//img.uscri.be/pth/f5ffb78ef79e02a5ed0f658deb4376b1d1ba7c14
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Impromptus des matins d'hiver

De
78 pages

Premier volet d'une tétralogie sur le thème des saisons, Impromptus des matins d'hiver est d'abord une immersion au cœur des émotions suscitées par l'hiver, ses petits matins sombres ou lumineux et toutes les manifestations de la nature.
Puis, au gré des voyages et de la rencontre avec l'océan et les éléments naturels, l'inspiration est encore au rendez-vous, quoique parfois capricieuse.
Le poète s'interroge sur ses écrits, la joie qu'il en retire, et part à la recherche de sa motivation. La réponse à toutes ces questions coulerait-elle de source ?


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-74959-8

 

© Edilivre, 2014

 

 

Au souffle qui m’anime

et à la petite musique qui égraine les mots.

 

 

J’ai toujours aimé les Impromptus pour piano de Schubert.

Une phrase dans Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau m’a finalement soufflé le titre de ce recueil :

« Que pouvais-je espérer de moi qui sentais si bien mon inaptitude à m’exprimer impromptu ? »

Et les matins de l’hiver, les éléments de la nature,
l’océan ou la présence de l’être cher ont fait le reste.

 

 

« Mon souffle serait comme une caresse

Si j’étais le vent. »

Edmond Harraucourt, Seul

 

« M’a dit la pluie : Écoute

Ce que chante une goutte …

Je ne suis pas méchante,

Je fais pousser le blé. »

Jean Richepin, La chanson des gueux

Commencements

Édouard au petit matin

Au petit matin encore vêtu du noir de la nuit,

mon grand-oncle Édouard visitait son frère.

Paysan de la mer, il était assujetti aux marées

et l’heure de sa venue fluctuait au gré des attirances
de la lune.

Les deux frères s’estimaient et leur complicité
était légendaire.

En souvenir de cette amitié fraternelle,
la tradition s’établit

de prénommer en second Édouard

les aînés de la famille.

Je le confesse, ce prénom vieillot m’a toujours ravi !

Terre de Richebonne

Le matin de janvier est froid.

Et le blanc s’impose en maître.

A la barrière, mon voisin me salue et me dit : « Sais-tu pourquoi ta terre porte ce nom ? Les anciens disaient qu’elle était excellente, riche et bonne. Tu pouvais faire pousser n’importe quoi. Et le vallon humide et pluvieux orchestrait ce miracle. Quel dommage que tu te contentes de laisser pousser l’herbe que je te lie en meules de foin au printemps cuisant. Cette terre est un trésor ! »

Tout petit, j’aimais ce...