Lucrèce

-

Livres
236 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce volume 59 contient l'oeuvre de Lucrèce, De la Nature des Choses, dans une traduction en vers, par André Lefèvre (1876)


Lucrèce (en latin Titus Lucretius Carus) est un poète philosophe latin du Ier siècle av. J.-C. (peut-être 98-55), auteur d'un seul livre inachevé, le De rerum natura (De la nature des choses, qu’on traduit le plus souvent par De la nature), un long poème passionné qui décrit le monde selon les principes d'Épicure. C’est essentiellement grâce à lui que nous connaissons l'une des plus importantes écoles philosophiques de l'Antiquité, l'épicurisme, car des ouvrages d’Épicure, qui fut beaucoup lu et célébré dans toute l’Antiquité tardive, il ne reste pratiquement rien, sauf trois lettres et quelques sentences. (Wikip.)


TABLE DES MATIERES


PRÉFACE
I
II
LIVRE PREMIER L’UNIVERS ET LES SYSTÈMES
LIVRE DEUXIÈME LES ATOMES
LIVRE TROISIÈME L’ÂME ET LA MORT
LIVRE QUATRIÈME LES SENS ET L’AMOUR
LIVRE CINQUIÈME LE MONDE, LA TERRE ET L’HOMME
LIVRE SIXIÈME LES MÉTÉORES ET LA MALADIE
APPENDICE


Les livrels de lci-eBooks sont des compilations d’œuvres appartenant au domaine public : les textes d’un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 53
EAN13 9782918042419
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LUCRÈCE DELANATUREDESCHOSESLCI/59 L e slci-eBooks sont des compilations d’œuvres appartenant au doma ine public. Les textes d’un même auteur sont regroupés dans un volu me numérique à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur.
MENTIONS © 2014-2017 lci-eBooks, pour ce livre numérique, à l’exclusion du contenu appartenant au domaine public ou placé sous licence libre.
ISBN : 978-2-918042-41-9
Un identifiant ISBN unique est assigné à toutes les versions dudit eBook pour le format epub comme mobi. Conditions d’utilisation: Cet eBook est proposé à la vente dans les pays suivants : pays membres de l’Union Européenne, Grande-Bretagne, Suisse, Norvège, Canada, Brésil, Japon. Si vous êtes un acheteur de cet eBook ou d’une version précédente de cet eBook et que vous résidez actuellement dans un des pays susmentionnés, vous pouvez utiliser ledit eBook. Si vous êtes un acheteur de cet eBook ou d’une version précédente de cet eBook mais que vous ne résidez pas actuellement dans un desdits pays, vous devez vous assurer, avant d’utiliser ledit eBook, que toutes les parties de celui-ci relevant du domaine public dans lesdits pays relèvent aussi du domaine public dans votre actuel pays de résidence. On trouvera des informations dans ce sens danscette rubrique du site.
VERSION Version de cet ebook : 1.4 (12/12/2017),1.3 (04/03/2017),1.2 (08/04/2015),1.1 (12/03/2015) Leslci-eBookspeuvent bénéficier de mises à jour. Pour détermine r si cette version est la dernière, on consultera lecatalogue actualisé sur le site. La déclinaison de version.n (décimale) correspond à des corrections d’erreurs et/ou de formatage. La déclinaison de versionsn (entière) correspond à un ajout de matière complété éventuellement de corrections.
SOURCES – Texte :Wikisource. – Couverture : Wenceslaus Hollar.Lucretius translated by J. Evelyn. State 2 or 3. Thomas Fisher Rare Book Library. Wenceslas Hollar D igital Collection. University of Toronto. Wikimedia Commons. – Page de Titre : Michael Burghers.T. Lucretius Carus, Of the Nature of Things, Thomas Creech, deuxième et troisième éditions, Oxfo rd and London 1682–3 Reproduit par John Digby, 2 vols., London 1714. Google Books. Wikimedia Commons. Si vous estimez qu'un contenu quelconque (texte ou image) de ce livre numérique n'a pas le droit de s'y trouver, veuillez le signaler à traversce formulaire.
I II
TABLE DES MATIÈRES
TITUS LUCRETIUS CARUS ( -94 – -54)
PRÉFACE
LIVRE PREMIER
L’UNIVERS ET LES SYSTÈMES
Invocation à Vénus et dédicace à Memmius, v. 1-70. — Éloge d’Épicure, v. 70-90. — Crimes conseillés par les religions, sacrifice d’Iphigénie. v. 90-115. — Dangers des fictions ; incertitude de la vie future. La science, unique sauvegarde contre les terreur
LIVRE DEUXIÈME LES ATOMES
La sérénité épicurienne, v. 1-66. — Permanence, mobilité, combinaisons des atomes, v. 67-120. — Les atomes comparés à la poussière qui s’agite dans un rayon de soleil, v. 121-173. — L’imperfection de l’ordre universel exclut toute idée d’intervention divin
LIVRE TROISIÈME
L’ÂME ET LA MORT
Éloge d’Épicure. Exposition : maux qu’entraînent l’ignorance de la nature de l’âme et la crainte de la mort, v. 1-99. — L’âme et l’esprit, ou raison, sont des parties du corps, de structure analogue. L’esprit siège dans la poitrine ; l’âme, qui lui obéit,
LIVRE QUATRIÈME
LES SENS ET L’AMOUR
Des simulacres, décalques fidèles échappés du contour des corps, pareils à de minces pellicules, voltigent dans l’air comme la fumée, comme la couleur diffuse des voiles de théâtre, et viennent frapper les sens, v. 27-131. — Il existe aussi des simulacres
LIVRE CINQUIÈME
LE MONDE, LA TERRE ET L’HOMME
Hymne à Épicure, v. 1-80. — Le monde a commencé, il doit finir, v. 81-120. — Le monde n’est ni l’œuvre ni le séjour des dieux; les imperfections des choses, les souffrances de l’homme écartent l’hypothèse d’une intervention divine, v. 121-255. — La déperdi
LIVRE SIXIÈME
LES MÉTÉORES ET LA MALADIE
Éloge de la morale d’Épicure. Exposition. Influence superstitieuse des météores, v. 1-101. — Description et explication des orages, de la foudre et des trombes. Ce ne sont pas les dieux qui tonnent, 102-464. — Formation des nuages, v. 465-507. — Cause des
APPENDICE
PAGINATION
Ce volume contient 87 378 mots et 304 pages
01.PRÉFACE36 pages 02.LIVRE PREMIER L’UNIVERS ET LES SYSTÈMES34 pages 03.LES ATOMESLIVRE DEUXIÈME 35 pages 04.LIVRE TROISIÈME L’ÂME ET LA MORT34 pages 05.LIVRE QUATRIÈME LES SENS ET L’AMOUR40 pages 06.LA TERRE ET L’HOMMELE MONDE, LIVRE CINQUIÈME 45 pages 07.LES MÉTÉORES ET LA MALADIELIVRE SIXIÈME 39 pages
DE LA NATURE DES CHOSES
Traduction par André Lefèvre (1876). Société d’éditions littéraires, 1899.
PR É F A C E
LUCRÈCE (TITUS LUCRETIUS CARUS) ET LE POËME DE LA NATURE DES CHOSES (DE RERUM NATURA)
36 pages
________ La renaissance de la philosophie expérimentale fait de Lucrèce un contemporain. Il semble que l’antique poète de la nature, longtemps retiré dans sa gloire solitaire, en dehors et au-dessus d’un monde livré aux fureurs du mysticisme, aux stériles querelles de la scolastique, aux froides rêveries de la métap hysique, redescende enfin parmi nous, pour s’associer au triomphe définitif de la s cience. Et voyez, c’est à qui ne sera pas le dernier à salu er le retour du philosophe. Les traductions et les commentaires se succèdent. Hier, M. Sully-Prudhomme esquissait d’une plume facile, une interprétation en vers du p remier livre, ajoutant à son essai une dissertation plus sincère que précise, sorte de déc laration de neutralité entre la métaphysique et la méthode expérimentale. Après lui , M. Ernest Lavigne nous offrait, en prose, une version très littéralement exacte, pr écédée d’un fort bon travail sur la Physique de Lucrèce. Entre deux, si nous ne nous tr ompons, Pongerville rééditait son Lucrèce académique, trait d’audace qu’on eût admiré sans doute, s’il ne s’était trouvé presque aussitôt dépassé. Croirait-on que l’Univers ité,alma mater, s’est décidée à mettre entre les mains de ses tendres nourrissons d es morceaux choisis duDe Natura? Peut-être pour les préparer aux cours de M. Mart ha et leur faire mieux goûter son intéressant volume,Le poëme de Lucrèce, hommage d’autant plus précieux qu’il émane d’un adversaire. Après la Sorbonne,la Revue des Deux Mondes, puis l’Académie française. Il a été donné aux quarante i mmortels de voir Lucrèce traité de haut par l’incompétence de M. Marmier, et corrigé, oui corrigé, avec une indulgence dont il ne se soucie guère, par le bon ton de M. Cu villier-Fleury. Enfin la Revue de MM. Littré et Wyrouboff,la Philosophie positive, publie depuis deux ans, des fragments étendus d’une traduction complète, en vers, œuvre d e dix années, celle-là même qui est aujourd’hui soumise au jugement des lettrés. Ainsi donc, admis dans les collèges, reçu avec fave ur à la Sorbonne, critiqué à l’Académie, Lucrèce est désormais un classique. Il est vrai qu’il n’a jamais cessé de l’être pour les amis de la grande poésie et pour le s esprits émancipés. Mais tout ce mouvement qui se produit autour de son nom n’est-il pas un signe des temps ? De là, en tout cas, l’opportunité d’une étude où seront ré sumés quelques renseignements biographiques, trop peu nombreux, et les principaux traits d’une grande doctrine, dont Lucrèce a été, dans l’antiquité, le plus éloquent i nterprète.
I