//img.uscri.be/pth/1931bfbc7980db5da005aa527ec9d100756ac511
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Une nuit pour aimer

De
160 pages
Une nuit, une seule, pour séduire Michael Karr et assouvir tous les fantasmes qu il lui inspire... C est la règle du jeu imaginé par Kristin qui, à la veille de quitter l entreprise où ils travaillent tous deux, propose à Michael de partager quelques instants d intimité. Michael, qu elle ne compte pas revoir ensuite...
 
Roman réédité
Voir plus Voir moins
Couverture : JANELLE DENISON, Une nuit pour aimer, Harlequin
Page de titre : JANELLE DENISON, Une nuit pour aimer, Harlequin

1.

Ce vendredi-là, vers vingt heures, Kristin Taylor prit l’ascenseur pour monter au trente-sixième étage du gratte-ciel de Chicago où étaient situés les bureaux du cabinet d’architectes Corgan. Trois mois plus tôt, après cinq années de bons et loyaux services, elle avait donné sa démission, un groupe concurrent lui ayant proposé un poste de direction plus intéressant pour sa carrière. Ce jour-là, elle avait effectué sa dernière journée de travail pour Corgan. Mais, avant de quitter définitivement cette entreprise, il lui restait quelque chose à faire. Si Michael Karr était d’accord pour jouer avec elle le scénario érotique qu’elle avait en tête, tous deux s’aventureraient cette nuit sur des chemins interdits…

Seule dans la cabine, elle tira de son sac un foulard de soie noir et elle caressa du bout des doigts sa texture lisse et douce, infiniment sensuelle. Elle songeait à l’usage qu’elle comptait en faire. Michael trouverait-il excitante sa requête et consentirait-il à être à elle pour une nuit ? Ou refuserait-il et la renverrait-il chez elle, laissant inassouvi le profond désir qu’elle éprouvait pour lui ?

Ils étaient attirés l’un par l’autre et l’alchimie qui les unissait avait grandi ces derniers temps, c’était indéniable. Peu à peu, ils s’étaient autorisés à flirter au bureau, un petit jeu piquant mais sans conséquence. Pourtant, deux fois de suite, elle avait décliné ses invitations à dîner afin d’éviter que leurs relations deviennent trop sérieuses.

Elle avait toujours donné la priorité à sa carrière, et c’est ce qui l’avait conduite à accepter de prendre la direction de la branche restauration d’un autre cabinet d’architectes. Cette société lui offrait une meilleure situation, d’importantes responsabilités, un salaire plus conséquent et beaucoup de possibilités d’évolution. A vingt-huit ans, grâce à une volonté de fer et à un travail acharné, elle pouvait se vanter d’avoir réussi professionnellement, et jouissait d’une indépendance financière totale.

Mais avant de s’absorber complètement dans ses nouvelles fonctions, elle avait envie de s’offrir une nuit inoubliable avec un homme qui l’attirait comme aucun autre n’était parvenu à le faire…

Lorsque l’ascenseur arriva à l’étage, ses portes s’ouvrirent sur une salle de réception luxueuse et déserte. A cette heure tardive, la quasi-totalité des employés du groupe étaient rentrés chez eux depuis longtemps. Mais les couloirs étaient encore éclairés. Kristin retira ses chaussures, puis se dirigea à pas de loup vers l’aile gauche du bâtiment.

Tous les bureaux étaient vides et plongés dans l’obscurité à l’exception de celui de Michael, au fond du corridor. Elle connaissait ses habitudes : elle savait qu’il aimait travailler tard le soir et elle en avait tenu compte pour échafauder son plan. Malgré tout, elle avait été soulagée de voir la voiture de sa proie garée à sa place réservée dans les parkings de la société. Pour le moment, tout se déroulait comme prévu. Mais il restait un obstacle à vaincre.

Quand elle parvint à l’embrasure de sa porte, elle s’arrêta, le cœur battant à tout rompre, et serra plus fort le foulard entre ses mains. Assis sur un tabouret devant sa table à dessin, Michael lui tournait le dos. Il avait étalé les plans d’un immeuble et il semblait très concentré sur ces croquis. Les accords d’un vieux rock s’échappaient de sa chaîne stéréo, et la musique étoufferait sans doute le bruit de ses pas, quand elle s’approcherait de lui…

images