//img.uscri.be/pth/8a19abd849b7ee75d92e13f362adaeb1a073b9c7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

PAROLES, EN CE PAYS MUET

De
83 pages
Cet ouvrage est avant tout un ouvrage de réflexions. Les principaux thèmes -à savoir, la lumière, le cri, le corps et l'autre, l'amour, le silence, le langage, le poète et la mort- sont chevillés par les mots à un ensemble extrêmement bien structuré, lequel s'apparente plus à une dialectique qu'à un système clos.
Patrick RAVEAU est l'auteur de nombreuses nouvelles, de poèmes, d'articles et d'essais sur l'imaginaire et la poésie, ainsi que de courts romans de fiction. Il enseigne actuellement la philosophie en région parisienne.
Voir plus Voir moins

PAROLES, EN CE PAYS MUET

Du tnêtne auteur

Ciel Ouvert: Editions" La vague à l'âme. " 1991
D'encre blanche: Prix Sépia. 1991 (préface de Paule Brindeau)

D'Avant lafracture. Editions "La Bartavelle". 1994 (préface de Laurent Desvoux)
Second versant de la lumière. Prix Georges 1995 (préface de Serge Brindeau) Perros

Fragments d'une folie. Editions" 1999 (préface d'André Smichtz)

La Bartavelle"

Patrick RAVEAU

PAROLES, EN CE PAYS MUET

PoèOles
Préface de Daniel Leduc

L'Harmattan

Collection Poètes des Cinq Continents dirigée par Maguy Albet, Geneviève Clancy, Léopold Congo Mbemba et Emmanuelle Moysan

La collection Poètes des Cinq Continents non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d'ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an.

Dernières parutions

290 - Anne de COMMINES, L 'Anabsence ou la Neige de soi.
291

-

Patrick Berta FORGAS, Le secret des secrets.

292 293 294 295 296

- Chekib ABDESSALAM, Bleuir les doigts du monde. - Raphaël HEYER, Vol de Feu - Kamal Ben Hameda, Fragments de lettre à un habitant du centre. - Cécile ELEOUT, L'être à l'autre. - Marianne AURICOSTE, Lettre de Beauce, suivi de Conversation dans le noir. 297 - Mahamoud M'SAIDIE, Le Mur du calvaire.

La lumière ne peut dormir si elle n'est habillée de ténèbres. Adonis. Célébrations.

N OtiS sommes faits d'humus et de passions de sève puisée dans le tombeau de la lumière Serge Brindeau. Soleil en biais.

A mes parents.

@

L'Harmattan,

2001

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Inc. 55, rue Saint-Jacques, Montréal Canada H2Y 1K9 L'Harmattan, Italia s.r.l. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-1137-5 (Qc)

PREFACE

Cet ouvrage est avant tout un champ magnétique de réflexions: non seulement les monèmes et phonèmes s'attirent les uns les autres, mais surtout les concepts gravitent entre eux dans une danse d'attraction et d'opposition, de flux et de reflux qui conduit la pensée à une interrogation permanente, phénoménologique. Les principaux thèmes - à savoir, la lumière,le cri, le corpset l'autre, l'amour, le silence,le langage,le poète, et la mort - sont chevillés par les mots à un ensemble extrêmement bien structuré, lequel s'apparente plus à une dialectique qu'à un système clos. Ainsi: La lunJière. Elle porte en elle son propre mystère. Passe-partout qui permet d'ouvrir d'innombrables serrures, elle donne accès à des univers invisibles et/ou inexplorés. La lumière intérieure est aussi bien révélatrice de l'être que "feu souterrain" qui entretient les ombres portées en soi. La lumière nous dévoile le monde tout en le cachant, elle nous éclaire tout en nous obscurcissant (c'est dire que la connaissance est bien la somme et la soustraction de toutes les ignorances). Eclairant aussi le passé, cette "lumière hiéroglyphe" va chercher sous les cendres l'origine de l'étincelle, de la parole et du

feu. Mais, où la lumière prend-elle source? Peutêtre en nous, ou bien en chaque point de l'espace, dans un rapport quantique au temps. Aussi la lumière est-elle partout et, en même temps, en un seul lieu - ce lieuque les surréalistes nommaient "point sublime" ou "point suprême". On aura compris que dans ces pages, la lumière est tout à
la fois symbole et énergie quantifiable

-

philosophie et science se rejoignant pour soumettre à la question. Il ressort que l'Homme, pour avoir accès à ce qui l'entoure bien au-delà de tout horizon, doit s'arracher à lui-même, en extirpant le feu qui l'habite afin de le propulser vers tout ce qui prend forme, telle visage, et qui n'est qu'illusoire, mouvances, fuites incessantes, tangage, aveuglement. C'est par cette" marche oscillante" à travers "une foule croissante de mondes, de points de vue et d'hypothèses" que nous pouvons percer les infinies richesses et complexités de ce que, par ignorance, nous nommons j'univers. Le cri. Il exprime cette animalité,trop souvent
niée ou dépréciée, qui est la nôtre

-

cette

meilleure part de nous-même, puisque la plus authentique. Il exprime la pulsion dans sa valeur d'élan, d'immanence et de transcendance mêlées. Lorsque deux corps s'unissent, le cri devient le contre-ut d'un chant ancestral qui nous relie à la terre et au ciel dans ce qu'il a d'étoilé et 8