//img.uscri.be/pth/66800ec08a1863915455ed447361b1a7b5f0554d

Notre-Dame des égarées

-

Livres
192 pages

Description

Colmar, début du 20e s., Hélène « native du Midi » et Karl le violoniste « venu de l’Est » donnent naissance à une petite Stella. Après quelques années de bonheur, l’enfant meurt soudainement. Puis Hélène disparaît sur les traces de sa fille, qu’elle croit toujours vivante. Karl prend alors la route du Sud et du Rhône, fleuve de cœur d’Hélène. Passant par Mulhouse, Altkirch ou St-Ursanne, il voyage seul, jouant sur son violon Bach ou Gounot pour subvenir à ses maigres besoins.
Puisant à la double source du conte et de la poésie, Voisard entraîne le lecteur sur la route du Sud, à la rencontre de l’abbé Viénot et son « eau de la vie », ou de la famille Goldberg, au fils génial violoniste.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 05 octobre 2017
Nombre de lectures 3
EAN13 9782889274987
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Alexandre Voisard NotreDame des égarées
NOTREDAME DES ÉGARÉES
AUX ÉDITIONS ZOÉ DU MÊME AUTEUR
Je ne sais pas si vous savez, MiniZoé, 1997
AUX ÉDITIONS EMPREINTES
Une enfance de fond en comble, 1993 Le Repentir du peintre, 1995 Émergence, 2009. La poésie en chemins de ronde, 2010 Derrière la lampe, 2012 Les petites mûres de Jean La Paille, 2014
AUX ÉDITIONS BERNARD CAMPICHE
Maîtres et valets entre deux orages, 1993 Au rendezvous des alluvions, carnets, 1999 Sauver sa trace, 2000 Fables des orées et des rues, 2003 L'adieu aux abeilles, 2003 Le mot musique ou l'enfance d'un poète, 2004 Le bestiaire de GuyNoël Passavant, 2008 Accrues, carnets, 2011 Oiseau de hasard, 2013
L’ensemble de l’œuvre d’Alexandre Voisard est publiée dans la collection L’Intégrale, 20062011
AUX ÉDITIONS SEGHERS De cime et d'abîme, 2007
AUX ÉDITIONS LE MIEL DE L’OURS Dans la fièvre du migrant, 2007
AUX ÉDITIONS DES MALVOISINS Autour de Liberté à l’aube, correspondance avec Maurice Chappaz, 2010
ALEXANDRE VOISARD
NOTREDAME DES ÉGARÉES
Les Éditions Zoé remercient l'Office de la culture de la République et Canton du Jura d'avoir accordé son soutien à la publication de ce livre.
© Éditions Zoé, 11 rue des Moraines CH1227 CarougeGenève, 2017 www.editionszoe.ch Maquette de couverture : Silvia Francia Illustration : d’aprèsThree violinists playing the violin whilestanding in water, © Nikolai Mossolainen/Shutterstock ISBN 9782889274895 ISBN EPUB: 978-2-88927-498-7 ISBN PDFWEB: 978-2-88927-499-4
Les Éditions Zoé bénéficient du soutiende la République et Canton de Genève,et de l’Office fédéral de la culture.
La musique creuse le ciel
Charles Baudelaire
1
L’eau nous vient du ciel, disent les moines, grâce à Dieu. Et l’eau, disent les poètes, c’est ce qu’em prunte le ciel à la terre. Entre le haut et le bas le commerce est incessant. Quant à l’eau ruisselant sur les toits pour venir nous lécher les pieds au matin devant nos portes, quel grand esprit devinera le che min que ce filet d’ondée choisira entre les alluvions et les caillasses dès la moindre inclinaison ? C’est un jeu d’enfant parfois, une devinette à deux sous au moindre écoulement d’arrosoir. Audelà des rêves et des amusettes, l’eau suit le cours qu’elle s’invente à la rencontre des rivières et des fleuves qui de hasards en confluences s’épousent en impérieuses noces. La moindre source, le ru le plus humble de votre colline y sont promis. Le rêve emporte aux mers votre petit bateau de papier voué dès l’origine à ce rendezvous de bout du monde. Et l’humble ruisselet qui rafraîchissait votre pied soudain s’absente, non de luimême mais de votre
7
regard. Si sa voie est imprévisible, son destin paraît tracé.
Toutes les vies humaines s’apparentent à ces rivières affluant à des entrevues impromptues pour se fondre en des semblables irréductibles. Ainsi va la vie de monts en vals, d’averses perlées en cours d’eau obstinés, de toute éternité.
Les destins infiniment croisés des humains, de leur naissance jusqu’à leur fin dernière, ressemblent à ce fortuit et gigantesque branlebas des eaux. Le chenal qui à l’origine les aura pris par la ceinture ne les quit tera guère, leur vie durant. Les hommes tracent la voie avec le même fatal acquiescement que les eaux en leurs cours. Ainsi vontils de conserve et de toute éternité dans la coulée des fontaines et du temps.
8
2
De même en estil de Karel, venu de l’Est, et dHélène,nativeduMidi,pourserencontreràColmar,baignéeparcetteLauchquibientôtsejetteen l’Ill pour le Rhin tout proche. C’est ainsi qu’ils se sont salués dès leurs premiers échanges. Hélène surtout, Provençale dont les parents s’étaient établis ici, ville qui était alors française, a proclamé : « Je suis du Rhône, vaille que vaille ! » Quant à Karel, issu de Prague, il est désigné à jamais comme « homme du Rhin » par la piquante demoiselle. Durant toute leur vie commune elle lui lancera comme un défi : « Je suis du Rhône, vous êtes du Rhin, on ne se trouvera jamais vraiment. » Elle dit ça avec une ironie à peine feinte à cet homme de culture allemande qui en reçoit l’ex pression comme une taquinerie sans conséquence, n’estil pas, lui, de la Moldau, donc de l’Elbe ? Mais pour Hélène il est venu de l’Est, traversant le Rhin, pour s’installer, avec sa langue et sa culture, comme professeur de musique dans le pensionnat très sélect où ellemême depuis plusieurs années enseigne
9