Phil à fil

-

Livres
174 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Suite à la mort accidentelle de ses parents, la petite Marie se retrouve livrée à elle-même. Heureusement, Philippe, le meilleur ami de son père, prend l'engagement de s'occuper d'elle. Mais cette nouvelle arrivée va bouleverser la vie si tranquille de Philippe et de sa femme Eva, qui refuse catégoriquement de s'occuper d'enfants, trop occupée qu'elle est à prendre soin de son image. Par chance, Emma et Jean-Paul, un couple d'amis proches, constituent peut-être une solution... Un roman profond et émouvant, où la vie s'aborde sous toutes ses coutures. Si les personnages principaux ne sont pas épargnés par le sort, chaque inconvénient peut vite se transformer en bénédiction, pour peu que l'on s'en donne la peine. C'est ce message, plein d'espoir, qu'a voulu faire passer l'auteure, et qu'elle offre au moyen d'une prose souple et coulée, telle la brise marine qui semble souffler en permanence sur cette oeuvre rafraîchissante. Une belle réussite.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mars 2014
Nombre de visites sur la page 41
EAN13 9782342020182
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0071 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Phil à fil
Isabelle Combet-Vannieu Phil à fil
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118469.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2014
Le regard fixe, caché derrière ses lunettes noires, les mains accrochées au volant comme à une bouée de sauvetage, j’avais l’impression de conduire en eau trouble, sans savoir où je me dirigeais. Guidé par mon instinct ou peut-être mon ange gardien qui sait ? La route défilait, monotone et lassante. Pourtant, le soleil se montrait généreux, prompt à me réchauffer le cœur ; mais cette fois-ci cela ne suffisait pas. Aujourd’hui, j’étais insensible au spectacle de Dame nature. Au dernier moment, m’avisant d’une petite route jaillissant d’un croisement, je bifurquais brusquement et m’engageais sur cette voie sinueuse qui longeait la côte. Perdre du temps à tout prix pour éviter ce rendez-vous à l’association d’aide à l’enfance de Villeneuve-les-Graviers. Malgré ce détour, je fis mon entrée en ville avec une heure d’avance. Je garais ma voiture le long du trottoir dans une impasse, levai les yeux vers la plaque accrochée en haut de la maison et m’exclamai : Rue du cœur joyeux, qui a pu avoir l’idée saugrenue d’appeler une rue avec un nom pareil ». Par précaution, je notais l’adresse pour ne pas l’oublier. Puis je partis perdre mon temps en visitant ce trou perdu. Tête baissée, traînant les pieds, j’avançais sans pouvoir apprécier combien la ville avait du charme avec ses hautes maisons typiques aux couleurs bigarrées qu’accompagnaient les encorbellements en bois foncé. Tout en marchant, je ressassais la conversation que j’avais eue, il y a quinze jours, avec le directeur de l’établissement.— Monsieur Merville Philippe ? Ici monsieur Vanneau, directeur de l’association de l’aide à l’enfance à
9
Villeneuve-les-Graviers. Monsieur Merville, c’est bien vous qui êtes ami avec monsieur et madame Batista ? — Oui bien sûr, pourquoi cette question, que me voulez-vous ? — J’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer. Un blanc dans la conversation s’ensuivit. Chacun attendait que l’autre parle le premier. Monsieur Vanneau reprit donc la parole. Monsieur et madame Batista sont décédés lors d’un accident de la route et j’ai en charge leur fille Marie. Cela fait quinze jours que nous essayons de vous retrouver. Consterné, Philippe serra violemment le téléphone. De l’autre main, il se frotta les yeux. Ce geste, malheureusement, ne suffit pas à chasser la macabre réalité. Impossible de maîtriser ce léger tremblement qui s’était emparé de son corps vidé de sa substance. Tétanisé, il entendait le Directeur comme en écho lointain. Il se trouva incapable de répondre quoi que ce soit au directeur. Celui-ci, d’autorité, lui fixa rendez-vous le 16 août à 15 heures. C’est tout ce dont Philippe se souvient et des quelques mots que lui avait glissés monsieur Vanneau sur Marie qui n’allait pas bien du tout. Après cet appel, il eut une longue discussion avec sa femme Eva regrettant tous les deux de n’avoir pu assister aux obsèques de leurs amis. Eva était un peu moins affectée par la mort des Batista. Elle n’avait jamais eu beaucoup d’affinités avec eux. C’était surtout des amis de Philippe qui les avait connus avant elle. Maintenant que l’enterrement avait eu lieu, elle ne voyait pas l’intérêt de se rendre à ce rendez-vous et ce fut un motif de discorde entre eux ; un de plus. Un poteau de signalisation le ramena à la réalité. Philippe le prit de pleine face. Un bang résonna dans la rue. Une rougeur bien marquée apparut sur son front. Il râla un bon moment et continua son chemin non sans jeter un coup d’œil autour de lui pour vérifier que personne ne l’avait vu se cogner. La ville n’était pas très grande et à
10