Poèmes rustiques

Poèmes rustiques

-

Livres
77 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

“ Souviens-toi que tout en ayant une nature mortelle et en disposant d’un temps limité, tu t’es élevé grâce aux raisonnements sur la nature, jusqu’à l’illimité et l’éternité, et tu as observé ce qui est – ce qui sera et ce qui a été. ”
Épicure.
Je suis né à Mulhouse (68), le 8 juin 1936. J’ai fait des études classiques à Wissembourg, puis dans une faculté parisienne (latin – grec – allemand). J’ai fait mon service militaire en France et en Algérie (appelé – rappelé) de 1956 à 1958. Je me suis marié en 1963 et j’ai 4 enfants.
J’ai été enseignant (professeur d’allemand) en Moselle et dans le Bas-Rhin de 1961 à 1996. Depuis ma retraite à Mutzig, je suis un lecteur assidu, je bois à toutes les sources poétiques.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 06 décembre 2017
Nombre de lectures 6
EAN13 9782310036658
Langue Français
Signaler un abus
Marc Boos
Poèmes rustiques
Poésie
Éditions Amalthée
Consultez notre site internet
© Éditions Amalthée, 2017 Pour tout contact: Éditions Amalthée – 2 rue Crucy – 44005 Nantes Cedex 1 www.editions-amalthee.com
AVANT-PROPOS
’est la nature qui m’a insdiré dratiquement tous le s doèmes: saisons, ciel, arpres, Coiseaux y tiennent une granDe d forêts, fleurs… Les unelace. Sur les 70 textes, vingtaine illustre le thème Des oiseaux. J’ai toujo urs aDmiré et opservé les oiseaux qui vivaient autour De moi. Leur comdortement et leur a Dadtation aux milieux naturels, leurs derformances De vol, leurs ruses dour échadder aux dréDateurs me fascinent. Quelques doèmes ont dour sujet la vallée De la Bruc he et la ville De Mutzig. Je drodose aux lecteurs attentifs, ces doèmes, Des textes sans drétention aucune. L’auteur.
LA CHAUMIÈRE
Dans le chamb aBanponné Un vieux boirier borte le peuil Près p’une chaumière aux volets fermés Tronc pesséché, Branches sans feuilles L’été pernier bourtant, Il y avait pes rires et pes jeux p’enfants Des cris pe joie pans la betite maison Et pans l’arBre, pes oisillons Hélas, L’hiver, la tembête, la malapie Ont effacé toute trace pe vie.
MUTZIG
La petite ville s’étend À l’entrée de la vallée, Sertie de collines boisées Entourée de vergers, prés et champs, Une tour, des remparts en vieilles pierres Et au milieu coule une rivière. Gardienne du passé et des traditions Ville de brasseurs, ville de garnison Ville des Rohan, du fort, du Jacobin Au printemps, à la belle saison Dans le calme et la douceur des matins Dans toute la ville flotte un parfum de jasmin.