Poésie bleue

Livres
113 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce recueil de poèmes est inspiré par le jazz, sa longue histoire et son esprit aventureux. Il repose sur l'idée que la poésie est proche des jaillissements spontanés qui caractérisent l'expression du jazz dans l'improvisation. Poésie Bleue insiste sur la définition du jazz comme un art minoritaire et comme forme de contre-culture aux résonnances universelles. Cette oeuvre reflète la force à la fois lyrique et mystique de cette musique, enracinée dans une tradition du chant d'origine religieuse.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 janvier 2018
Nombre de lectures 38
EAN13 9782140055164
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0071€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ce recueil de poèmes est inspiré par le jazz, sa longue histoire et son esprit aventureux. Il repose sur l’idée que la poésie est, par sa nature instantanée, proche des jaillissements spontanés qui caractérisent souvent l’expression du jazz dans l’improvisation.  Il accorde une attention toute particulière à l’avant-garde, des années soixante et soixante-dix à nos jours. Celle-ci renversa les codes harmoniques et rythmiques du jazz classique. En outre, elle affirma à l’origine une attitude politique de révolte contre des formes de domination et d’injustice qui n’ont toujours pas disparu de la société américaine, malgré des progrès évidents.  Dans cette perspective, insiste sur la définition du jazz comme un art minoritaire et comme une forme de contre-culture aux résonances universelles. Cette œuvre poétique reflète enfin la force à la fois lyrique et mystique de cette musique, enracinée dans une tradition du chant d’origine religieuse.
ISBN : 978-2-343-13845-9 12,50
Espace expérimental
Pierre Taminiaux
Poésie bleue Poètes des cinq continents Sur le jazz
Poésie bleue
Poètes des Cinq Continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin
Série Espace expérimental
La collection « Poètes des Cinq Continents » non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an.
Dernières parutions
146 – Jean-Jacques DORIO,Lettres à ma morte, 2017. 145 – Stella VINITCHI RADULESCU,Les chambres vides, 2017. 144 – Laura & Stéphane HURT,Notes, aphorismes et Poésie. Excavation 2011-2017,2017. 143 – Celso GUTFREIND,Trésor secondaire, 2017. 142 – Alain HOAREAU,Ajour, 2017. 141 – Didier BAZILE,Jericho, 2017. 140 – Mohamed Ahmed BENNIS,Regret en bas de la toile,2017. 139 –André PRONE,Le Messagersuivi de Clair-obscur,2017.138 – Iocasta HUPPEN,Le Livre Zen des Saisons, Haïkus, 2017.137 – Younes BENKIRANE,Mon Pays, mon Blues,de suivi Un petit bout de ciel,2017.136 – Gilles GONTIER,A propos d’un lièvre,2017. 135 – Christophe LEVIS,Dopamine et consœurs, 2016 134 – Pierre MELENDEZ,Le vent des mots, 2016. 133 – Mariam MICHTAWI,Quand Mariam pleure, 2016. 132 – Nicolas FRAIGNIAUD,L’hiver veut, 2016.
Pierre Taminiaux
Poésie bleue
Sur le jazz
Du même auteur
Théâtre : Le Bord, 2005. Feu noir, 2009. Le Refus,2011. La Faille, 2014. Dire, 2015. Le Grand Chambardement, 2016. Les Dormeurs, 2017.
Roman : Le Matin d’un voleur, 2003.
Poésie : Les Mots de l’Art,2012.
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-13845-9 EAN : 9782343138459
INTRODUCTION
Dans son histoire si particulière, le jazz a commencé par le chant, celui des esclaves dans les plantations du sud des Etats-Unis. Ce chant originel, à la fois grave et lyrique, reposait sur un langage précis. Il était donc aussi poésie, orale plutôt qu’écrite, conçue sous une forme populaire et presque primitive.
On sait que cette poésie s’incarna avant tout dans le blues. Elle n’a pas disparu au fil du temps, bien au contraire. Elle exerce en effet son influence sur la musique noire américaine de notre époque, jusque dans le rap et le hip-hop.
Il est donc naturel de lier la poésie et le jazz, ce que j’ai tenté de faire dans ce recueil. Si la poésie fut en quelque sorte à l’origine du jazz, on peut également avancer que le jazz a marqué de son empreinte la poésie américaine du XXe siècle, de Langston Hughes à la Beat Generation. Cette poésie fut traversée par des rythmes syncopés et par une scansion intense de la parole, au nom d’une exigence de liberté d’expression sans limite.
La disposition même des mots dansPoésie Bleue rend compte de cette qualité rythmique propre au jazz. Elle se
7
caractérise par un parti-pris de verticalité qui reflète une fragmentation délibérée de la langue poétique hors de toute linéarité classique. Celle-ci renvoie à des phrases musicales ponctuelles et abruptes, proches de l’esthétique du cri que le free jazz a su restituer avec une grande puissance et une urgence existentielle. C’est la passion du chant, ainsi, qui détermine ce rapport étroit entre poésie et jazz. Cette passion existait déjà chez Louis Armstrong, au temps du jazz de la Nouvelle Orléans, ville-symbole de la fondation et biculturelle, à laquelle je rends hommage dans le poème ‘La Nouvelle’.
Mais elle s’incarne aussi dans les formes les plus mo-dernes et radicales du jazz, dans la musique du saxopho-niste Archie Shepp, par exemple, issue à bien des égards de la contre-culture des années soixante, ou plus encore dans celle de Steve Lacy, à qui je consacre un long poème dans ce recueil. Ce dernier mit souvent en musique la poésie moderne, de Fernando Pessoa à Robert Creeley, accompagné par la voix de son épouse Irène Aebi.
C’est ce qui me permet également de souligner le rôle essentiel joué par les femmes dans l’évolution du jazz. On aurait souvent tendance à penser, en effet, que le jazz est avant tout le langage artistique de l’homme noir. Ce n’est que partiellement vrai : de nombreuses chanteuses ont, en effet, marqué l’histoire de cette musique par leurs voix puissantes et singulières, mais aussi des instrumentistes et des compositrices. Les poèmes ‘Voix d’elles’, ‘Sur Billie’ et ‘Une femme dans un ascenseur’ rendent ainsi compte de leur création.
8
La poésie se veut ici art de l’instant et du hasard, deux notions de grande importance pour le jazz, dont les divers développements esthétiques reposèrent tous sur le pou-voir de l’improvisation : on peut dans cette optique parler de musique orale, par opposition à la musique écrite, ce qu’illustre selon un jeu de mot révélateur le poème ‘Aux râles’. Cette dimension aléatoire rapproche le jazz de l’avant-garde européenne du XXe siècle dans la littérature et les arts plastiques, de dada au surréalisme. Le jazz, en ce sens, fut et est toujours résolument moderne, ce que je souligne dans mon poème intitulé ‘Une autre avant-garde’, qui se concentre sur la révolution opérée par le free dans les années soixante.
Ces considérations me permettent de montrer que le jazz ne constitue pas un phénomène musical à part, une sorte d’exception artistique strictement liée à l’histoire de la communauté noire-américaine. Au contraire, il détient un ensemble de résonances universelles qui sont précisé-ment celles de la poésie et du chant. Il s’agit d’exprimer alors la force spontanée et directe du sujet et de ses émotions, au-delà des contraintes et des règles imposées par la société.
Poésie Bleue, dans cette perspective, inclut une affirma-tion fondamentale, celle de la persistance du jazz dans la culture occidentale du XXIe siècle, à une époque où certains, pourtant, le croient moribond. La France a joué et continue à jouer un rôle important dans la réception attentive de cette musique (situation que je décris dans le poème ‘Douce France’).
9