//img.uscri.be/pth/db24c00d54c756f151d00f0c8931bc92e6b92474
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

Le Ciel, dans le fond de mes yeux

De
86 pages

Jeannine Biehler offre un recueil de poésie et de prose poétique dans lequel elle déploie toute sa liberté créatrice. À l'écoute du monde et des êtres qui l'entourent, elle ne fait qu'un avec le décor environnant dont elle détaille les innombrables beautés. Elle puise son inspiration dans l'harmonie de la nature, s'émerveillant des splendeurs de son spectacle sans cesse renouvelé. Le regard aussi bien tourné vers l'immensité du ciel étoilé que vers la végétation luxuriante à portée de main, elle se ressource « au creux de la chanson terrestre ». Avec une grande inventivité, elle s'aventure dans des contrées inexplorées du langage et de l'imaginaire. Ses poèmes sont une invitation au voyage en terres lointaines, dans la blancheur du Nord ou sous un soleil de plomb. En quête d'épanouissement, elle aspire à davantage de générosité et déplore le fracas du monde contemporain. De superbes photographies en couleur de paysages de mer ou de montagne viennent illustrer ses textes.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-20318-0

 

© Edilivre, 2016

Du même auteur

Du même auteur :

– La parole des mots – Éditions Edilivre (2015)

– De rives en dérives– Éditions Edilivre (2014)

 Saisons d’aimer– Éditions Edilivre (2013)

 La caresse d’un rêve(2012) Réédition en 2013 par les Éditions Edilivre

 Reflets d’encre(2011) Réédition en 2013 par les Éditions Edilivre

 Mots avec vue sur vers(2010) Réédition en 2013 par les Éditions Edilivre

 À Fleur de mots– Poèmes Choisis (2009) Autoédition (Épuisé)

Jardin Secret(2008) Autoédition (Épuisé)

Si j’étais…(2007) Autoédition (Épuisé)

 Par mots et par rimes(2006) Autoédition (Épuisé)

– Illustrations de Jeannine Biehler

Site Web : www.jbpoesie.com

Dédicace

 

« Dédicace particulière à celle ou celui qui viendra en ces matins aux ciels teintés d’espérance. »

Avant-lire

Dans mon ciel, il y a des nuages blancs aussi doux que le chant aérien de ma poésie, celle qui n’est pas écrite dans le vide du cœur, mais celle qui flamboie au soleil des mots partagés.

Il y a mes pensées aux reflets d’eau de pluie, celles qui sont attendries par une promesse qui passe, celles appelant un nouvel essor, celles puisées à la source du sang des êtres.

Il y a le temps qui avance sur les chemins de gloire.

Il y a aussi de roses matins posés sur la page du poème et qui fleurent les arômes acidulés de mon esprit sans cesse en mouvement, sans cesse à l’affût des bruits du monde.

Nul ne peut m’empêcher d’aller toujours plus loin, par-delà l’heure exquise de l’imaginaire.

Dans mon ciel, il y a tes yeux penchés sur mes poèmes et, au travers de la page, je te tends la main afin que tu me rejoignes dans cet instant d’ici. Bienvenue à toi, je suis diseuse de Vie et d’Amour.

images/image001.jpg

« Le ciel s’habille d’or pur »

Le ciel, dans le fond de mes yeux

Le ciel, dans le fond de mes yeux

Voyage sur les heures limpides

Se mariant aux plis d’oiseaux

Posés à la pointe extrême de mes cils.

La porte des étoiles s’ouvre et se ferme

En clignement de paupières effarouchées

Entre la cambrure des sourcils

Et la transparence de l’iris.

Le ciel, dans le fond de mes yeux

Pleure les rires et les écueils

Que la marée enroule de flux en reflux

Sur les rives roses de mes joues.

La pupille n’a pas d’âge

Elle change de paysage et d’humeur

La nuit éteint les scintillements d’infinitude

Lorsque l’œil se terre entre rêve et sommeil.

Le ciel, dans le fond de mes yeux

Habille le jardin de l’espérance

De la lueur éclatante de promesses

D’une vie qui s’écoule entre désir et attente.

D’aventure en aventure

Mon regard avance sur les amandes mûres

Jusqu’au seuil du tourbillon attendri

Par la caresse limpide des lointaines terres.

Le ciel, dans le fond de mes yeux

Écrira l’heure qui naît dans les silences bleus

Lorsque l’aveugle ira puiser

Au tréfonds de ma rétine

Mon dernier sourire et mes derniers nuages.

Nouvel essor

Un nouvel essor éclaircit l’horizon

Et sur l’arête des cimes

La présence du ciel ébruite sa floraison

Révèle l’éclat d’éphèbe de l’aube.

Mon pas s’égosille sur les pierres du chemin

S’émeut des souches d’arbres nouées au temps

Comme ces serpents abandonnant leur mue

En brisant leurs entraves pantelantes d’usure.

Je peux à présent déposer mon pied

Sur l’espace purifié des nuages

En soulevant le ciel jusqu’à la source claire

Des rosées matinales qui lavent les ombres.

Debout face à l’immensité transparente

Je me fraye un passage pour aller vers moi-même

Pour écouter la voix permanente et bleutée

S’allongeant sur la lande à l’encolure de brume.

Les pierres s’enroulent sous la menthe poivrée

Le sillon de fraîcheur épure la terre

Froisse ma peau d’âme mûrie à cœur

Pour éclore au règne éclatant de l’amour.

J’apprivoise le vent aux naseaux indociles

Qui se désaltère au courant d’écume vaporeuse.

J’implore la musique de l’onde libérée

Par l’heure ronde et lustrée d’enfance.

Un...