Ô vous qui dormez dans les étoiles enchaînés

Ô vous qui dormez dans les étoiles enchaînés

-

Livres
64 pages

Description

Illustré de dessins de Gianni Burattoni, ce recueil de poèmes se révèle comme une suite de variations sur l’alexandrin. Composé de trois mouvements, il s’ouvre sur l’Éloge funèbre de Jean-Louis Martinoty, visite Le pays des ombres puis se termine sur un ensemble inspiré par les Tableaux d’une exposition de Moussorgski.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 12 octobre 2017
Nombre de lectures 8
EAN13 9782072732478
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
JEAN RISTAT
Ô VOUS QUI DORMEZ DANS LES ÉTOILES ENCHAÎNÉS ACCOMPAGNÉ DE DESSINS ORIGINAUX DE GIANNI BURATTONI
G A L L I M A RD
I
ÉLOGE FUNÈBRE DE MONSIEUR MARTINOTY
I
Te voici donc monsieur emporté sous nos yeux Par l’armée des ombres en un éclair qui s’enflamme Et passe avant de rendre à la nuit sa guenille Te voici théâtre Ô théâtre de la mort Avec ton cortège de figurants sourds et Muets l’orchestre des oiseaux soudain s’est tu L’acteur a oublié son texte le souffleur Quitté sa cave il n’y aura pas de reprise D’où vient-il Le vent enfourné dans ta bouche comme un poing Et ton corps livré aux chiens masqués des ténèbres Maintenant Te voici empire du silence
*
Ah j’ai vu une ombre qui portait sur sa bosse Un homme comme un fagot de bois et le feu A l’odeur du sang lorsqu’il déchire les arbres Ne demandaient qu’à fleurir une fois encore
*
Faut-il qu’il m’en souvienne des temps heureux nous Nous croyions immortels et comme persée armés Du bouclier de la jeunesse nous pouvions Trancher la tête de méduse en chantant un Air d’opéra
C’était dans les îles là-bas où l’on regarde Le ciel obscur dans un miroir comme une lettre Cryptée pour en déchiffrer l’énigme appelle T-on cela une vie et sur le sable la Mer efface le dessin d’un rêve aussi Tôt que tracé c’était dans l’envers du monde et La lune sous le bras tu marchais au milieu Des dieux en exil à pâques il n’y aura pas De résurrection
*
*
Comme tu aimais les vagues lorsqu’elles font Le bruit d’un livre qu’on feuillette et nous racontent L’histoire du ciel amoureux de la terre
*
Comment en pleine course encore cet effréné Désir de vivre désormais rendu à la Nuit immobile et lourde ah je n’accuserai Ni les dieux ni les hommes je n’ai rien à dire Que les larmes et sur la tête du dormeur l’ogre A posé sa patte griffue comme un rêve d’éternité Nul n’échappe à la froide nécessité
*
Ô vous qui dormez dans les étoiles enchaînés Ombres ombres aimées que me voulez-vous Je marche parmi les ruines et je cherche encore Au ciel la lumière dans la nuit une poche Vide Pourtant
5, rue Gaston-Gallimard, 75328 Paris cedex 07 www.gallimard.fr ©Éditions Gallimard, 2017.
DU MÊME AUTEUR
Aux Éditions Gallimard DU COUP D’ÉTAT EN LITTÉRATURE SUIVI D’EXEMPLES TIRÉS DE LA BIBLE ET
DES AUTEURS ANCIENS, 1970.
LE FIL(S) PERDUsuivi deLE LIT DE NICOLAS BOILEAU ET DE JULES VERNE.
Postface de Louis Aragon.
QUI SONT LES CONTEMPORAINS, tome I, 1975.
LORD B. Roman par lettres avec conversations, 1977.
ODE POUR HÂTER LA VENUE DU PRINTEMPS, 1978.
LA PERRUQUE DU VIEUX LÉNINE. Tragi-comédie, 1980.
L’ENTRÉE DANS LA BAIE ET LA PRISE DE LA VILLE DE RIO DE JANEIRO EN
1711.Avec six dessins originaux d’André Masson et un dialogue avec Roland
Barthes: L’Inconnu n’est pas le « n’importe quoi », 1980.
TOMBEAU DE MONSIEUR ARAGON, 1983.
LE NAUFRAGE DE MÉDUSE. Comédie héroïque, 1986.
L’HÉCATOMBE À PYTHAGORE. Poème de circonstance en quatre actes écrit pour
célébrer la fondation de la République française, 1991.
LE PARLEMENT D’AMOUR. Éloge de M. Burattoni assis sur le tombeau de Virgile et
dessinant, 1993.
LE DÉROULÉ CYCLISTE, 1996.
ALBUM ARAGON. Iconographie commentée, coll. Albums de la Pléiade, 1997.
ARAGON. « Commencez par me lire ! », coll. Découvertes Gallimard, 1997.
N Y MECCANO, 2001.
AVEC ARAGON (1970-1982). Entretiens avec Francis Crémieux.Avertissement de
l’auteur, 2003.
LE VOYAGE À JUPITER ET AU-DELÀ. PEUT-ÊTRE, 2006.
ARTÉMIS CHASSE À COURRE LE SANGLIER, LE CERF ET LE LOUP, 2007.
ODE POUR HÂTER LA VENUE DU PRINTEMPSsuivi deTOMBEAU DE
MONSIEUR ARAGON, LE PARLEMENT D’AMOUR, LA MORT DE L’AIMÉ.
Préface d’Omar Berrada, coll. Poésie / Gallimard, 2008.
LE THÉÂTRE DU CIEL. Une lecture de Rimbaud, 2009.
ŒUVRES POSTHUMES, tome II, 2015.
QUI SONT LES CONTEMPORAINS, tome II, 2017.
Chez d’autres éditeurs LA MORT DE L’AIMÉ. Tombeau,Éditions Stock, 1998.
SUR HENRI MATISSE. Entretiens avec Aragon,Éditions Stock, 1999.
OLIVIER DEBRÉ. Le théâtre de la peinture,Fragments Éditions, 2000.
ARAGON, L’HOMME AU GANT. Conférence prononcée à la Bibliothèque nationale
de France le 6 décembre 2002,Le Temps des cerises, 2003.