Perle-Mêle

-

Livres
112 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce second recueil de Richard Monette (agrémenté/commenté de photos) nous ramène très proche de la nature, de ses fluxions, de ses orages, de ses atermoiements, de ses consentements. Les poèmes seront par moments entrecoupés de courtes narrations évocatrices en prose, fraîches, humaines, légères-mais-denses, riches de cette unique aptitude à l’encapsulement durable de la chose enfantine si caractéristique de Monette.
Dans les poèmes eux-mêmes se mirent l’incisif et l’insidieux, le décisif et le décati. Ils sont parfois coupants, parfois langoureux, toujours inévitables dans leur extra nécessité ordinaire. Le mot continue d’y surparler en se laissant raboter une carapace qui éclate en tessons. Le mot assume son jeu-de… et les calendes bourrent. Elles bourrent les urnes de ce temps qui perpétue son bruit de scie en redisant que ce qui est radical rejoint toujours ce qui est durable.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 octobre 2014
Nombre de visites sur la page 35
EAN13 9782923916859
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0026 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
PERLE-MÊLE (lettre tant)
RICHARD MONETTE
© ÉLP éditeur, 2014 www.elpediteur.com elpediteur@yahoo.ca
ISBN 978-2-923916-85-9
Conception de la couverture :
Marquita Thériault d’après une photo de famille Monette
Polices libres de droit utilisées pour la composition de ce billet : Linux Libertine et Libération Sans
Avis de l’éditeur
Cet ouvrage d’ÉLP éditeur est pourvu d’un dispositif de pro-tection par filigrane appelé aussi tatouage (watermark en anglais) et, par conséquent, n’est pas verrouillé par un DRM (Digital Right Management), soit le verrou de protection nécessitant l’ouverture d’un compte Adobe. Cela signifie que vous en êtes le propriétaire et que vous pouvez en disposer sans limite de temps ou sur autant d’appareils (liseuses, tablettes, smartphones) que vous voulez.
Cet ouvrage s’avère néanmoins protégé par le droit d’auteur ; en l’achetant, vous vous engagez à le considérer comme un objet unique destiné à votre usage personnel et à ne pas le diffuser sur les réseaux sociaux ou les sites d’échange de fichiers. Veuillez prendre note que cet avis ne s’applique pas si vous vous procurez cet ouvrage dans un écosystème fermé comme celui du Kindle d’Amazon ou de Kobo.
ÉLP éditeur est une maison d’édition 100% numérique fon-dée au printemps 2010. Immatriculée au Québec (Canada), ÉLP a toutefois une vocation transatlantique : ses auteurs comme les membres de son comité éditorial proviennent de toute la Francophonie. Pour toute question ou commentaire concernant cet ouvrage, n’hésitez pas à écrire à : elpedi-teur@yahoo.ca
À ma grande sœur à doigts de méandres à cœur d’univers à perles d’yeux
Préface
Je pratique l’écriture à loisir et il faut entendre ici que je ne suis pas écrivain. Ce métier d’art ne paie pas mes fac-tures. C’est plutôt moi qui ouvre les cordons de la bourse pour écrire et m’y amuser. J’ai donc ce loisir d’écrire.
Il y a là cette forme de liberté et d’indépendance qui se délie de la performance économique offrant à l’écriture une possible créativité. ÉLP éditeur est un des acteurs francophones offrant un terreau stimulant aux auteurs du monde ayant le français en partage, et je suis fier d’être l’un de ses invités.
Depuis la parution de, Mais…, mon premier recueil de poèmes, publié chez ÉLP éditeur, j’ai fait apparaître plu-sieurs poèmes sur mon écran d’ordinateur et surtout sur mon iPod Touch, mais tous n’étaient pas de ceux que l’on publie, seulement les perles auront eu cette chance de voyager dans le grand monde. Si je compare au monde vivant, est-ce que tout ce qui naît est viable ? Il y a des monstres et des erreurs et, en littérature, il y a beaucoup de ratures, mais oui ! Dans ce recueil je vous
offre les textes qui me semblent habités autant qu’ha-billés d’avenir. Je ne suis pas devin, mais j’espère qu’au moins un de ces poèmes sera encore lu dans mille ans. Je sais que c’est utopique, et vraiment très loin de l’éternité qui, par définition, est infinie. Mille ans c’est petit compte tenu de l’âge du système solaire et même de l’univers. Mais c’est beaucoup plus que dix fois ma vie, moi avec de l’air dans les poumons et mon cœur sensible aux heures qui vont.
Alors pourquoi écrire si l’on ne pourra jamais atteindre l’éternité ? C’est d’abord pour l’expression de notre liberté individuelle, puis l’héritage culturel et sa durabi-lité même éphémère dans le temps. C’est pour commu-niquer nos émotions telles que nous les vivons mainte-nant et pour qu’elles soient reçues maintenant ou demain, dans dix jours ou dans dix mois, ou même dans dix, cent, mille ans. Un jour il sera trop tard et le mes-sage sera illisible, c’est-à-dire inaccessible. Ainsi ma poé-sie jamais ne saurait être durable, sauf pour un rarissime et improbable poème atemporel. Je l’espère tant celui-là.
Richard Monette –Perle-Mêle (lettre tant) / 6
Alors l’avenir est étroitement lié au temps. Être conscient du temps c’est le mesurer en souhaits anniver-saires, par exemple. Le temps. Oui, le temps. Celui qui passe en laissant vagues aux visages, celui qui se compte en anniversaires, celui de vieillir. Ce temps-là est présent dans ce deuxième recueil de poèmes, le lecteur n’en sera pas surpris car la superbe page de couverture créée par Markita nous l’annonce avec un souvenir sorti des boules à mites. Est-il réel ? Est-il fabriqué ? Le recueil, lui, est sans nul doute monté de toutes pièces.
J’espère que vous apprécierez le possible patrimoine qu’offrent ces quelques humbles bijoux.
Richard Monette –Perle-Mêle (lettre tant) / 7
Le bon sens est suggestif 17 sept 2012, à Boucherville
Juliette Mésognon-Gireau
Jours mécaniques
Comme les songes dissimulés lorsque l’éveil distrait est à fuir parsemé de temps troués où s’accroît l’absence des souvenirs
Lourds il y a des jours balourds et des jours, des jours et des jours mécaniques où s’ennuient du soleil des os sans analgésiques
Alors il me pleut mon amour et si froid tout autour oblique
La nuit même les horloges ont le cœur qui bat Alain Lasverne