pour ma part de bonheur !


Une motivation bien plus puissante que je viens à peine de découvrir.


Je veux vivre, je ne suis pas qu’hybride ou humaine, JE SUIS ! Et je compte bien en profiter.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 27
EAN13 9782819100041
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

cover.jpg

 

 

 

Trèfle tome 5

 

Maloja G.

 

 

img1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

 

© 2016 Les Editions Sharon Kena

www.leseditionssharonkena.com

ISBN : 978-2-8191-0004-1

 

De la même auteure :

Zil, lui et ma mémoire, tome 1

(Sortie le 6 août 2012, trilogie fantastique)

Zil et les quatre éléments, tome 2

(Sortie le 18 juin 2013, trilogie fantastique)

Les gnomes et leurs aventures jusqu’à Papa Noël

(Sortie en novembre 2012, conte pour enfants n° 1)

Amours Surnaturelles

(Sortie le 14 février 2013, recueil de nouvelles Fantastiques co-écrit avec l’auteure Elodie

Morgen)

Les Gnomes en Afrique

(Sortie le 13 février 2014, conte pour enfants n° 2)

Zoutagadou

(Sortie le 13 janvier 2015, conte pour enfants autour de l’instruction en famille)

Zil, Combat de sang, tome 3

(Sortie le 19 juin 2015, trilogie fantastique)

Trèfle tome 1 (Sortie le 16 octobre 2015, roman fantastique)

Imagine-toi en héros (sortie le 19 octobre 2015, conte pour enfants)

Trèfle tome 2 (Sortie le 11 décembre 2015, roman fantastique)

Trèfle tome 3 (Sortie le 15 janvier 2016, roman fantastique)

Trèfle tome 4 (Sortie le 12 février 2016, roman fantastique)

• A venir projet « Ailes battues », roman fantastique, « Il, Elle, l’Utopie Tatouée », nouvelle romantique et « La Poupée du roi », roman fantastique, courant 2016, 2017, 2018

 

Être soi, sans masque, s’assumer,

Aimer ses forces et ses faiblesses,

S’apprivoiser et ne plus craindre qui on est,

Sauvage, authentique, capricieuse ou timide,

Parce qu’on est tous unique !

À ma smala

Chapitre 1

 

 

 

img2.pngQuelqu’un peut-il aider, s’il vous plait, un docteur, une infirmière, n’importe qui ?

Elija pousse des cris, je sens qu’il se retient même de ne pas hurler au loup. La tension grimpe autour de nous et mes pensées sont pourtant si nettes, que tu es beau, hybride, j’ai tellement de chance de t’avoir et je crains tellement de te perdre dans cet instant. Tu m’as donné la vue sur l’amour, sur la vie, sur l’envie et l’attachement. J’ai encore tant de choses à découvrir avec toi et notre fille… Ma raison ne reste malheureusement pas focalisée longtemps sur ce nouvel aspect de moi et de mes émotions. L’élancement reprend vite, trop vite le dessus. J’articule avec faiblesse :

img2.pngÇa va aller, arrête d’affoler les gens autour de nous.

Moïra passe ses mains, avec délicatesse, dans mes cheveux noirs parsemés de plus en plus de mèches blanches. Ma petite puce est inquiète, elle aussi. Ses grands yeux émeraude ne me quittent pas une seconde. Elle ne parle pas, mais son visage angoissé exprime tous ses maux. Comment les rassurer ? J’ai mal, je sens ce fichu poison se propager à grande vitesse dans mon corps. Elija me tend de quoi manger. Je croque dans les fruits qu’il m’a trouvés, cela repousse seulement quelques minutes ce qui me ronge petit à petit. En soulevant mon pull, il y a même une forte odeur désagréable qui nous capture brutalement l’odorat et nous donne envie de vomir.

img2.pngRemets mon sweat, Elija !

img2.pngComment je fais pour te sauver à trois mille mètres d’altitude ?

Je souris aussi bien que possible. Il est désorienté, mon loup s’affole, ma fille aussi. Mon regard se pose sur l’un et l’autre, je ne vois plus qu’eux quand un voile brumeux se superpose devant moi et m’emmène loin avec la douleur. Vais-je m’en sortir cette fois ? Seule cette question demeure intacte dans mon esprit. Oui, cher lecteur, pour la première fois j’ai peur pour ma vie ! J’ai tout à perdre, tu comprends ? Moïra, ma belle hybride au parfum de muguet, aux yeux verts comme les feuilles des arbres en été, à la voix mélodieuse, au sourire malicieux, ma fille, cette petite princesse lunaire que la vie a mise sur mon chemin, qui demeure dans mon cœur et a tatoué mon âme ! Et Elija, celui qui a réussi à baisser chaque barrière de mon cœur et me donner envie de ne plus m’abîmer dans la solitude. Je ne peux pas mourir maintenant, je ne veux pas ! On me secoue brutalement, me faisant revenir trop vite à la réalité du moment.

img2.pngMaman, ne crains rien, l’homme fée vient d’arriver.

img2.pngJékao ! lance une voix grave tout près de moi.

Comment a-t-il fait pour apparaître dans l’avion ? Je serre les dents, ma blessure me faisant de plus en plus souffrir. J’ai comme la sensation que le poison brûle ma chair et l’idée qu’un Gnas va nous aider ne me plait pas tant que ça.

img2.pngJe vais vous déposer devant votre village, je ne peux rien faire de plus.

img2.pngMerci, merci, merci, répète Elija comme le refrain d’une chanson.

Je ne peux pas dire un seul mot, je me contente de le regarder dans les yeux, espérant qu’il a compris que je suis reconnaissante de son intervention. Je n’ai que le temps de m’évanouir et d’entendre mon loup murmurer :

img2.pngJe t’aime, tu n’as pas le droit de nous abandonner, je te l’interdis.

 

***

 

 Je ne sais pas par quelle magie nous sommes arrivés dans la forêt qui abrite notre meute. De mes paupières à demi ouvertes coulent des larmes de soulagement de voir qu’on est sauf et proche d’être à l’abri. Décidément, je deviens un vrai chamallow ! Une sale odeur pourtant persiste autour de nous. Je ne suis pas la seule à sentir le danger, Elija a demandé à notre fille de se rapprocher de lui et moi. Jusque-là, il me portait, maintenant, il me demande de marcher afin qu’il puisse aussi tenir Moïra.

img2.pngDonella, dis-je tout bas.

img2.pngOui, allons vite à la maison, répond-il.

Quelque chose n’est pas normal, si on peut parler de normalité ! Bien entendu ! Le cœur de mon loup s’accélère trop rapidement, il ressent un danger que je ne capte pas. Je l’agrippe aussi fort que possible, plantant sans le vouloir mes griffes dans ses muscles. Il est tellement concentré qu’il n’éprouve rien. Je tiens sur mes jambes aussi bien que possible et m’emploie à les suivre. Ils marchent rapidement et la lésion commence à devenir insoutenable. Tout à coup, nos traits d’hybrides sortent entièrement, me forçant à prendre forme totale de loup. Donella est bien là, et joue avec nos nerfs. Je la sens s’approcher, mes sens se mettent en alerte et je pousse Elija et Moïra loin de moi. Elle me culbute au sol, seulement j’ai réussi à choper son épaule dans ma gueule. Je ne te lâcherai pas ! Je serre et serre de plus en plus autour de ma prise. Je manque de force mais je peux au moins la faire souffrir. J’essaie de passer mes pattes au-dessus pour planter mes griffes en elle quand elle prend la parole :

img2.pngTu es encore trop forte… mais le poison va continuer son œuvre, saleté d’hybride. En attendant, je vais te rendre ton passé ! Vous le rendre, à toi et à tes cabots de parents ! Bonne chance pour tes prochains sommeils !

Je la tiens, mais je manque de force pour la tuer. Elle appuie son index sur mon front, ce qui provoque une sorte de courant électrique glacé. Je ne peux plus bouger. Wicca, je vais te faire payer tout ce que tu as fait ! Je te hais ! Elle reprend :

img2.pngTu vas devoir me lâcher pour te relever, que choisis-tu ?

Te tuer ! Voilà ce qui me vient, là, tout de suite ! Je n’ai pas le temps de réfléchir qu’Elija se jette sur elle sans avoir la possibilité de véritablement la blesser. Elle lève seulement un index et le repousse contre un arbre avec violence. Elle se met à rire diaboliquement, c’est son fils mais elle n’éprouve pas une once de remords à le brutaliser. Elle a raison, je vais devoir la lâcher pour me relever. La toxine m’affaiblit, je peux me défendre, néanmoins une bataille maintenant dans cet état me coûterait la vie. Je suis contrainte de desserrer ma gueule de sa chair qui inonde ma fourrure de sang, elle termine notre entrevue par :

img2.pngVous me faites user mes pouvoirs pour rien, bande de chiens, à bientôt.

De sa main restante, elle tourne ses doigts et marmonne quelque chose que je ne saisis pas puis disparait avant même que je puisse tenter de la rattraper. Moïra se jette alors sur moi :

img2.pngMaman, relève-toi, on doit aller au village.

Elija est déjà debout près de nous. Appuyée sur lui, je reprends le chemin vers chez nous, honteuse de ne pas avoir pu décupler plus de force pour la réduire à un souvenir.

img2.pngArrête de ruminer, on est presque arrivé, dit Elija.

Seulement, une fois devant la porte magique de notre village, nous ne distinguons personne. Cela nous alerte, nous n’avons cependant pas d’autre choix que d’y entrer pour nous mettre à l’abri de Donella. Ce n’est qu’une fois que nous avons franchi le portail invisible des pierres que des cris arrivent à nous :

img2.pngNous sommes prisonniers au hameau, vous n’auriez pas dû rentrer.

Hécate nous accueille, fébrile.

img2.pngJ’ai tout essayé, je ne sais pas ce qu’elle a fait, on ne peut plus sortir !

img2.pngHécate, on verra ça plus tard, Trèfle est blessée.

La meute nous entoure de toute part, je les rassure ; nous avons sauvé une hybride lunaire, et je vais être guérie, enfin je crois. Ils sont tout de même très angoissés de me voir dans cet état. Amande m’enlace une minute et prend le relais d’Elija pour m’emmener jusqu’à la maison. Il doit avoir des choses à gérer au sein du clan mais ils ne mentionnent rien devant moi. Je commence à tousser fortement, quelque chose me gêne dans la gorge. Ça m’empêche de respirer. Je tombe sur le pas de la porte quand des grands bras me soulèvent. Papa, tu es là. La toux entraîne mon esprit, je ne sais pas combien de temps dure le calvaire avant que le sort de sommeil d’Hécate ne m’emporte, seul le parfum du sang sorti de ma bouche marque mes dernières pensées.

img2.pngMoïra, vas-y, tu peux lui parler, tu sais, elle t’entend, j’ai levé le sortilège.

img2.pngElle va se réveiller, hein, tata ?

img2.pngOui, ne t’inquiète pas, répond ma meilleure amie Amande.

J’ouvre mes yeux avec une lenteur déconcertante. La lumière du jour m’éblouit et me fait plisser les paupières. Alors que je me concentre pour regarder ma fille et mes amies, Moïra, très émue, me dit :

img2.pngMaman, je n’ai pas voulu fouiller, je suis tombée sur le livre que tu as confié à Hécate. Je… Elle hésite…

img2.pngTu peux lui dire, elle sera contente, je t’assure.

img2.pngJe l’ai compris, maman, c’est le même code qu’en Égypte sur les pierres, le même que celui de mon ancienne meute.

Je suis totalement réveillée à présent, je ne me rends pas compte que je la fixe, peut-être un peu trop justement.

img2.pngTu m’en veux, maman ?

Je secoue la tête de gauche à droite pour la rassurer. Je n’arrive pas à parler, j’interroge du regard mon amie sorcière.

img2.pngTu dois économiser tes forces, tu es encore très faible, Trèfle.

Économiser, c’est-à-dire ? Je baisse mon regard sur la blessure, qui est moins douloureuse et moins horrible qu’à mon arrivée. Tu as réussi à me sauver ? Elle me répond, ayant compris ma question :

img2.pngNon, j’ai stabilisé et repoussé pour l’instant, Tayeb a une idée de comment et avec quoi te guérir, seulement il faut réussir à sortir du hameau pour certaines plantes et on n’arrive pas à trouver la faiblesse du bouclier qui nous maintient ici.

Je baisse le visage pour la remercier, cela nous donne un peu de répit. Amande s’approche de moi et me serre une nouvelle fois contre elle.

img2.pngTu m’as tellement manqué !

Je passe mes bras autour d’elle et l’étreins aussi fort que je le peux. Elle se lève ensuite sans un mot et s’en va avec Hécate, me laissant avec ma fille qui n’attend qu’une chose : que j’ouvre mes bras vers elle pour s’y engouffrer. Son parfum, sa douceur, tout apaise les questions qui tambourinent dans mon esprit. Ma fille, je ne te laisserai pas, je t’aime tant.

img2.pngNous t’aimons également, dit la voix de mon loup arrivé sur la pointe des griffes.

Il s’installe près de nous, je le sens épuisé. Je dépose ma tête contre son torse chaud alors qu’il passe ses mains dans nos crinières.

img2.pngEst-ce que tout va bien ?

img2.pngOui, tout est rentré dans l’ordre.

img2.pngVous avez trouvé comment briser le maléfice qui nous tient prisonniers ici ?

img2.pngNon, mais j’ai réussi à contacter Jékao afin qu’il nous fasse parvenir de quoi manger et boire en attendant.

img2.pngNous n’avions plus de réserves ?

img2.pngNon, les Cojab allaient finir par s’entre-dévorer. Jékao a livré instantanément de quoi tenir plusieurs mois, ne t’inquiète pas, mon amour.

img2.pngÀ quoi joue-t-elle ?

img2.pngElle ne doit plus s’exposer, elle ne peut plus chercher d’hybride pour l’instant donc elle attaque la seule personne qui est tout aussi réticente aux façons de faire des Gnas. Elle sait que tu ne feras pas appel à eux pour te protéger.

img2.pngMoi non, mais toi oui apparemment !

img2.pngJékao est de notre côté, il t’a sauvée, et vient encore une fois de se mettre en danger pour notre clan.

img2.pngTu as raison, je suis désolée.

img2.pngTu es désolée ? Trèfle, tu es certaine que ça va ?

img2.pngOui.

img2.pngRepose-toi, nous irons manger tout à l’heure, je reste avec vous.

img2.pngJe ne veux pas te perdre, Elija.

img2.pngÇa n’arrivera jamais ! Et puis, on doit encore se marier !

img2.pngC’est vrai ! Tu veux toujours de moi ?

img2.pngPlus que jamais.

Il...