Calligrammes

Calligrammes

-

Français
320 pages

Description

Sept mois avant sa mort, Apollinaire publie des poèmes « de la paix et de la guerre », écrits de 1913 à 1916, sous le titre Calligrammes. Ce néologisme, qu’il forge à partir des mots « calligraphie » et « idéogramme », annonce un mode d’ex-pression original : le poème-dessin, qui allie jeu du langage et jeu des formes. Les mots dessinent çà et là un cigare, une montre, une colombe, et traversent la page sous forme de gouttes de pluie ou de trains partant pour les champs de bataille de la Première Guerre mondiale… Car Apollinaire a en partie composé ses Calligrammes au front, pour ses correspondantes aimées, Lou et Madeleine. S’il a pu se nourrir du spectacle de la guerre, c’était pour mieux la transfigurer. Et c’est aussi pour continuer de croire en l’avenir qu’il a osé, sous le fracas des bombes, cette étonnante synthèse de plusieurs arts.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 novembre 2013
Nombre de lectures 94
EAN13 9782081315952
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
PRÉSENTATION NOTES DOSSIER CHRONOLOGIE BIBLIOGRAPHIE par GéraldPurnelle
GF Flammarion
© Flammarion, ISBN : 9782081282629
Extrait de la publication
« Chacun de mes poèmes est 1 événement de ma vie », aécrit d’Alcools. Il en va de mêmepour pour lire et comprendre le recueil, sa rédaction est contemporaine cette époquelà, Apollinaire est auteur de manifestes et d’expérimenta avantgardistes. Les thèmesdu étapes et les conditions de son ciables de l’engagement du poète 1913 et 1918, il a exploré denouv vécu de nouvelles amours, fait sure : l’auteur deCalligrammes soldat et poète.
APOLLINAIRE, 19131918 : LAMANT,LE SOLDAT,LE POÈTE
DEWILHELM À Né à Rome en 1880 sous le trowitzky, Apollinaire n’a jamais
1.Lettre à Henri Martineau, juillet 1913.
7 Extrait de la publication
Sur le plan littéraire, il a pro place en vue dans le Paris des seulement en tant que poète,mais liste, critique d’art, directeurde bolisme (celui de Verlaine ou adepte de Mallarmé), sensible Romains ou encore au futurisme naire a cherché, dès les années qui s’élaborait de neuf dans la ture s’est ensuite dégagée del’influence pour s’orienter vers un lyrisme force de l’imagination, la transf toutepuissance du poète. Avant trois livres : en 1909, le récit poétique rissant; en 1910, le recueilde Cie; en 1911, la plaquette d’Orphée, illustrée par RaoulDufy revues :Le Festin d’Ésope(19031904), liste(1905),Les Soirées de Paris Alcools, publié en 1913 mais et rassemblant, de fait, ce comme le meilleur et le plusreprésenta tion qui couvre quinze ou seiz tissement de tout un cheminement pour autant une fin, un point l’année même où paraîtAlcools
8
publie un texte complexe et ambigu, riste, soustitré «manifestesynthèse enthousiasme et distance ironique l’audace typographique et rhétorique pour une part, leurs thèses esthétiques vement (dont l’acte de naissance à Paris, du manifeste de Marinetti) le passé et exalte les manifestations technique, la vitesse, et même comme plus tard les dadaïstes, et de la ponctuation et pratiquent « mots en liberté ». Apollinaire préceptes (la suppression detoute épreuves d’Alcools, par exemple), ailleurs toujours attaché à la futuristene marque donc qu’une et superficielle. En novembre 1913, enfin,A peintre Serge Férat la revue
1.Peinture pure « Réalité. », in Guillaume prose complètes, t. II, éd. Pierre Caizer mard, « Bibliothèque de la Pléiade »,1991 par l’abréviationPr.II), p. 494496. 2.Le manifeste est daté du 29 juin1913. forme d’un tract constituant le numéro futuristeédités à Milan, puis il a étér numéro deGil Blasdu 3 août 1913 ; voir
9
nalité russe, cherche à s’engager gère. En septembre, il fait unedemande afin de pouvoir combattre dans pour Nice, où il arrive le 3 septembr connaissance de Louise de 1963) dans un restaurant, par Celle qu’on appelle Lou estune divorcée, libre, ardente et manipula fasciné, il la courtise, fume 4 décembre, il s’engage pour la Lou devient sa maîtresse. Apollinair rie de campagne et reçoit son 2 janvier 1915, il rencontre Pagès, une jeune institutrice oranaise thise. En mars, il voit Loupour correspondance amoureuse se d’avril, puis s’espace jusqu’à D’abord canonnier de seconde de réserve, Apollinaire rejoint de Champagne le 4 avril. Il Madeleine le 16 du mêmemois lettres, la séduira, l’amènera aux
1.LesPoèmes à Lou, tirés de la corr 1955 ; les lettres d’Apollinaire à Madeleine Madeleine. Tendre comme le souvenir, rence Campa, Gallimard, « Folio », 2006)
10 Extrait de la publication