//img.uscri.be/pth/58b9b740e7e138f7d877283be9e9e08de8d4eba5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

Poèmes

De
96 pages

Ce recueil de poèmes au contenu souvent humoristique témoigne de l'attachement de Gilles Basse à la nature, aux relations familiales, ainsi qu'à sa région natale.


« Le poème ne se lit pas, il se déclame

Il lui convient également d'être chanté

Quelle que soit la manière, il doit circuler

Et du plus grand nombre d'humains, atteindre l'âme. »


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-414-02998-3

 

© Edilivre, 2017

Poèmes animaliers

La drague

Un jour, d’un pas pressé, allait à l’aventure

Un dragueur1 bien sapé à la belle figure.

Il cherchait du gibier.

De jeunes demoiselles dans les rues font des tours

Exhibant sans vergogne leurs superbes atours

En ce samedi printanier.

Le dragueur eut pu aux filles conter fleurette

Toutes en étaient friandes, c’était un jeu d’enfant.

Mais il délaissa les jeunettes.

Un bon dragueur prend tout son temps,

Il amorce, séduit et ferre quand il le veut.

Après quelques heures, la solitude surgit.

Place Royale, il se rendit.

Là, les ménagères pensaient à leur pot au feu

Il fit sombre grimace devant ces goûts douteux

Et se montra présomptueux

Mimant la tirade du nez :

Moi, des femmes au foyer, moi, dragueur confirmé

Plutôt que de perdre la face

Je voudrais sur le champ

De ma virilité que l’on m’amputasse

De si pauvres conquêtes, pour un fier Don Juan !

Ces dames dédaignées, vinrent des habitantes

De la périphérie, aux robes chatoyantes.

Quoi ! Que je leur fasse la cour,

En leur tenant de beaux discours !

Je ne peux accepter qu’une exquise princesse

M’apportant amour et richesse.

Chaque jour que Dieu fait, notre homme difficile

Ainsi se comportait ; mais le temps, sans ambages

Même chez les beaux Messieurs, accomplit des ravages.

Il dut finalement arrêter ses manies

Honteux comme un héron qu’un goujon aurait pris.

Ne soyons pas gourmands au point de ne pas voir

Que le bonheur, souvent, est à portée de main.

La beauté se révèle qualité dérisoire

Pour les couples voulant faire un très long chemin.


1. Notre dragueur copie le héron de la fable de La Fontaine, ainsi que Cyrano de Bergerac.

La grue et le canari

Une grue qui n’avait que la peau et les os

Avait quitté Rügen en pleine migration.

Elle atterrit un soir chez Chantal à Plivot2

Et au pied d’un rosier déposa son croupion.

Elle entendit bientôt un flot de jolies notes

Venant de la terrasse dont elle s’approcha.

« Dis moi quel est ton nom, toi qui si bien sifflotes ?

– Je suis un canari made in Amerika.

– Tu parais minuscule mais cependant dodu

Te nourrir chaque jour ne te fait pas souci.

En ce qui me concerne, c’est un problème ardu.

A quel hyper vas-tu que je m’y rende aussi ?

– Mon pauvre migrateur, tu sembles né d’hier !

Chantal ou Anne-Laure m’apporte mon plateau

De graines et d’eau fraîche puis changent ma litière ;

Et j’ai droit le dimanche aux miettes de gâteau.

– Que vois-je cernant ta patte, un anneau de mariage ?

– Que nenni, grue inculte, c’est mon identité :

Le jour de ma capture, mon poids, mon nom, mon âge

Cette bague est utile à ma sécurité.

Je te propose, Kranich3 – je connais l’allemand –

D’aller à Hautvillers visiter la volière.

Les cigognes t’offriront d’excellents aliments

Elles viennent d’Alsace, connaissent les manières.

– Merci, beau canari pour tes bons sentiments

Mais au lever du jour, je prendrai ma volée.

La volière des grues, c’est tout un continent

Plutôt manquer de graines que de la liberté.

Image 6Image 7


2. Plivot et Hautvillers sont deux villages de la Marne.

3. « Der Kranich » signifie « la grue » (Chantal est professeur d’allemand).

Marmottes… et marmottes !

Un cri s’entend dans les calmes alpages.

Dressée sur son rocher, la marmotte guetteuse

Avertit sa famille et tout son entourage

De la venue prochaine de présences fâcheuses.

Marmottes saint-vérannaises4 et marmottes people

Nous tenons ce renom de la « Carte au trésor ».

Passez votre chemin, nous aimons vivre seules

Nos rares relations doivent être herbivores.

Mais…

Faites la randonnée du joli lac Sainte Anne,

Les marmottes sont sages, n’ont pas le gros museau.

Elles sauront vous guider au milieu des gentianes

Dans le son des clarines et le chant des ruisseaux.

« Marmottes ceillacaines, marmottes presque humaines »

Devise répétée de cascade en cascade

Et je les remercie de me donner l’aubaine

D’écrire modestement cette vraie galéjade.


4. Saint-Véran et Ceillac sont deux communes du Queyras.

Palombes et châtiments5

On volait. On était au-dessus de la lande,

Pour la première fois, je survolais la Finlande.

Heureux jours ! Nous étions des milliers de ramiers

Laissant derrière nous des nids hospitaliers.

On volait. Direction Péninsule ibérique.

Après la mer Baltique, l’océan Atlantique.

Les palombes sont grégaires, fidèles aux traditions.

Hier les grands dortoirs, maintenant migration.

Des pigeons juvéniles se posent au Cap Ferret.

Moi, je rêve de franchir les Pyrénées.

Je connais le danger, mes parents me l’ont dit

« Dans palombe, on lit plomb, méfie-toi, mon petit »,

Cabanes forestières, appeaux artificiels,

Les « amoureux de la nature » guettent le ciel.

On volait, on volait toujours. Et le Somport

Apparut : récompense de tous nos efforts.

J’entrevoyais enfin l’issue du grand voyage

Quelques battements d’ailes, ce sera l’hivernage.

Soudain un bruit assourdissant déchire le silence :

En bas sont des Gascons, sur la terre de France.

Des hourrahs et des rires saluent cette hécatombe

Le ciel est parsemé de plumes de palombes.

J’applaudis des deux ailes, Alain Bougrain Dubourg,

Ta persévérance dans ce dialogue de sourds.


5. A la manière de Victor Hugo (...