//img.uscri.be/pth/1a464f17af0057c0ba681b968c4bda3b900727a8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Jusqu'au dernier souffle

De
56 pages

Vingt poèmes intimes et pudiques qui relatent au gré des rémissions et des rechutes, entre ombre et lumière, espoir et abattement, l’état de l’auteur devant la maladie de sa femme. Dans une langue sobre et classique, le poète parle de la souffrance physique qui ne se partage pas, du fossé qu’elle creuse entre deux êtres, pourtant unis, mais qu’éloigne l’irrémédiable. Il nous dit la solitude qui rattrape le couple quand le corps tant célébré se déglingue, la faiblesse qui nous guette et la force qu’il faut convoquer pour conserver la foi dans la vie malgré tout.
Ces textes touchants et forts, jetant des lueurs sur l’incompréhensible, traduisent la fusion de deux êtres désireux d’atteindre leurs rêves les plus raisonnables et les plus fous, donnant ainsi au réel un surcroît de magie.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composér Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-334-04732-6
© Edilivre, 2016
A Kathy,,à la vie à l’amour…
dicaces
Préface
Deux trois choses que je sais d ’eux…
Fin août 2002, la rentrée approche. Pour la première fois de ma carrière , j’ai en charge un CP. J’aurai aussi Kimberley, une élève malvoyante qui nécessite une prise en charge adaptée. On m’a passé le numéro de téléphone d ’une enseignante spécialisée, Kathy Martin. J’appelle. Non, je ne la dérange pas , j’entends ses pas crisser sur le gravier d ’un jardin, on convient d’un rendez-vous à l’école. Kathy, pour moi, c’est d’abord une voix, un timbre clair et chantant qui met en confiance. Quand je la rencontre quelques jours plus tard, c’est un sourire et des yeux extraordinairement doux. S’il est vrai qu’ils sont le miroir de l ’âme, ils traduisent, à qui sait voir, sa foncière bonté. Je me présente , tout est nouveau pour moi, le traitement du handicap , l’apprentissage de la lecture, la présence d’une collègue dans la classe et je sens d ’emblée qu’il n’y aura pas de grandes difficultés à gérer tout cela. J ’ai devant moi une personne à l’écoute, une enseignante d’expérience prête à partager : en classe, Kathy va montrer beaucoup de tact envers le débutant que je suis, elle me conseille dans mes fiches de travail et n’hésite pas à formuler des remarques très professionnelles sur ma pratique. Elle apporte des végétaux de saison et participe à la confection des objets rituels (son arbre de Noël superbement emballé demeure le plus beau que j’ai jamais réalisé !). Toute l’année, Kathy sera pleine d’attentions et lorsque je deviens père à mon tour , elle m’offre un superbe napperon brodé avec le jour et l’heure de naissance de mon petit Delphin. Je lui donne des oranges amères, elle me rend un pot délicieux , m’apprenant à l’occasion le rôle de la pectine dans la gélification de la marmelade. Et de fil en aiguille, nous parlons un peu de nous. C’est ainsi que j’apprends l’existence de François, ses graves ennuis de santé qui l ’ont conduit à abandonner la pratique de la classe pour devenir maître formateur en informatique, ses séjours en cure à Briançon , l’entretien harassant de l’immense propriété de Bar-sur-Loup et je...