Interférences
288 pages
Français

Interférences

-

Description

Comment continuer à vivre parmi nos semblables lorsqu'une créature immorale vient ronger notre part d'humanité ? Comment ne pas sombrer dans la folie quand la mélancolie façonne un monstre qui s'attaque à la raison et à la loi morale qui y est attachée ? Il faut écrire, pour que les contradictions qui nous déchirent soient mises à jour et parviennent à se dénouer. Il faut écrire, pour que les interférences qui envahissent la pensée finissent par s'échouer sur la grève du silence.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 mai 2017
Nombre de lectures 11
EAN13 9782140037535
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Philippe Sabourdy
INTERFÉRENCES
Recueil poétique
Interférences
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11801-7 EAN : 9782343118017
Philippe Sabourdy Interférences Recueil poétique
Du même auteur :
Verlaine, éditions Studyrama collection Panorama d’un auteur, 2005.
« L’expérience du mal : condition de la justice ? », dansLa Justice, ouvrage collectif, éditions Studyrama, collection « Ellipse », 2005.
Nous sommes le livre dissimulant ses motsAutour de, « l’œuvre poétique d’Abad Boumsong », éditions L’Harmattan, 2016.
Centre et périmètre de la littérature
De l’écritureI Tout d’abord il se penche vers la page, y fourre son groin et fouille les taches de lumière, les pierreries lui égratignent le visage mais il s’obstine.Le désir qui pousse l’œil et la main à entrer en écriture est le même qui forme, en rêve, des statues incandescentes aux lèvres et aux ongles peints. Au sein du poème rayonne la femme, sa nudité soulignée par l’ombre violette qui couvre ses paupières ou par le ruban de soie noire qu’elle porte autour du cou.L’œil tente de pénétrer la beauté, il plonge dans la chevelure rousse aux boucles scintillantes, la main glisse sur les seins puis les déchire, car derrière la passion amoureuse se cache le goût du sang. Mais bientôt l’image quilecharmait s’évanouit et une fièvre nouvelle s’empare du poète. Il reprend son texte, s’acharne sur son aspect formel, sa rage exigeant la perfection. Ce qu’il veut alors, c’est qu’un regard transperce l’œuvre et vienne se ficher dans son cœur. Il a le désir fou d’une reconnaissance venue des astres. II Le premier désir concerne la femme, toutes les femmes, la beauté née dans les songes ou dans l’enfance de l’humanité et répandue sur leur visage.
9