Les décalages contraires

-

Livres
148 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Résumé
Au bout du voyage, il y a l’Autre, quelques décalages à rattraper, des contraires à dénouer. Enivrée par une urgence tranquille, Mylène Bouchard fait l’éloge de la légèreté, de la solitude et de l’amour. La poésie mesure l’écart entre les êtres qui s’éloignent ou se rapprochent, se manquent ou se rencontrent.
Extrait
Comme des enfants
Ils ont joué dans les rideaux
Il n’y avait plus qu’eux
Et leur théâtre muet
Point de vue de l'auteure
Pour l’auteure Mylène Bouchard
Je suis une femme aujourd’hui, je me bats ; je suis écrivaine, éditrice et féministe. Il faut aimer les femmes, les aimer plus fort, toujours davantage. Le monde est violent pour les femmes. Encore.
Je suis une intellectuelle. Écrire me demande énormément de réflexion. Je suis une créatrice d’aujourd’hui et de demain, je cherche les questions d’aujourd’hui et de demain. Je veux créer une profondeur de champ. Seules les questions importent.
J’écris pour pacifier le monde, pour abolir la violence.
J’écris parce que je ne peux tolérer la violence.
L’auteure
Née en 1978 au Lac-Saint-Jean, Mylène Bouchard est écrivaine et éditrice. Ses écrits se consacrent à une réflexion sur les amours bonnes, remettent en question les modèles de pensée dominante, proposent de voir plus loin, invitent à affronter le monde, réinventent le risque et l’aventure de la vie. Elle a publié à la Peuplade les romans Ma guerre sera avec toi (2006) et La garçonnière (2009 ; 2013), le recueil de fictions Ciel mon mari (2013), ainsi que l’essai Faire l’amour : Shakespeare, Tolstoï et Kundera (Nota Bene, 2014). Son plus récent roman L’imparfaite amitié (La Peuplade, 2017), présente une vision plurielle des relations humaines, sise entre le désir et la consommation, l’intimité et la résistance. Elle a été finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général et a reçu le prix Joseph-S.-Stauffer.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 septembre 2019
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782897126407
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

À Joséphine qui a ditTOUR DU MONDE
PROLOGUE
Voyager ? Pour voyager il suffit d’exister.
Fernando Pessoa
La poésie est à l’existence ce que l’intensité est au voyage. À mes yeux, le poète et le
voyageur partagent un mode d’être-dans-le-monde qui se ressemble : tous les deux
assurent une présence véritable, pour leur survie. Portés par une inlassable inspiration,
ils s’engagent pour capter, lire, sentir, mesurer, traduire le monde. Je suis de ces
poètes voyageuses, toujours en état d’éveil, alerte dans la création. Je suis de ces
voyageuses poètes, je m’attache aux gens et je fais de cette tendresse le sens qui
nourrit les rencontres.
Avant le voyage, très tôt dans ma vie il y a eu la poésie. La poésie comme une
façon de voir la vie, de la décomposer en images, de l’approfondir. La poésie pour
améliorer et tolérer la matérialité des choses. Je tendais à rêver. Je voulais faire le tour
du monde.
Pour moi, voyager, c’est sentir. Écrire, c’est se taire.
La poésie est un art composé de silences, où l’on dit beaucoup avec du blanc.
Les décalages contraires est un projet d’écriture qui m’a surprise dans le détour
d’un voyage. Je n’avais jamais projeté entre deux romans écrire un livre de poésie.
L’étonnement passé, j’ai laissé libre cours au livre. De toute manière, je n’aurais pu
l’arrêter. C’était comme si une digue s’était rompue.
J’ai aimé me taire dans la poésie.
Les décalages contraires a pris la forme d’incantations libératrices. Se sont
dessinés des reliefs de temps, d’amour, de parole et d’intranquillité. Le temps
indispensable au voyage ; l’amour au centre de tout. Grâce à l’amour, je me sens
résistante, bienveillante, vigilante. L’amour me permet de tenir devant la violence et de
lutter sans fuir. L’amour, c’est aussi l’ouverture, le jeu, le risque. C’est la plus grande
aventure qui soit.
Au gré d’images contrastées et de planètes décalées, on fera ensemble le tour du
monde.
Il y aura un début au voyage.
Il y aura les décalages, il y aura les contraires. Puis, nos origines, nos trajectoires,
nos destinations, nos dérapages.
On prendra le pouls de l’amour, on cherchera comment se rejoindre dans la
différence, où que ce soit, pourvu qu’on y arrive à temps.
Mylène BouchardComment aimer
Décalée
Dans la fin contraire
À tout ce que j’imagineJE ME HÂTERAI DE NE PAS TE VOIRJe me presse dans le pré dupe l’élan
J’ai vu percer
Ta voix dans la brume aiguë
Derrière la porte