Poèmes étrangers

Poèmes étrangers

-

Français
184 pages

Description

Sur notre planète, l'alchimie des mots, des rythmes, des images et des messages est la même pour toutes les langues vivantes. Le poème en est l'expression orale et – souvent – écrite : épanchée, scandée, chantée… Le mot même de « poésie », selon les anciens Grecs, signifie« création ». La poésie ne connaît pas de frontières. Mais toute langue, nationale ou régionale, l'invente et la porte à travers la phraséologie de sa culture. L'auteur de ce recueil, tout au long de sa vie, a tenté d'apprivoiser les arcanes de neuf langues, par curiosité, appétence, ludisme, défi. Ainsi – de 1956 à 2009 – a-t-il pu emprunter des voies pour lui nouvelles, bientôt familières, puis, très vite – trop vite –, nostalgiques.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 avril 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140120343
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
artier C
JEàn-MIchEl
(1956 – 2009)
JEàn-MIchEl Cartier
PoèmEsétrangers (1956 – 2009)
Poésie(s)
Poèmesétrangers
(1956 – 2009)
Poésie(s) Collection dirigée par Philippe Tancelin Déjà parus Aomar BOZETINE,Aucune fleur n’est le fruit du hasard, 2019. Hubert LE BOISSELIER,Imago, 2019. Mario Rodriguez GARCÍA,Prohibido arrojar escombros, Défense de jeter des décombres, 2019. Judy PFAU,Acts of Grace, 2019. Ttotte ETXEBESTE,Dans le silence des mots, 2019. Françoise SERANDOUR,Êtres de solitude, 2019. Sylvie LE SCOUARNEC,Facettes multiples facettes, 2019. Bernadette GINESTET,Le Bonze et le Rat, 2018. Jean-Valère BALDACCHINO,Les Piliers, 2018. Omar ABDALDAEM,Poignée de rêve,2018.Marcienne MARTIN,Marelle lunaire, 2018. Pedro CARMONA,Longue est la poussière, 2018. Ira FELOUKATZI,Errances entre terre et ciel,ΑȚȫȡααȞάȝεσαουȡαȞοȪțαȚγηȢ, 2018. Albert ANOR,Ouvert pour inventaire, 2018.Alain VIGUIÉ,Le fil bleu des jours, 2018. Iocasta HUPPEN,États d’âme. Poèmes et phrases poétiques, 2018. Philippe ARRIEUS,Du jour et de la nuit, 2018. Jean-François DUNAND,Mon pays de Pount, 2018. Laurent POLIQUIN,Voyageur des interstices, 2018. Mélanie GEORGELIN,Journal de père, 2018. Pierre MELENDEZ,Les bienfaits du rasoir, 2018. Charalambos P. LIPSOS,Ombres sous une ombre, 2018. Mansour M’HENNI,Petits poèmes en dose,2018. Stéphanie BROYER,Incarnation,2018. Olivier OLLON,Hommage personnel, 2017. Yannis LIVADAS,Magnat de la Mort,2017. Ángel MOTA BERRIOZÁBAL,Un écho de ta voix, Un eco de tu voz,2017.
Jean-Michel CARTIER
POEMESETRANGERS
(1956 – 2009)
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-16927-9 EAN : 9782343169279
Wie mein glück ist mein lied : Willst du im Abendrot Froh dich baden ? Hinwegist’s ! Und die Erde ist kalt Und der Vogel der Nacht schwirrt Unbequem vor das Auge dir. “Die Kürze” –Friedrich Hölderlin(1770-1843) [Comme ma chance, ainsi mon chant : Veux-tu / T’aller baigner, heureuse, dans la gloire du soleil couchant? / Il s’est escamoté. Et la terre est froide / Et l’oiseau de nuit hulule / Cruellement sous tes yeux. « Briéveté »] Leaves spent, new seasons, alter’d sky The whole world passes; I stand by. “The Alchemist in the city” -Gerard Manley Hopkins(1865) [Feuilles gâchées, saisons nouvelles, ciels variables / Le monde entier passe; je demeure.« L’Alchimiste dans la ville »] Tutto fu ambito E tutto fu tentato Qual che non fu fatto Io lo sognai E tanto era l’ardore Che il sogno egualió l’atto. “Laus vitae” -Gabriele d’Annunzio(1863-1938) [Tout a été projeté / Et tout a été éprouvé / Ce qui n’a pas été fait / Je l’ai rêvé / Et telle était ma fougue / Que le rêve s’est matérialisé.] Føre var det bra at vakne og vete at man bare hade drømt naa bor man inne i drømen og vet at det er verklighet at alle de vuksne er borte og aldrig kommer hjem. Tove Irma Ditlevsen(1917-1976)
[Il était bon naguère / de s’éveiller et d’apprendre / que ce n’était qu’un rêve / Maintenant on habite le rêve / Et on sait pertinemment / que tous les adultes ont disparu / et que jamais ils ne reviendront.] Her skal jeg vente til du kommer igjen og venter du histoppe vi treffes der min ven. Henrik Ibsen(1867) [Mon ami, j’attendrai ici ton retour / Et si tu m’attends dans l’au-delà / C’est là que nous nous réunirons. – « Peer Gynt » / « Solveigs Visen : « Peer Gynt » / « La Chanson de Solveig »] As horas de que eu tenho pena São as que nunca viverei Astro, ‘standart, azul, falena Manto de rei. « Poemas » -Fernando Pessoa(1917) [Je ne regrette que ces heures / Que de vivre je n’aurai l’heur / Astre, azur, phalène, drapeau / Royal manteau.« Poèmes »] Mikhaïl Lermontov(1814-1841) : « La Patrie »[Les lumières tremblotantes des villages moroses.](Traductions originales de l’auteur de ce recueil)
PRÉFACE Au début du XXe siècle, les linguistes estimaient qu’à la surface de la Terre coexistaient,bon an mal an, six mille langues parlées au quotidien. Aujourd’hui, ce nombre a été réduit de moitié. Sur ces quelque trois mille langues, la majorité ne fait plus désormais que survivre et se survivre.(1)Et ce, au profit de quelques dizaines de langues, dites « dominantes ».  Quant à moi, mon « arc linguistique » possède neuf cordes – plus ou moins fortes, plus ou moins tendues… au fur et à mesure que passent les années, et en fonction d’une pratique plus lâche. À cause aussi d’une mémoire devenue paresseuse, au mieux ; traîtresse, au pis – ces deux dernières décennies.  Je pourrais dire néanmoins que ces neuf langues-là, je les ai fait claquer au vent universel, tout au long de ces jeunes et moins jeunes années d’apprentissages et de rencontres - ma curiosité naturelle aidant…  Au « menu » du lycée, jadis (1950-1957), il y avait des « matières » immuables.(2)De certaines, je faisais mon miel ; les autres, je les avalais avec effort – parfois en grimaçant. Les « langues vivantes » (« LV ») - les bien nommées, par rapport au latin qu’on nous (« les Classiques »), faisait disséquer jusqu’à la nausée -, je les butinais, je les grappillais, je les glanais avec gourmandise et fringale – jamais assouvies. (1) Il faut néanmoins mentionner que la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » (adoptée par Les Nations Unies, le 10 décembre 1948)« est traduite en un peu plus de cinq cents langues ». (2) Cf. « Apprendre et enseigner d’hier à aujourd’hui » - Collection « Éducation comparée » (418 pages), de Jean-Michel Cartier et Louis Porcher (L’Harmattan, 2010).
9