//img.uscri.be/pth/6f60f05eb5592eed845ee7341e9cc3ef53ddcd1f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Koukyanm ou Le Couteau jaune de l'anoli

De
156 pages

« Étranger, si tu passes ce seuil, n’oublie pas que tu es responsable de toi-même. Tu ne verras que ton propre reflet dans le miroir de mes pages. Ici, tu n’entendras que l’écho de tes désirs enfouis et les ricanements de tes démons intérieurs. »


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-07184-0

 

© Edilivre, 2017

 

Illustrations

Michel ROVÉLAS

Tableau de la page 5 – Mythologies créoles – 2013

Dessins à la plume

Traductions

Catherine PIÉTRUS

Traduction en créole d’une partie des textes

Correction des textes écrits en créole

Conception et réalisation de la première et de la quatrième de couverture Jonathan DRUMEAUX

Dédicace

 

 

A la mémoire de mon frère DRUMEAUX Éric, dit Guèche, le Guerrier de Lumière, trop tôt disparu.

Avertissement

 

 

Avertissement au lecteur !

« Étranger, si tu passes ce seuil, n’oublie pas que tu es responsable de toi-même. Tu ne verras que ton propre reflet dans le miroir de mes pages. Ici, tu n’entendras que l’écho de tes désirs enfouis et les ricanements de tes démons intérieurs. »

Tansyon a-w, lèktè !

« Ètranjé, si ou pasé pòt-lasa, pa oubliyé sé voumenm ki rèskonsab a voumenm. Sé zimaj a-w ou ké vwè an miwa a sé mo-maké-la. Adan liv-lasa, ou ké tann léko a tout lanvi ki téré kon rasin an tèt a-w é tout dyab a lèspri a-w ké pran ri. »

 

Image 8

Tableau de Michel ROVÉlAS – Mythologies créoles – Exposition 2013

 

Image 12

Kyouboum
Plongées
Premier mouvement
Prèmyé dékatman

« C’est pourquoi fault ouvrir le livre et soigneusement peser ce que y est déduict. […]

Puis, par curieuse leçon et meditation frequente, rompre l’os, et sugcer

la substantifique moelle, […]. »

« Sé pousa fò ou wouvè liv-la é pézé épi on bon balans sé pawòl-maké-lasa […]. Fò ou kabéché toulongalé, pou kasé zo-la é rivé sousé nannan a mwèl a-y […] »

François Rabelais, La vie très horrifique du grand Gargantua, père de Pantagruel,
jadis composée par M. Alcofribas abstracteur de quintessence.

Livre plein de Pantagruélisme, 1534

Kat a chimen-la

Fòs a lanmou

Lanmou-lasa ka sousé zo

A-w kon zo a mwèl adan soup gras.

I ka bwè san a-w kon nèg a wonm

Ka tété Damwazo1.

I ka manjé nannan

A nanm a-w

Kon timoun épi chè a zanmann !

Ou ka channda an zayann-la,

Kon foufou ka kouri fou.

Ou ka travèsé sendomeng

É zakasya.

Ou ka fann tout chankann !

Lè dapwé-w ou kaskòd,

Wap an rèl a do a-w !

Dèyè-w, on Jérè

Asi on chouval nwè,

Épi on fwèt a mas a Senjan,2,

Ka gadé-w anmitan zyé,

Pou ou woutouné anba chenn-la

Fè travay a Blan-la.

Tout zo a kè a-w, an soufwans,

Ka mété ajounou pou mandé

Létèwnèl padon.

Lavyèjmari, Manman Jézikri,

Priyé pou nou, libéré-nou !

Pon’on rimèd pa ka rivé

An bout a malad-lasa.

Ou atè kon vètè,

Ou anba mango.

Zyé a-w ka koulé dlo

Pli fò ki chit Kawbé !

Lèspwa kité-w,

Ou ka asèpté lanmò.

On lannnuit pli nwè

Ki on tou a chabon kanpèch

Ka vlopé-w.

Feuille de route

Puissance de l’amour

Cet amour aspire ta substance

Comme os à moelle dans soupe grasse.

Il tète ton sang tel un ivrogne

Assoiffé de rhum.

C’est un enfant qui brise l’amande

De ton âme,

Pour en extraire la chair ultime !

Tu t’enfuis dans les halliers,

Colibri ivre de folie.

Tu traverses broussailles épineuses

Et herbes coupantes.

Et, dans ta course, tu coupes droit

À travers les champs de canne !

Quand tu te crois à l’abri,

La morsure d’une corde te zèbre le dos !

À tes trousses, un Commandeur

Sur un cheval noir,

Avec un fouet de Carnaval,

Plante ses yeux dans les tiens,

Pour te contraindre à reprendre tes chaînes

Et à faire le travail du Blanc.

Ton cœur, perclus de douleurs,

Se met à genoux, pour implorer

Le pardon de l’Éternel.

Vierge Marie, Mère de Dieu,

Priez pour nous, libérez-nous !

Ta maladie est incurable.

Tu te traînes comme un vermisseau

Sous un manguier.

Tes yeux coulent des cascades

De larmes abondantes

Des chutes du Carbet !

Plus d’espoir,

Tu acceptes la mort.

Une nuit d’ébène plus noire

Qu’une fosse à charbon

T’enveloppe.

 

 

Lèwgadé, on klendendeng

Ka kléré a lorizon a nanm a-w

É ka fin pa vin gwosè

A laplènlin.

Ou ka di :

Mwen vivan,

Mwen vivan,

Mwen vivan !

Alòs ou ka lévé plen fòs.

Sa ki té ka kyouyé-w

Ka voyé-w monté

Ofiwmaman.

Toutouni,

Ou ka kouri

Anba lapli.

Solèy ka séché po a-w,

Zéklè ka montré-w chimen.

Ou ka sousé zo a lavi,

Ou ka bwè lavi

Kon on dlo-koko sikré.

Ou ka gouté nannan a nanm

A lavi !

Lavi fèt pou monté,

Sé lanmou ka ba-w fòs-la !

 

 

Soudain, une luciole

S’élève à l’horizon de ton âme

Et devient aussi grosse

Que la pleine lune.

Et tu t’écries :

Je suis vivant,

Je suis vivant,

Je suis vivant !

Plein d’une force nouvelle,

Tu te relèves.

Ce qui te terrassait te propulse

Vers le firmament.

Nu,

Tu cours

Sous la pluie.

Le Soleil sèche ta peau,

Les éclairs te guident.

Tu suces l’os de la vie,

Tu la bois comme une eau De coco sucrée.

Tu savoures la chair de l’âme

De la vie !

La Vie est une pente à gravir,

L’Amour t’en donne la force !

Zo a mwèl

« Lanmou-lasa ka sousé zo a-w kon zo a mwèl adan soup gras. »

Ou ka pléré, ou ka hélé,

Ou ka soufè !

Pouki ? Pou ki ?

Ès mwen ja voyé wòch an mango a Bondyé ?

Konfèdmanti ni papa, ni manman pa ban mwen malédisyon !

Mwen pa fè pon’on moun mal.

Lè mwen té piti,

Mwen pa té ka roti zandoli.

Mwen kyouyé mèl épi banza,

Mé tout timoun té ka fè sa.

Kon tout tifi é tigason, an jwé

Dòktè, é papa é manman.

Mé tout timoun té ka fè sa.

Mwen pa té plis dyab ki lézòt.

Mwen batizé,

Mwen rènonsé a Satan,

À-ses-pompes-et-à-ses-œuvres.

Pouki ? Pou ki ?

Ou ka pléré, ou ka hélé,

Ou ka soufè !

Gangannét a-w ka monté-désann.

Zyé a-w gran wouvè,

Ou té’é pé di on pèlpet sòti péché.

Dé bwa a-w an kwa,

Ou ka kriyé manman !

Ou ka kriyé Bondyé !

Ou ka mandé pouki lanmou

Ka fè sitèlman mal !

Ou ka mandé poukisa lavi

Ka fè sitèlman mal !

Os à moelle

« Cet amour aspire ta substance comme os à moelle dans soupe grasse. »

Tu pleures, tu hurles,

Tu souffres !

Pourquoi ? Pour quoi ?

Ai-je chapardé les mangues du Seigneur ?

Je n’ai pourtant pas été maudit par mes parents !

Je n’ai fait de mal à personne.

Gamin, je n’ai pas fait rôtir les anolis.

Certes, j’ai tué des merles avec mon lance-pierres,

Comme faisaient tous les enfants.

Comme toutes les filles et les garçons, j’ai joué

Au docteur, et à papa et maman.

Mais tous les enfants le faisaient.

Je n’étais pas plus endiablé que les autres.

J’ai reçu le baptême.

J’ai renoncé à Satan,

À-ses-pompes-et-à-ses-œuvres.

Pourquoi ? Pour quoi ?

Tu pleures, tu hurles,

Tu souffres !

Ta pomme d’Adam tressaute.

Tu ouvres des yeux exorbités,

Véritable poisson-globe frais pêché.

Les bras en croix,

Tu appelles ta mère !

Tu appelles Dieu !

Tu te demandes pourquoi l’amour

Fait tant souffrir ! Pourquoi la vie

Fait tant souffrir !

 

 

Épi on chaplé béni,

Ou ja fè tout priyè :

Je-vous-salue-Marie, Je-crois-en-Dieu,

Notre-Père-qui-êtes-aux-cieux…

Grenn a chaplé-la an men a-w

É ou ka mandé ka sa yé !3

(Padon, Sènyè, pou ensolansté an mwen !)

Soufwans ka fè mwen pèdlakat.

Ranm a kannot-la frakasé

Asi kay-la.

Sé pousa i ka divagé.

Bousòl-la tonbé

An blé a lanmè-la.

Dé zyé an mwen nwè

Kon syèl avan loraj !

Bato-la k’ay koulé.

Bato-la k’ay koulé.

Fè tèt a-w maché !

Fè tèt a-w maché !

Kijan ou pé sousé mwèl a on zo, si ou pa

Kyouyé zannimo-la,

Kòché zannimo-la,

Kuit zannimo-la,

Siyé zo a zannimo-la ?

Kijan ou vlé valé mwèl a zo

A zannimo-la

San fè san a-y koulé ?

Soufwans nésésè.

I ka wouvè chimen,

Si ou chèché Konpwann

Sans a-y.

Fò lavi sousé zo a-w,

Pou ou sousé zo a lavi.

 

 

Avec un chapelet bénit,

Tu as égrené toutes les prières :

Je-vous-salue-Marie, Je-crois-en-Dieu,

Notre-Père-qui-êtes-aux-cieux…

Les graines du chapelet en main,

Tu t’interroges encore sur le sexe des anges.

(Pardon, Seigneur, pour mon impertinence !)

La souffrance me fait perdre le Nord.

Je dérive,

Car les rames de ma barque

Se sont brisées contre la barrière

De corail.

Ma boussole a été engloutie

Dans le bleu de l’océan.

Mes deux yeux s’assombrissent

En ciel d’avant-orage !

Le bateau va couler.

Le bateau va couler.

Réfléchis !

Réfléchis !

Comment aspirer

La moelle d’un os,

Sans tuer l’animal,

Sans l’écorcher,

Sans le cuire,

Sans lui scier l’os ?

Comment avaler sa moelle