170 pages
Français

Convivialités fraternelles - Inspirations libres d'une poésie africaine

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De toi à moi une histoire a connu son cours
Au feu d'un secret entaché de grandes épines
Porté par la force d'une vie unique en son genre
Qui me revient chaque fois que croise tes racines.
De toi à moi s'est construit un passé
Où querelles et amitié nous ont liés
Au bonheur d'une paix à sauvegarder
Qui a fait de la tolérance un principe.
De toi à moi, milles projets se sont pensés
Sous l'emprise d'une jeunesse mouvante
Mais les choix de la vie nous ont séparés
Pour que la distance du temps y crée un silence.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 août 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9789956636211
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,05€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

CONVIVIALITÉS FRATERNELLES INSPIRATIONS LIBRES DUNE POÉSIE AFRICAINE
POÉSIE
Abbe Jean Paul Ndindjock
CONVIVIALITÉS FRATERNELLES INSPIRATIONS LIBRES DUNE POÉSIE AFRICAINE
POÉSIE
DESIGN COUVERTURE: DIEUDONNÉMBASSIYANA
Tous droits de représentation, de traduction ou de reproduction, réservés pour tous les pays. © Éditions de Midi, Téléphone : 697 44 90 82/680 17 51 50 Yaoundé-République du Cameroun ; Août 2020 editionsdemidi@yahoo.com ISBN : 978-9956-636-21-1
A Paul et Monique Mayen et à leurs filles Claude Brigitte et Cathérine
L’AUTEUR ET LA POESIE
Yves Bonnefoy disait : « le poème ne prétend qu’à intério-riser le réel […] il recherche les liens qui unissent en moi les choses ». C’est sous le jour nouveau d’une telle expérience de la vie que ces poèmes prennent corps. Ils sont rapportés ici dans le cadre de l’adéquation entre un environnement humain, na-turel, vécu ou senti et la contingence des significations qui fait naitre cette volonté de méditer sur la vie et les choses. Je me les représente sous cette dimension à travers la diversité de mes perceptions ainsi que la soif ou mieux la conquête de traduire mes désirs. C’est autant une inspiration émergeante qui a fini par nourrir le fond d’un cœur et le motiver à sortir du silence. Ce mystérieux silence qui recouvre la vérité du monde, est rompu dans l’effort de débusquer les laideurs du mal et les fines perles cachées du bien. Ces poèmes enveloppent le souci et le soin du bonheur dans un élan qui associe une vision personnelle à un désir de fraternité et de convivialité. J’ai voulu puiser dans l’évocation et son pouvoir, la dynamique ardente qui crée et re-crée le monde à travers les mots. Et de si près, ce sont les réa-lités promptes à notre sensibilité qui ont remporté la gageure
9
de mériter notre fixation et, d’une certaine manière, notre ému-lation à faire corps avec elles. Le titre « les convivialités fraternelles » dégage le parcours d’un recueil qui rassemble, les bribes et les miettes de l’être ensemble, qui est à chaque fois le principe qui crée l’espoir. Ce principe combat la solitude et l’emporte sur la stagnation de toutes les souffrances possibles. Ainsi, la vie dans le monde est conçue comme un appel au bien, au bien-être et au bien faire qui fournissent équilibre, valeur intrinsèque et dignité à l’homme, à tout homme vivant dans l’univers. Blesser son es-time ou se laisser entrainer dans les affres inconscientes qui le déciment, est sans doute l’assemblage des différents visages de la mort et de l’indocilité qui caractérisent la déchéance et acti-vent son triomphe. Cette blessure n’affecte pas moins la soli-darité et la générosité qui condensent l’immortalité au sein d’un art de vivre. Dès lors, avec ce titre et ce recueil, il est question de scruter les fondamentaux duvivre ensemble. Et l’Afrique, comme notre berceau, en témoigne à regret dans les temps ac-tuels qui pointent et disposent à des mutations tragiques d’un espace qui a faim et soif de paix ; d’où la nécessité de restaurer une joie qui jadis augurait la prospérité et la fécondité d’une ci-vilisation. Une Afrique qui chante, une Afrique qui enchante, qui rit et rapproche les frères par des salutations régulières, est le socle de la vitalité que cette poésie sollicite reconstituer et restituer malgré les limites intégrées à notre tentative d’expression. L’au-dace de présenter le fils de ce continent dont l’action dévalorise son trésor, alors qu’il veut vanter ses mérites au rendez-vous du donner et du recevoir mondial, a fait de ces pages, un canal
1
0