Eden Lointain 3 - Chrysalide

-

Livres
78 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce troisième et dernier volet d’Eden Lointain – Chrysalide – Requiem pour une autre vie, est un livre atypique dans sa construction. Roman noir et récit poétique à la fois, « la voix d’outre-tombe » nous entraînent et nous fait voyager dans les tréfonds et les méandres de l’âme humaine. Pour y voir et se poser les questions suivantes : qu’est-ce que l’amour vrai, l’attachement sincère d’un être aimé, ou allons nous, que faisons nous ici et qu’elle sera notre destiné. Une voix sortie d’outre-tombe qui raconte son histoire, une histoire vraie, une histoire vécue par son auteur, dont beaucoup de personnes se retrouveront. Un prélude à voir sa propre mort en fasse ou sa propre folie. Une quête d’un paradis perdu en enfer.


Ce qui fait également de ce récit réel dans sa conception même de son style d’écriture et de sa narration, un ovni, dans le milieu littéraire.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 20
EAN13 9791034803262
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jeff Bergey Eden Lointain. Chrysalide - Requiem pour une autre vie Couverture :Néro Publié dans laCollection Electrons Libres, Dirigée parAmélia Varin
©Evidence Editions 2017
Ce troisième et dernier voletd’ÉdenLointain, ÉdenLointain – Chrysalide – Requiem pour une autre vie, est un livre atypique dans sa construction. Roman sombre et récit poétique à la fois, nous entraînant et nous faisant voyager dans les tréfonds et les méandres de l’âme humaine. Pour y v oir et se poser les questions suivantes : qu’est-ce que l’amour vrai, l’attacheme nt sincère d’un être aimé, où allons-nous, que faisons-nous ici et qu’elle sera notre de stinée? Une voix sortie d’outre-tombe qui raconte son histoire, une histoire vraie, une h istoire vécue par son auteur, dans laquelle beaucoup de personnes se retrouveront. Un prélude pour voir sa propre mort en fasse ou sa propre folie. Une quête d’un paradis perdu en enfer. Ce qui fait également de ce récit réel, dans la con ception même de son style d’écriture et de sa narration, un ovni, dans le mil ieu littéraire. “Drôle de festin Qu’est la vie Elle t’enflamme Te donne envie Puis t’affames Ensuite, elle t’engloutit.” « Car, sentir tout le temps la mort en nous, c’est ce qui nous maintient en vie! » Jeff Bergey.
Éden Lointain Chrysalide.
« Pour trouver son propre paradis, il faut le chercher au plus profond de l’enfer, de sa vie. »
«L’œil est vicieux, car les images racontent une (mon) histoire. »
« At il s’écria d’une voix puissante Lazare, viens ici! At voilà qu’apparut Celui qui était mort! »
«Ève, Ève! Tue le serpent! Tue le serpent! Croque ma vie à pleines dents Et rejoins-moi ici Moi, ton amant Moi, ton Adam. Puis, elle s’approcha de lui Et lui dit : Toi, oui, toi! Ton dormeur doit se réveiller! Ton dormeur doit se réveiller! Tombe ce masque noir Sors de l’ombre Sors de ton ombre Retrouve le masque blanc de l’espoir Sors de tes décombres Ici et maintenant! Retrouve la vie comme Lazare. Alors, une nouvelle aube se leva Dans cette chambre monoplace Qu’était devenue ma boîte crânienne. Est-ce la fin pour moi? Est-ce la fin, pour moi de l’âge de glace? Je ne sais pas où aller Moi, je veux juste respirer. Pourtant, pourtant Dans cette pièce sans fenêtre Dans ce coin sombre J’y ai trouvé la vérité Dans ces jeux d’ombre J’y ai trouvé ta vérité Comme un acteur, comme un acteur Jouant son rôle, notre propre mort Sous ces projecteurs Le regard vide dans tes yeux, ailleurs J’attendais la scène, mon amour J’attendais seulement Notre scène d’amour et de bonheur Mais aucun d’eux n’est venu ce jour-là! Non, aucun d’eux Seuls des vautours Nous tournant autour. »
«Pourtant, pourtant Moi ici et toi là à côté! Isolés dans nos tours Les couleurs en moi, lentement Se font jour. Lentement… Oui, lentement Je sors de notre coquille De notre coquille vide Je ressens à nouveau Dans ma chrysalide Mon cœur un peu battre Est-ce une fuite? Un renouveau? Puis, les jours passent, oui, les jours passent Sans toi et moi Sur ce grand manège De nos détresses Sans les beaux jours De nos ivresses Ils passaient dans le creux de tes hanches Mon amour. Et mes nuits blanches Se font de plus en plus fastes À l’ombre de nos caresses de velours. »