//img.uscri.be/pth/f626d615fa05ebb571bd1c2b29ebd604440339fa
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Oeuvre romanesque complète - tome 4

De

On ne cesse depuis une dizaine d'années de découvrir l'œuvre de Joë Bousquet : ses romans, ses lettres, ses contes et, enfin, ses écrits intimes, philosophiques et critiques. Ce quatrième tome de l'Œuvre romanesque complète achève la présentation des très importants inédits de la « malette » dite de Marseille, mis en réserve par Bousquet lui-même pour publication et découverte posthumes et hasardeuses. Il désirait être pris sur le fait dans un texte que, seule, l'intervention scrutatrice et fondatrice d'un tiers, lecteur ou critique, permettrait d'établir réellement comme fait littéraire et comme événement, expérience éminemment intérieure, indissociable d'une vie extrêmement ouverte mais improbable sans les fabuleux calculs et relevés d'une « pensée anecdotique ».


L'aventure de Bousquet, dont il dit sans le moindre spiritualisme qu'elle «commence et finit avec lui», est celle d'une curieuse fascination de la réalité, qui en suppose en premier lieu l'exil, la perte et l'expulsion consécutive à la chute hors du mouvement donc hors du physique grâce à la blessure, puis le renoncement dans la chambre note de Carcassonne; et enfin la redécouverte comme spontanéité intellectuelle, physique et sociale, à l'intérieur de ce vide et de cet anéantissement établi grâce à l'évacuation de tout ce qui constitue les figures et les représentations du sujet pensant. Toute cette opération doit être reprise dans le langage dont la fascination aussi doit être soigneusement altérée, afin « qu'il n'y ait que mon œuvre pour me sortir de moi et que je la retrouve en revenant à moi-même », reconnaît Bousquet; cette œuvre étant le réel même, dans la mesure où elle se confond et se reconnaît dans l'acte poétique de fausser les conventions du langage, et qui force l'écrivain sans statut et immobile à agir dans tous les soins qu'il prend pour y discréditer l'identification au « je » où s'institutionnalise le sujet pensant et pour « accréditer cette vérité qu'il y a une vérité, une causalité enfouie dans le langage... Et... un homme à anéantir ».

Voir plus Voir moins
Oeuvre romanesque complète - tome 4