Passerelles

Passerelles

-

Livres
76 pages

Description

Volet littéraire de l’ensemble livre / cd audio. Regroupe les poèmes de l’auteur dans ce concept. Voyez ces paroles s’envoler de la bouche aux oreilles. Sensible au monde du handicap, l’auteur a voulu établir des « passerelles » pour mettre son art poétique à la portée de tous. Vous pourrez cheminer entre des odes à la nature et des plaidoyers à savourer les petits et grands bonheurs de la vie.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 mars 2018
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9782414216024
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composé par Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-414-21600-0
© Edilivre, 2018
Avant-sons
CD et Livre pour être des passerelles entre l’écrit et l’oral pour permettre aux aveugles et mal voyants d’entendre la musicalité du livre et aux sourds d’aborder l’écrit ! Passerelles aussi entre des ami(e) s artistes qui o nt jalonné mon parcours artistique.
Vingt poèmes de mon cru, un de celui qui m’a montré la voie, Thierry Schmaltz. Un texte et une chanson de Christelle Grün, la fille du Baccalauréat… Sur le CD, une œuvre d’Hervé Sidot, ami d’enfance, et fils du maître d’école du poème. Ces deux œuvres, l’une sonore et l’autre littéraire font suite à l’enregistrement de mon recueil « âmes amies » par l’association « La v oix des livres » à Illange. Cet enregistrement m’a donné l’idée de mettre ma voix s ur mes poèmes. Habillés musicalement par Norbert Bastian dans son studio Crazy Sound à Biding, cela a été un plaisir de travailler avec lui pour donner du relie f aux poèmes.
Christelle Grün m’a fait l’honneur d’intégrer un de ses titres « Danse subtile » sur l’album.
Bonne lecture, bonne écoute, bonheurs partagés. L’auteur Denis Koch
1 Ala naissance
A la naissance, Nous sommes séparés Pour une question d’anatomie De la moitié de l’humanité. A la naissance, Déjà, dans certains pays, On choisit le mari. Et certains voient la naissance D’une fille comme une infamie Plutôt qu’une bénédiction A renouveler les générations. A la naissance, A cause de quelques centimètres carrés De différence Qui s’amplifie au milieu de l’existence, Cette séparation, comme une dualité, Nous conduit toute la vie : Comme d’être toujours de l’autre côté De la balançoire, Du rang, du lit, Des latrines, ou du dortoir.
Dés la naissance, Nos parents, sans des autres se démarquer, Teintent de rose ou de bleu, Des garçons ou des filles, Du bout des pieds aux cheveux, Toutes leurs activités : Des habits aux chambres à coucher, Des loisirs, jeux et jouets, Les enfants sont toujours séparés Durant toute leur enfance.
Après l’enfance, Encore plus séparés, différenciés, Jamais nous ne traversons Le tain du miroir Pour savoir Ce que sont Les vies de nos autres contemporains Qui nous ressemblent Mais avec autant de particularités Dans nos corps et personnalités.
A l’adolescence, Chacun se démarque Et trouve son identité, Dans l’image que l’on remarque Changée dans le miroir Qui nous donne un autre teint Mais c’est toujours d’un seul côté Que penche notre personnalité. Et sans vraiment le vouloir, Nous ne pouvons rien y changer : La différence devient ambivalence Et la différence devient une attirance.
Adulte, Pourquoi ne trouve-t-on Dans le sexe opposé Autant de sentiments Et si peu d’amitiés ? Pourquoi donne-t-on Autant d’importance A l’extérieur, à l’apparence ? Sans se soucier vraiment De ce que l’autre pense ? Et l’on s’interroge encore
Sur la différence de nos corps, Sans chercher à déballer Qu’avec nos cœurs et nos esprits Tout ce qui en fait la différence ?
Adulte, Faut-il toujours vouloir toucher Avec nos yeux et nos mains Quand nos apparences Deviennent des appâts d’attirance Et nos corps comme des outils Qui nous...