//img.uscri.be/pth/30c8e5fe62abfa5593030892b4d3ba69593e3ea6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Prosaïquement vôtre

De
138 pages

Ce recueil vous invite à un voyage initiatique à travers les années. Il a grandi et évolué avec moi.

Pour la petite histoire, mon premier poème m’a inspiré une déclaration d’amour à ma petite amie de l’époque et a été dédicacé à la radio.
Après cela j’ai continué d’en écrire ; ils m’ont offert la possibilité de m’accorder une pause et de sortir du quotidien.

À travers eux, j’ai abordé différents sujets d’actualité ou qui me tenaient à cœur : amour, temps qui passe, déception, réflexion, philosophie, hommage.

Ce recueil offre une chambre hors du temps, un jardin secret, un espace de liberté ; il m’a apporté une kyrielle de sentiments et un flot d'émotions. Il m’a apaisé à bien des égards, j’espère qu’il en sera autant pour vous. Bon voyage !


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-91311-1

 

© Edilivre, 2015

Prosaïquement vôtre

Amitié

La passion me dit de t’apprécier

De te respecter.

La passion me dit de ne pas y penser.

Toi seule peux me guider.

Eclaire-moi de tes pas.

Puisses-tu m’apporter, ce dont

Je me suis passé

Depuis tant d’années : l’amitié

J’aimerais

J’aimerais t’aimer comme jamais.

J’aimerais m’enflammer pour un désir inavoué.

J’aimerais t’enlacer comme nul ne l’a fait.

J’aimerais te caresser comme personne.

J’aimerais te réconforter et te rassurer.

J’aimerais être à tes côtés pour l’éternité.

J’aimerais faire ce que nul n’a fait.

M’aventurer où nul n’a été

Je t’assure que j’arriverai à t’aimer

Plus qu’il ne le faudrait.

Amour

Ne t’ai-je tant aimé que pour me retrouver désespéré et t’oublier peu de temps après.

Pour te quitter et m’échapper de l’étreinte forcée de notre amour

passionné, déchaîné.

Dès lors où nous nous étions rencontrés je savais que cela

se finirait, que nous allions nous séparer, pour mieux

Nous aimer.

Que nous allions nous écarter pour y arriver.

Je t’ai aimée, tu m’as aimé, nous

nous sommes trouvés.

A quoi bon nous y refuser.

Autant l’accepter.

L’Amour l’a emporté

Baiser volé

Que ne faut-il pas endurer pour un baiser volé.

Surtout

Quand la personne embrassée n’est pas la plus concernée.

Mille maux.

Tant de douleurs pour un baiser, lors d’une soirée.

Quelle futilité.

Une soirée gâchée rien que pour ce baiser, c’est trop me demander.

Je suis las.

Je suis de glace.

C’en est plus qu’assez.

Désolé, je t’ai remplacée.

Cette vie là

Cette vie là est trop dure pour moi.

Elle s’acharne sur moi

Accumulation de déceptions.

Elle m’impose sa loi

Et je suis sa proie.

Fatalisme, pessimisme

Sans réalisme.

Cette vie là n’est plus faite pour moi.

Réception de déceptions

Illusions et contrefaçons

Sont sa religion.

Pessimisme et fatalisme son réalisme.

Cette vie là n’est pas faite pour moi.

Confession

Je t’appréciais alors que tu étais occupée.

Je l’ai payé de ma sensibilité, de mon humilité.

J’ai prié que ce ne soit la réalité.

Que mon amour volé ne se soit pas envolé.

Et que tu n’étais pas décidée à me détester.

J’avais beau te conjurer point tu ne me répondais.

Tu étais belle et bien éloignée.

Pendant que tu partais, je n’ai pu m’empêcher de m’emporter et de pleurer.

Tu m’avais brisé.

Oui brisé le cœur.

Confusion

Le téléphone sonne

Mon cœur bouillonne.

Telle la fièvre, mon désir me brûle.

Tes lèvres se dévoilent

Telles une alarme qui

Résonne.

Je déraisonne.

Mon fantasme m’enflamme

Telle la rage.

Tu me passionnes, je m’abandonne.

Ton corps se présente

Je brûle tel un brasier.

Tel un soleil ardent, je me méprends

Je ne puis m’en empêcher

Je dois te toucher.

Je dois t’embrasser.

Ce sentiment

Me met en fusion

Mêlé de confusion

Et de sensations.

Ce qui est très bon cependant.

Contradictions

Je t’aimais, tu me rejetais.

Mais la passion a gagné.

Jadis tu refusais l’amour que je t’offrais.

Maintenant que tu l’as accepté

Je ne sais quoi penser.

De cette passion nouvelle,

Jaillit une relation qui me fit oublier les précédentes.

Ainsi nous étions tout l’opposé

Toi de moi

Moi de toi.

Qui aurait pensé que cette contradiction nous réunirait.

Finalement, nous nous aimions.

Nous voilà réunis.

Déclaration

Chaque nuit tu me hantais.

Tu illuminais chacune de mes pensées

Tu me harcelais.

Chaque soirée je ne pouvais m’empêcher d’y penser

Mais maintenant c’est fait,

J’ai décidé de te déclarer que : Je t’aime

Les jeux sont faits

Les dés en sont jetés

Mais ça y est je veux t’avouer

Quelle flamme je ressentais.

Un véritable feu m’enflamme

Et je ne veux pas que tu l’éteignes, Même si tu vas refuser de m’aimer Au moins je le saurais.

Je le souhaitais mais point tu ne voudras.

Je m’y suis fait.

Je suis prêt.

Et du moins j’espère que notre amitié n’en sera pas affectée.

Désolation

Tant de beautés balayées.

La vie a fuit d’ici.

La végétation rime avec destruction, que c’est navrant.

La flore n’a plus cours.

La faune est absente.

Il ne reste que nostalgie, que mélancolie.

Désolation.

Toute la vie qui était ici est partie.

Les arbres fruitiers s’en sont allés.

Toute la beauté nous a quitté.

La forêt est déboisée.

Il ne reste plus que mélancolie et nostalgie.

Désolation.

Tant de beautés soufflées.

La vie s’enfuie.

Que de tristesses, que de tourments.

Il ne reste plus que nostalgie et mélancolie.

Désolation.

Divers vers

A : Accro de l’amour.

U : Union de déraisons.

R : Réunion de nos passions.

E : Emotion de notre relation.

L : Loin de moi et pourtant amour formé ici bas.

I : Idylle irrésistible.

E : Elucubrations de sentiments.

A : Accumulation de sentiments.

M : Moitié rêve, moitié réalité.

O : Obsession sans réactions.

U : Union de deux passions.

R : Reflet de l’irréalité.

A comme à la recherche de l’amour.

U comme union truffée d’obstacles.

R comme relation pleine de contradictions.

E comme égarement des sentiments.

L comme liaison sans possession.

I comme intouchable.

E comme événement sans éléments.

Idylle

Idylle romantique. Idylle exotique

Nos sens sans dessus dessous.

Idylle sans frontières.

Amour de lumière

Partage de tout, interdépendance du couple.

Voilà ce que j’espère atteindre chaque jour.

Symbiose absolue de nos deux corps entrelacés

De nos deux cœurs enchevêtrés

De nos deux âmes croisées

Idylle romantique. Idylle exotique

Aux lendemains assurés.

Croisière, voyage, extase

Ni limites, ni maîtres.

Ni règles, ni normes

Idylle exotique. Idylle romantique

J’attends toujours impatient,

Toujours indubitablement. Toujours aussi longtemps.

Mais j’espère et je persévère. Sans jamais abandonner

Sans jamais raccrocher

Sans jamais m’en aller.

Doux rêve. Beau rêve

Peut-être chimère, peut-être utopie.

Qu’importe je patiente et trouverai

Idylle exotique. Idylle utopique.

Du temps

Le temps c’est lui qui nous déshabille et nous met face à la vie.

Parfois exécré, parfois admiré.

Et pourtant le temps est assassin.

Il nous casse et se prélasse.

Il nous affaiblit et s’enfuit.

Le temps nous assassine

Il nous ennuie mais l’on s’y fie.

Il nous vieillit et fuit.

Tant à lui de termes on peut affecté

Fatalité

Décès

Mortalité

Le temps voleur de printemps.

Il nous saigne.

Il nous ruine.

Il nous nuit, mais nous éblouit.

Le temps voleur de saisons.

Quand de termes simples cela est dit

Ici d’immortalité on le qualifie, là éphémère de lui on dit.

Certes il est infinie nul ne le nie.

Mais on vit grâce à lui.

D’aucuns le disent éternel ou précaire, mais qu’on se le dise.

Nous ne sommes rien sans lui.

Le temps nous meurtrit mais l’on sourit.

Il nous trahit, nous ternit et parfois même nous ensevelit.

Mais il nous réunit.

Nous restons unis contre un même ennemi.

Qu’on le taxe d’égoïsme pour son égocentrisme ; de mutisme ou d’amoralisme.

Le souverain Temps reste la : Impavide, Impassible,

Et surtout a tout jamais indicible.

Que de termes pour le designer.

Que de termes pour l’en qualifier.

Il est la :

Ineffable. Coercitif Paisible. Mais indissociable de la vie.

Echec

Mon cœur est rempli de douleur

Mais mon esprit est ailleurs.

Et c’est pourquoi d’ailleurs,

Je m’aperçois des leurres

Dont j’ai été l’auteur.

Des heures j’ai été rempli de déshonneur après mon échec.

A la recherche du bonheur

Je n’ai pu trouver que douleur.

Et d’un air enchanteur tu continues à t’effacer.

Moi j’ai continué mon dur labeur,

J’ai essuyé un échec et j’ai pourtant persévéré.

Tu ne m’avais pas dit que ton cœur était pris ailleurs.

Cet échec m’a apporté sa part de malheurs Pendant que tu t’épanouissais Je m’évanouissais.

Ma chaleur n’a fait que t’assécher et j’avais échoué.

Une noirceur m’envahit et je défaille.

Un échec m’avait frappé,

C’était le premier et j’étais loin de me douter

Que ce n’allait pas être le dernier !

Elle

Autant chasseur que prédateur.

Aussi capable de griffer que de gifler

De mordre que de baver.

La chair humaine est son met préféré.

L’homme sa proie.

L’enveloppe masculine sa victime.

Aussi caméléon que lionne

Autant sauvageonne que démon

Victoire illusoire est son territoire.

Fausser le destin son plaisir.

La tromperie sa fantaisie.

L’effronterie sa tyrannie.

Autant têtue qu’ambiguë.

Autant influençable qu’irritable.

La tentation...