//img.uscri.be/pth/b9e036c574ef818a838f21ed17122ae6cae64e9a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

Quand le Vers gai rit

De
178 pages

Consacrant notre ville à l'universalité de sa connaissance par l'intimité des mythologies, des lointaines et proches langues anciennes, des hommages rendus à l'Antiquité à M. Desbordes- Valmore " Les anciens souvenirs à vif " à C. Baudelaire «Hymne à l'unique chat » « Hymne au chat unique » à P. Verlaine « En allées » à M. Proust « De la vie de la bibliothèque » à J. Krishnamurti à A. Artaud « Eloges de Saints Pâtis » la poésie fusionne puis diffuse, de l'abîme du style en l'éclaircissement de toute galaxie par l'intervention magique mais divine une adoration de l'amour surhumain subhumain sublunaire.


L'éblouissement de la spiritualité du Haïku à la fictionnalisation illumine d'un paraphe le poème, la prose poétique, la prosopopée indirecte, le poème en prose, la poésie fugitive, de l'épiphanie des retrouvailles avec une divinité voire un Dieu le Père notre Père immémorial alliant le bien, le beau et pourquoi pas le bon !
Osons...


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Convertnre
CoPyright
Cet ouvrage a été composé par Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-414-03361-4
© Edilivre, 2017
Plus évangélisation, Qu’écriture boustrophédon Pour esthétique création, Accomplie par instruction Scrutant monde d’obstination Déterminé par perfection Pour adhésion vers rédemption
Inspiré de Verlaine
Epigraphe
Si l’on travaillait Ton âme voulait Depuis les halliers Comme une envolée
En allées
Eloges de Saints Pâtis
Poème dédié à Antonin Artaud
La chaleur -découragement-Pénètre par foudroiement Pressent évanouissement La peau- épouvantablement-La Guérison- divinement-D’un Saint endurant sang verser
La chaleur coulant doucement Dévêt constituamment Investit par revêtement Le corps des extraits bienfaisants D’un ange chevalinement Parlant aux sens abandonnés
Adressage à l’Antiquité
Conrage tranS en dentS
Fleur distinction offre cœur férié Visage adorant déploie magnificat Meus tes sourires des belles clartés Humanité grande es- tu lauréate
Elevée ! Io les masques des trouvères Parlez la sacralité de la vie La source s’éloigne par vos paupières Scandant une Iliade pour amie
Qualités de nos bons romans Poïétique aimé dévoilement Pureté de l’âme aux clairs dits
L’estacade chante silence Souffle- parole – récompense Irrigue Paix aux Puits bénits
ObsErvEr ContEmplEr aimEr plus quE lEs idéEs dans la méditation
Inspiré de Krishnamurti
Le jour d’une lave-poulpe-Yeuse scella tes yeux As cil tu battis ta coulpe Que je m’envolasse d’eux
Lesanciens souvenirs à vif
Inspiré deMarceline Desbordes- Valmore
Mon cœur enfoui sous des roses l’univers Vert nid Bat de souvenirs notre exil d’élixir Sont-ce les labels des instants De cuir reliés Dictamen qu’il est digne de lire ? Des essences des rosiers coulée Pour inscrire force « Mélanges » d’hommages Sous la pression reconstituante du temps Tout Souffle dilate l’effet De ta vivante incarnation ! Dieu Christ ! Notre cœur enfoui sous des sols les sépales Sous des pôles les pétales Est-ce cépage à mieux vivre… une fois lu bu
Hymne à l’unique chat (felis en latin signifie le chat peu éloigné de felix traduit par heureux. Felix Mendelssohn par sa musique a dépassé sa condition de juif qui le persécutait comme un chat victime du bûcher de l’obscurantisme !) Unique équivaut à seul quand l’adjectif est antéposé au nom : « unique chat »)
Hommages inspirés de mon premier chat Miquette
Chat tapi dessous ton vanneau Du soleil pianiste hardi De rayons joueur ébaudi Domino sort en cachalot
Ployant sous les stratèges… pluie…
Felis à l’infini poisson Tragédie avec hameçon Surveille muet de chanson Les sol si doré de tes sons
Ployant sous les chorèges… Pluies…