Dans le silence des mots

-

Français
186 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce recueil de poésie vous fera traverser les méandres de la vie, nos questionnements, à savoir où vont le monde et l'espèce humaine, ce qu'est l'amour et le désir. La poésie de Ttotte Etxebeste n'est pas académique, elle n'est pas une oeuvre intellectuelle, elle doit être proche du peuple et elle reflète les mots et les silences de ses peines et de ses larmes. La poésie est une prose qui pose lentement les germes de l'insoumission et soulève le vent des émotions. La poésie est un vers qui fait son chemin vers cet éveil et remet debout les âmes captives. Elle est la résistance d'un rêve jamais résigné. Les mots de l'auteur ne sont et ne seront jamais conformistes puisqu'ils prennent leur source dans son âme, son écriture sera toujours populaire puisqu'il est un enfant de Prévert.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 février 2019
Nombre de lectures 2
EAN13 9782140113376
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0105€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Dans le silence des mots
« Oubliez les mausolées et les paroles convenues puisque de mon vivant j’ai toujours été l’homme qui dérange. Laissez faire le vent, lui seul m’a vraiment connu. »
Ce recueil de poésie vous fera traverser les méandres de la vie, nos questionnements, à savoir où vont le monde et l’espèce humaine, ce qu’est l’amour et le désir. La poésie de Ttotte Etxebeste n’est pas académique, elle n’est pas une œuvre intellectuelle, elle doit être proche du peuple et elle reflète les mots et les silences de ses peines et de ses larmes. La poésie est une prose qui pose lentement les germes de l’insoumission et soulève le vent des émotions. La poésie est un vers qui fait son chemin vers cet éveil et remet debout les âmes captives. Elle est la résistance d’un rêve jamais résigné. Les mots de l’auteur ne sont et ne seront jamais conformistes puisqu’ils prennent leur source dans son âme, son écriture sera toujours populaire puisqu’il est un enfant de Prévert.
Né au début des années 60,Ttotte ETXEBESTE a traversé les révoltes des années 70-80, les espoirs et les rêves de cette jeunesse de mai 68, où le mot liberté s’écrivait en rouge et noir. Fils et petit-fils de paysans, il est né sur la terre basque, il a milité, pour défendre sa culture, sa langue et son identité. Après toutes ces années de luttes, il exprime aujourd’hui sa révolte par la plume.
Illustration de couverture : Virginie Maufroy Boulous.
ISBN : 978-2-343-16367-3 18
TXEBESTE
Ttotte E
Ttotte ETXEBESTE
Dans le silence des mots
Poésie(s)
Dans le silence des mots
Poésie(s) Collection dirigée par Philippe Tancelin Déjà parus Françoise SERANDOUR,Êtres de solitude, 2019. Sylvie LE SCOUARNEC,Facettes multiples facettes, 2019. Bernadette GINESTET,Le Bonze et le Rat, 2018. Jean-Valère BALDACCHINO,Les Piliers, 2018. Omar ABDALDAEM,Poignée de rêve,2018.Marcienne MARTIN,Marelle lunaire, 2018. Pedro CARMONA,Longue est la poussière, 2018. Ira FELOUKATZI,Errances entre terre et ciel,ΑȚȫȡααȞάȝεσαουȡαȞοȪțαȚγηȢ, 2018. Albert ANOR,Ouvert pour inventaire, 2018.Alain VIGUIÉ,Le fil bleu des jours, 2018. Iocasta HUPPEN,États d’âme. Poèmes et phrases poétiques, 2018. Philippe ARRIEUS,Du jour et de la nuit, 2018. Jean-François DUNAND,Mon pays de Pount, 2018. Laurent POLIQUIN,Voyageur des interstices, 2018. Mélanie GEORGELIN,Journal de père, 2018. Pierre MELENDEZ,Les bienfaits du rasoir, 2018. Charalambos P. LIPSOS,Ombres sous une ombre, 2018. Mansour M’HENNI,Petits poèmes en dose,2018. Stéphanie BROYER,Incarnation,2018. Olivier OLLON,Hommage personnel, 2017. Yannis LIVADAS,Magnat de la Mort,2017. Ángel MOTA BERRIOZÁBAL,Un écho de ta voix, Un eco de tu voz,2017. Evelyne M. BORNIER,Le lit de l’exilée, The Bed of The Exilee, Traduction anglaise en collaboration avec Margaret M. Marshall, 2017.
Ttotte ETXEBESTE
Dans le silence des mots
Du même auteur Recueil de poésie en langue basque : Ezin erranezko hitzak éditions maiatz © L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-16367-3 EAN : 9782343163673
UNMONDES’ÉCROULE…
J’ ACCUSE
Comme toi jadis, Zola. Aujourd’hui, j’accuse ! Ce monde de l’argent roi, de n’être qu’une ordure, de nous imposer sa loi. J’accuse cette bête immonde de broyer le plus grand nombre par cette injustice profonde, au bénéfice de quelques nantis. J’accuse cette société de privilégier les grandes fortunes du CAC 40 et des banques, de se gaver de leurs tunes et d’assassiner la solidarité, comme un dégât collatéral, sans scrupule et sans charité. J’accuse tous ces capitalistes, tous ces pseudo-populistes de tuer le peuple en désarroi. J’accuse le peuple servile de s’oublier dans sa bière, ses matches de foot business. De délaisser la classe ouvrière et de s’endormir dans sa boue. Je l’accuse de rendre,
les plus miséreux que lui, responsables de sa galère. Je l’accuse de préférer voter pour la peste brune plutôt que de dresser l’étendard de la commune. J’accuse les médias bourgeois de nous intoxiquer par les pubs, et de dévaliser nos fins de mois, faisant de nous de pauvres idiots, des consommateurs dociles, fouillant sur la toile nos profils. Je les accuse de faire à leur guise, de la femme une marchandise. Je les accuse de nous enfermer dans la bêtise et l’ignorance, avec une télé qui nous abrutit, et des réseaux pas si sociaux, distillateurs insidieux de ragots. J’accuse toutes les religions de parler d’amour et de n’inculquer insidieusement que la division. De prêcher la peur, la soumission au nom d’un dieu chimérique ! J’accuse l’humain délétère de détruire sa verte planète cette terre nourricière,
8
en pensant que tout s’achète. J’accuse l’humain, de souiller de sa crasse les rivières et les océans et de faire fondre les glaces. Je l’accuse d’allumer des guerres au nom du pétrole et de l’argent. J’accuse l’humain de tous les maux. Je m’accuse d’être… Un de ces tristes humains.
9